mercredi 16 janvier 2019

La gifle





"La république c'est moi ! "

Jean-Luc Mélenchon, octobre 2018.





"La république c'est nous !"

Emmanuel Macron, janvier 2019.


Chercher l'erreur.

jeudi 10 janvier 2019

Une députée, une femme, des bolosses



A peine avait-on fini de saccager l'intérieur de l'arc de triomphe, la députée Obono (7000 euros d'indemnités) riait et s'amusait à relever les défis avec des animateurs débiles en utilisant les bancs de l'assemblée nationale comme aire de jeux.  



jeudi 3 janvier 2019

Moi aussi je suis fasciner

Tout comme l'homme qui a "quitté les rivages de la gauche" et qui s'accroche désespérément à sa dernière bouée de sauvetage politique en date, je suis fasciné... non mieux encore, éberlué, interloqué de la pantalonnade où tombent les derniers groupuscules de gilets jaunes et leurs soutiens politiques.

 A la limite je peux comprendre leurs porte-paroles, pour les uns en délicatesse sévère avec l'orthographe française et les autres en confusion mentale à force d'exposition prolongée aux pixels. Mais ce qui me fascine le plus c'est qu'on en fasse encore un sujet dans la presse.

Pourtant les gilets jaunes semblent plutôt très hostiles à tout ce qui ressemble à un journaliste. Dans leur dernière errance dans les rues de Paris, et après avoir tiré des quenelles dans le métro, ils sont partis traiter les journalistes de collabos  jusqu'au pied de leurs rédactions... sauf Russia Today naturellement.

Le grand radio-trottoir continue sur les plateaux télé et dans la rue où on nous inflige les pauvres témoignages de la vox populi qu'on doit écouter avec révérence parce que c'est eux qu'ils souffre.

mardi 18 décembre 2018

On ne joue plus

Dans le fatras propagandiste qui accompagne la crise des rond-points, j'entendais dire parfois à la radio ou la télé par des parents ou activistes outragés que les gentils "gamins" de Mantes-la-Jolie ont été tenus en "joue" par les policiers. 

Tenir en joue : "pointer une arme dans la direction de quelqu'un et la maintenir en signe de menace" 

Le mensonge des insoumis et ce qui reste de la gauche continue. Ils oublient de se scandaliser pour les bonnes raisons comme ce qui est arrivé à cette enseignante à Créteil.

Pas étonnant que les sondages les donnent toujours et encore perdants dans tous les cas de figure. 

Le "peuple" est ingrat.

dimanche 9 décembre 2018

Mais non Franck reviens !

La crise des gilets jaunes vient de faire sa première victime dans le milieu de la culture française. Franck Dubosc. 

l'homme vient de déclarer qu'il ne soutient plus le mouvement. "C'est du passé" disait-il après avoir soigneusement retiré la vidéo dans laquelle il promettait de faire quelque chose avec ses copains (entendre d'autres acteurs français). 

Nous avons appris par la même occasion que l'acteur abandonnait les siens dans le besoin malgré les émoluments importants que doivent lui rapporter ses diverses prestations. C'est moche.



lundi 3 décembre 2018

Mélenchon a encore perdu

La crise des gilets jaunes ne semble pas profiter à Mélenchon malgré tous les efforts déployés par ses seconds couteaux pour récupérer le mouvement en lui distillant des arguments et des éléments de langage loin des premières revendications.

Pourtant la mariée était belle : un joli mélange de revendications populistes qui ferait pâlir les nouveau patrons de l'Italie.

Le Youtubeur de gauche se contentera donc de dérouler son charabia habituel à destination d'internautes hébétés. Il demeurera dans son petit monde virtuel, confiné dans son petit salon, seul face à une caméra et à lui-même. 

Ni la résolution d'une crise grave par la négociation et le dialogue, ni la profanation des symboles républicains n'auront été des arguments assez importants pour le faire modifier son agenda, soi-disant trop "chargé"pour aller à la rencontre du premier ministre.

Non seulement il a perdu la présidentielle en se classant quatrième, les législatives ensuite, il vient de perdre toute crédibilité en se mettant à la marge de la nation et des institutions. Aujourd'hui, Mélenchon réclame une dissolution de l'assemblée, mais rien n'indique que son parti va gagner plus de sièges dans la nouvelle, loin de là. Je rappelle qu'aux dernières élections partielles à Evry, sa candidate s'est pris une tôle.

Dans son élégance coutumière, son patron s'est défendu n'y être pour rien, voire qu'il s'était opposé à la stratégie de l'union de la gauche adoptée par la malheureuse. Si la France Insoumise n'est plus un parti de gauche, et que son leader aimerait s'allier à des mouvements d'une autre nature, il va falloir en informer ses militants officiellement.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...