lundi 24 février 2020

Le bourricot, c'est moi !

On considère que moins de la moitié de la population mondiale vit dans un pays libre et à peu près démocratique. 

Des centaines de milliers d'hommes et de femmes sont emprisonnés, torturés, assassinés chaque année pour réclamer ce droit.

En France, LFI et ses esprits dérangés, probablement repus de liberté d'expression et gavés de démocratie ont décidé de présenter un animal aux prochaines élections municipales dans la grande ville de Rennes.

Non seulement dans leur lente agonie, ils n'hésitent pas à chier dans les bottes de la république et des institutions, mais ils se payent ouvertement la tronche des électeurs bretons en leur manquant ainsi de respect. Sans compter que globalement, ils crachent à la figure de tous les détenus politiques du monde.

Ils auraient juste pu choisir un âne sur leur affiche pour davantage de cohérence.

mardi 18 février 2020

LFI les artichauts de la politique

Coluche avait dit un jour que l'artichaut était " le seul plat que quand t'as fini de manger, t'en as plus dans ton assiette que quand tu as commencé !" 

Le groupuscule d'extrême gauche (17 députés à ce jour sur 577) dépose plusieurs milliers d'amendements à la nouvelle loi réformant le calcul des retraites dans le double objectif de bloquer le boulot législatif de l'assemblée et obliger le gouvernement à sortir le 49/3.  La double manœuvre est largement éventée et qualifiée de jeu anti-démocratique car elle empêche la vraie expression démocratique dans l'hémicycle en la confisquant au profit d'un charabia digne des grandes heures soviètes. 

Ils disent que les lois le permettent.

Cette façon d'incruster son action politique dans la loi pour justifier l'intolérable est le grand péril qui guette notre démocratie. La pensée totalitariste s'insére vicieusement dans ces petits espaces qu'elle utilise comme des failles dans notre système alors qu'ils ont été pensés comme des libertés et des protections. 

Ainsi le droit de manifester a été copieusement piétiné par les incendiaires, casseurs, fachos de tous bords, saccageurs de permanences de députés et menaçants de mort tout ce qui s'opposerait à leur rage. Le droit de grève a été crépi de merde avec les blocages interminables et les promesses de lendemains enchanteurs malgré les fiches de paies négatives de certains grévistes sincères. D'ailleurs à ce propos, j'aimerais tout de même rectifier un truc : la gauche ne devrait pas trop se vanter d'un "mouvement social d'une durée record dans la 5e république". S'il a été aussi long, c'est parce que d'autres gouvernements avaient cédé rapidement. Le droit d'informer a lui aussi été joyeusement foulé au pied avec les pseudo journalistes qui ne filment qu'un seul côté dans les bagarres, les soi-disant artistes contestataires des quartiers chicos parisiens, défendus par des avocaillons des mêmes quartiers chicos parisiens, qui par des méthodes du KGB voudraient nous donner des leçons de morale politique... peuchère ! Laissons les fils-à-papa-maman s'amuser avec ces petites histoires de quéquette, nous avons du boulot bordel !

Enfin le droit d'amendement est la dernière cartouche de cette gauche ridicule. Il est broyé et sacrifié pour quelques minutes de plus, gagnées à grimacer devant les caméras.

Les Français en sont conscients et le prouvent dans les bulletins de vote depuis bientôt trois ans déjà, la gauche n'a pas fini de payer l'agitation permanente de quelques excités. Les gens ne sont pas dupes.

jeudi 30 janvier 2020

Le ruissellement camarade !

Oxfam France est une association fondée pour agir durablement contre les inégalités mondiales et la pauvreté, mais aussi pour servir de tremplin éthique pour du personnel politique très à gauche en attendant des élections ou bien un autre fromage "humanitaire". 

La peu convaincante Manon Aubry, députée européenne et bigrement insoumise en est issue. La charmante  passionaria s'est rendue célèbre dans les égouts sociaux pour avoir proposé un poste de stagiaire payé au smic. La malmenée a bon dos d'arguer que c'est pourtant le double de ce qui est payé pour le même poste, ce qui doit être vrai par ailleurs, mais nous attendions tout de même un peu plus de générosité fraternelle de la part des insoumis. C'est beau de réclamer le smic à 1500 balles et la retraite à 55 ans à cor et à cri dans les manifs et payer une misère ses propres stagiaires !

Même le chef s'y met en donnant le mauvais exemple si on en croit cet article. Mélenchon dénonce à coup de tweet rageurs le rapport de l'ONG sur les inégalités (rapport directement pompé de Global Wealth Databook... y en a qui bossent vraiment!) où il est dit que les 1% des plus riches etc... . Selon le canard et le même rapport, Jean-Luc ferait partie du haut de la pyramide des richesses dénoncé dans le rapport et lui même !

Par chance, les camarades ne lisent pas le Point, ni les autres médias "à la botte de la dictature" qui ont rapporté les paroles fraternelles du même Jean-Luc Mélenchon pendant la dernière manif à l'intention d'un camarade de lutte : "Va voir ta mère!".

Heureusement y en a qui bossent pendant que les autres nous font marrer.


dimanche 26 janvier 2020

La politique de la caisse vide

Eric Drouet quitte le mouvement des gilets jaunes. Cet article ne m'aurait jamais fait bouger le testicule gauche s'il ne l'avait pas été sous la rubrique "politique"

Car, je ne vois pas ce qu'il y a de politique chez ce gugusse, encore moins de l'annonce de son départ d'un truc dont les meilleurs experts cherchent encore une définition compréhensible. Mais que voulez vous, on vit une époque formidable dans laquelle tout ce qui ne nous tuera pas de rire, nous fera nous gondoler comme des bossus avinés.

En plus, nous apprenons qu'il y aurait des histoires de gros sous derrière. Même pas responsables ou élus et déjà suspectés de manipuler du fric ! "Le pognon guidant le peuple" ferait un joli tableau à accrocher dans les chiottes de l'histoire.

Plus sérieusement, cette pratique des "caisses" et autres "cagnottes" dont les montants mirobolants sont supposés nous contraindre à penser que certaines causes sont soutenues massivement par les gens, devient l'objet de comportements pas franchement fraternels. Plusieurs exemples : la caisse  des blessés de Drouet, le boxeur de flic qui réclame ses 2 millions puis cette histoire édifiante de cagnotte montée par des jaunes dont les pompiers destinataires n'ont pas voulu. Allez faire le bien !

L'action politique de la vraie gauche se reflète toujours dans une miroir grossissant pour créer l'illusion de la mobilisation. CGT et Insoumis multiplient les vrais chiffres des manifestations par dix, clament partout que les tirelires de grève sont remplies de biftons, lancent des cagnottes, des pétitions, des tribunes sur internet, sans compter le brouhaha permanent dans les réseaux sociaux et les plateaux télé, et enfin le fracas poissonnier sur les banc de l'assemblée.

vendredi 24 janvier 2020

Jusqu'au retrait total... de Martinez

En misant sur Martinez, la CGT a voulu donner un grand coup à gauche de la gauche pour rafler des militants à SUD et mettre la CFDT au centre mou, voire à droite. La confédération aurait dû, selon cette idée, chevaucher la soi-disant colère populaire et le jusqu'au-boutisme ambiant présumé pour revenir en force dans le jeu syndical et reprendre sa place de numéro 1.

Mais la farce a tourné et l'adversaire a été sous-estimé. L'exécutif n'a pas cédé cette fois-ci. 

D'autant plus que le soutien attendu de la France Insoumise n'a pas eu le poids escompté. Le parti de Mélenchon traîne dans les bas fonds des enquêtes d'opinion et n'arrive plus à faire avec son vacarme de groupuscule l'illusion du nombre. Son leader multipliant les fautes politiques graves, le parti se voit durement et irrémédiablement sanctionner dans les urnes... et ce n'est pas fini.

Martinez a choisi d'aller jusqu'au bout, mais les militants eux se rendent compte qu'il leur a raconté des bobards et lui retireront son mandat. Ils voient que les jours de grève l'ont été pour rien et que les caisses de solidarité qui recèlent les "millions" claironnés dans les médias ne suffiront jamais. Les derniers radicalisés feront encore quelques étincelles ici où là aidés de trublions gauchistes et puis tout ce beau monde rentrera chez lui en attendant la prochaine révolution. 

Allez adieu et bon vent !

vendredi 17 janvier 2020

Candidators

Mélenchon en a rêvé, Marine l'a fait. 

Depuis l'effarement incrédule du candidat de la vraie gauche à la vue des résultats du premier tour des présidentielles de 2017, l'idée d'une revanche anime le débat social et politique. D'abord la rue puis les grèves, et à présent les candidatures très, très, très anticipées. 

L'opposition populiste voudrait compresser le temps en passant directement aux présidentielles 2022. Faire comme si ce quinquennat n'avait jamais existé, et nous autres réduits à l'état de cerveaux disponibles, juste bons à mettre un bulletin dans l'urne sous l'influence des mensonges propagés dans leurs pompes à merde de réseaux sociaux et autre médias "libres et participatifs".

Pourtant ce quinquennat (pas encore fini) aura déjà permis de lever le voile sur plusieurs décennies de situations de rente, de compromissions et de lâcheté politique. 

Les politicards de carrière croient détenir un droit absolu de retour sur la scène et souhaitent jouer contre la montre. Déjà Lepen, Royal... J'attends avec impatience les candidatures du reste de la meute.

On va bien rigoler.




vendredi 10 janvier 2020

Au revoir mon cerveau

L'impératif de critiquer à tout crin le gouvernement et se poser en opposant farouche à Macron, pousse certains à enfiler un tutu rose et jouer aux funambules, hésitant de tomber du côté de la grossièreté ou du ridicule.

Les intellectuels, en supposant qu'un écrivain puisse supporter un tel fardeau épithète, et surtout lorsqu'ils sont  de gauche, doivent se plier à la pratique en vogue consistant à faire "peuple" en vociférant des conneries à tout va.

Ainsi, le nouveau rebelle du Drouant pose tout haut la question que la vraie gauche pense tout bas :"Est-ce que Lepen aurait fait pire?"  Insinuant que ses petits camarades de lutte aurait mieux fait de voter pour la Fille à Papa en 2017.

Pour le vérifier, ils savent ce qu'il leur reste à faire en 2022.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...