mercredi 18 mai 2022

Le bilan de Borne (déjà!)

Les bourricots en politique qui tiennent lieu d'opposition font le bilan de la nouvelle première ministre après un jour seulement d'exercice de la fonction. 

Ils frappent fort et ils sont vraiment très cons. 

Venir faire les malins et s'ériger en opposants est une position bien commode pour ceux qui enchaînent les échecs et les déconvenues politiques. 

Alors ils font le bilan des autres, histoire de monter un joli rideau de fumée devant leur incurie. Ça peut faire illusion un moment, surtout dans leurs réseaux sociaux, véritables stations d'épuration des idées, où sédimentent tranquillement leur idéologies malodorantes, mais la réalité est là et elle est féroce pour leur bilan.

Car il est bien connu : c'est défaite à tous les étages. 

Défaite électorale d'abord avec une succession systématique d'éliminations dès les premiers tours, défaite morale pour avoir abandonné laïcité et principes républicains, défendu et admiré des dictateurs puis défaite idéologique pour avoir abandonné les classes ouvrières à l'extrême-droite. 

Faire de l'opposition est bien commode car ça permet de ne parler que des autres. Facile lorsqu'on n'a aucun projet de société valable à présenter au pays et aucune compétence pour exercer des responsabilités. 

C'est pratique pour ne pas faire le bilan de ses propres échecs.   


 

jeudi 12 mai 2022

Burkini ou seins Nupes ?

 

Avec la gôgoche on n'est jamais déçus et c'est à ça qu'on la reconnaît ! 

Alors pendant que la ménagère-cible prépare son summer body entre gainage, pilates et régime "comme j'aime", à Grenoble, la mairie nage à contre-courant en cédant à une association militante pro-islamiste en autorisant le port burkini à la piscine municipale.


Comment dire ?

Et pour remettre une couche de stupidité supplémentaire, le gugusse semble offrir la possibilité de nager topless (seins nus, j'explique pour les vioques et les ivrognes qui pourraient passer par là) en contre partie et c'est là qu'on mesure l'étendue de l'indigence de la pensée Piollienne si d'hypothèse il y en avait une.

La théorie de monsieur le maire consiste donc à mettre sur le même plan deux pratiques dont l'une a été obtenue de haute lutte pour la réappropriation de son corps par la femme et l'autre résultant d'une secte d'hommes arriérés voulant gommer la femme de l'espace public.

Pendant ce temps, à Kaboul (à zéro) des Afghanes s'opposent en risquant leurs vies à l'obligation que leur ont faites les taliban (publics) ces derniers jours de porter la burqa ou bien de rester chez elles. Ces "progressistes" ont décidé qu'une femme voilée demeurait bien trop sexy pour la laisser détourner le saint regard des barbus et leur occasionner de bien diaboliques turgescences.

Piolle a bien mérité sa place dans la nupes. 

dimanche 8 mai 2022

Le boulet de service

C'était le bon temps où RT France (Russia Today) avait micro ouvert pour recueillir les plaintes et geignements  des victimes de la dictature qui sévit en France.

Ivre de rebellitude, le journaliste autoproclamé ci-dessus était allé traiter 'd'arabe de service' la fliquette syndiquée qui apparait de temps en temps sur les plateaux. Vu l'affection que porte son patron aux forces de l'ordre,  tout s'explique en effet.

Jugé coupable et condamné dans cette affaire toujours en appel, la nouvelle coalition des gauches, n'a pas pas hésité une seconde pour l'introniser tout de même sur une liste aux législatives dans une banlieue lyonnaise. Une petite goutte de reniement supplémentaire dans un océan de honte.

On n'en est pas à un parachutage près à LFI puisque le patron lui-même a dû affronter plus de 60% d'abstentions lors de son parachutage à Marseille en 2017. D'ailleurs des mauvaises langues rapportent le parachutage du gendre de Jonluk dans un autre douar près de Lyon... pour un parti proche du peuple et soi-disant enraciné, ça fait désordre.

Faut dire que le gugusse ci-dessus est défendu becs et griffes par les commissaires politiques et les seconds couteaux de LFI qui voient en lui une sorte de messie, un parangon communautaire rempli de ressentiment, de morgue et d'une révolte héritée de ses ancêtres (c'est bien la définition qu'on donne aux indigénistes et autres décoloniaux). Un prototype de la jeunesse qu'ils aimeraient élever en batterie et faire multiplier dans leur usine à haine. 

Sur les plateaux télé, les journalistes hésitent même à questionner à son propos tant l'embarras est à la hauteur de l'enjeu. Comprendre comment cette gauche si pure et si exemplaire  peut laisser envoyer sur les bancs de la république un homme condamné pour incitation à la haine raciale et injure publique.

Défendu âprement et qualifié de lanceur d'alerte (défense de rire), l'alerte consistant à rapporter la présence du chef de l'état et son épouse à un spectacle à sa meute sociale afin qu'elle leur prépare un comité d'accueil hostile à la sortie de la pièce. Du pur journalisme du tiers monde, en supposant que dans de tels contrées on puisse trouver des théâtres et des chefs d'état suffisamment rassurés de vivre en démocratie pour avoir des activités à peu-près ordinaires.


vendredi 6 mai 2022

Mélenchoninho

 

Ah, elle est belle la fraternité entre les peuples !

A l'instar de mon camarade Nicolas qui finira par choper une tendinite de l'index à force de nous écrire 4 billets par jour, fort bien argumentés d'ailleurs,  je m'installe tranquillement dans une série de billets de fainéant, histoire de participer à ma modeste façon au grand mouvement de poilade devant l'enfumage de l'union de la gauche.

Je disais donc : la réalité est têtue bordel de dieu, et même si on arrive parfois à virer certains écrits à la va-vite sur les réseaux sociaux et faire taire un peu les archives, vos amis pourraient la fermer un peu, au moins, le temps de la campagne, mais fi ! Zob ! Toujours là pour vous foutre en l'air la baraque ces nœuds !

"Zelensky est autant responsable du conflit dans son pays, que l'est Poutine..."
"Il (Zelensky) voulait la guerre. S'il n'en voulait pas, il aurait négocié....."
"Il est étrange... il fait partie d'un spectacle, il est à la télé matin, midi et soir..."
"les puissances occidentales incitent  la haine contre Poutine." 

Vous trouverez le reste des immondices verbales ici.

Ainsi donc, voilà l'allié outre-Atlantique que nous promet la future union populaire qui se présente aux législatives ? 

Lula 76 ans, JonLuk 70 ans ... 

"Un autre monde est possible" c'était le slogan de LFI. 
Lequel ? Celui de vieillards dont la raison branle du manche ?

jeudi 5 mai 2022

Mélenchonette

Après avoir torpillé la campagne de son propre camp en ferraillant avec acharnement au profit de son maître à penser, Sardine Rousseau s'emploie à faire le ménage parmi le rangs des socialistes.

Olivier Faure qui a publiquement baissé son froc devant les insoumis dans un pitoyable défilé du premier mai, a laissé la nouvelle égérie insoumise insulter des anciens premiers ministres, ministres, maires et honorables serviteurs de l'état en leur lançant un fulgurant : "Qu'ils s'en aillent !".

Foutre !

Quelle paire d'ovaires !

La dame, encore inconnue il y a six mois, humilie des hommes politiques chevronnés et capés, devant Kim- Jong - Mélenchon qui boit du petit lait devant le spectacle de voir ses anciens camarades socialos le cul à l'air sans qu'il ait eu à lever le petit doigt. C'est ce qu'on appelle une ascension politique fulgurante.  

La gauche a perdu son honneur.

samedi 30 avril 2022

Macron réélu !

Avec tout ça, j'ai oublié de faire un billet pour dire ma satisfaction que mon candidat soit réélu.

Oui. 

Il a réussi à battre sèchement les deux candidats populistes qui ne nous ont rien épargné durant le quinquennat passé. 

Battus sévèrement malgré les propos indignes, les fake-news, les mensonges, les émeutes, les tripatouillages à l'assemblée, les enquêtes parlementaires fantoches, les rumeurs et l'intox. 

Le déni qui continue. 

"Victoire écrasante" pour Lepen, "mal élu" pour Mélenchon. Les deux leaders populistes tenants de la vérité alternative à la française, sillage idéologique de leur modèles Trump et Poutine, qu'il faut dorénavant combattre et empêcher de trouver une majorité. 

Il y va de nos libertés et de notre indépendance.

Oui, je suis heureux que mon pays ait choisi cet homme-là pour me représenter aux yeux du monde. 

lundi 25 avril 2022

Jean-Luc Trollenchon

 

Moi vous connaissez, je ne me réjouis pas du malheur du premier perdant venu.

Après avoir rempli ce blog de billets brefs pour cause de réserve électorale et de fainéantise naturellement méridionale, j'ose donc exprimer mon opinion sur le résultats des élections, à l'instar de Natacha Polonium et de Jean-Michel Patati.

Oui amis gauchistes et autres castors à petite queue toute aplatie, tout comme en 2017, j'ai revoté pour Emmanuel Macron et aux deux tours de surcroît. (Je précise pour ceusse qui n'ont pas bien suivi). 

Oui, je ne pouvais pas croire une seconde que la France puisse être livrée à une héritière incompétente, toujours agitée par les cauchemars de son chasseur de fellagas de papa. Comment imaginer ce pays faire carpette devant Vladimir le malfrat, sortir insidieusement de l'Europe, se déclarer hostile à tous nos alliés et allié à tous ceux qui veulent notre perte.

J'estime, sans fanfaronner, avoir eu du nez de ne plus parier la moindre pièce pour la gauche. Cette gauche là.

La gauche de Mélenchon, lui qui n'a pas prononcé pas une seule fois le mot "gauche" pendant l'irruption grotesque et incongrue à l'énoncé du résultat du second tour. Ce type ne respecte plus rien; Il veut se faire "élire" premier ministre, intervient à la télé avant le président élu et proclame son parti "leader" auquel les autres devront se soumettre pour les prochaines législatives. Rien que ça.

Certes  il a obtenu 20% au premier tour, mais après cinq années pendant lesquelles lui et ses militants zombifiés par les réseaux sociaux ont ventilé leurs conneries et insulté l'avenir en conchiant l'autre gauche, c'est pitoyable.  Ils ont fait pied au plancher. C'est leur maximum possible. JLM ne sera jamais président. Ni premier ministre d'ailleurs.

Alors après 2017 et le président des riches, le nouvel élément de langage, c'est le président le plus mal élu de la 5ème république. 

Affirmer que Macron a été "mal élu", c'est une connerie. Il a été qualifié en tête au second tour avec 28% (l'abstention est valable pour les 12 candidats, je rappelle) et il a remporté le suffrage avec 58, 5% soit 17 points d'écart avec MLP.

Alors Macron "mal élu" ? 
Je pense plutôt que c'est  JLM qui a été "bien éliminé". 

Lot de consolation

 



Ceci n'est pas une pelle.

jeudi 21 avril 2022

Le vote FN qui démange la gauche

 

Entre autres, voici comment le vote FN taraude la belle gauche. 

Libé en Une de sa version numérique : "débat Macron-Lepen des bobards et des faits". Avec en illustration le seul visage de Macron.

Subliminal ou l'évidence d'une simple proximité idéologique avec la candidate qu'on veut éviter de froisser ? 

Ah oui ! La détestation.  

Qu'ils se rassurent, ça ne suffira pas pour faire élire leur nouvelle championne, porte-parole du peuple opprimé par le président des riches arrogant.

Devant la hauteur des arguments et le programme de la dame, le dernier des cancres aurait paru "arrogant", il est normal alors que la gauche la soutienne puisqu'elle a toujours été aux côtés des plus faibles. 
 

mardi 19 avril 2022

Un débat miaou

 

La fille de Jean-Marie nous aura avertis : elle exige un débat serein avec Macron. Sans invective, sans fake news. Une exigence démocratique.

La dame aux chats prévient : si elle perd les pédales durant le débat ce que son adversaire aura tapé un peu fort. Elle crie d'avance à l'arrogance, au ton professoral, voire à la menace de maltraitance envers une femme dans le sillage de #meetoo.

J'entends qu'on ricane là-bas au fond.

Mais non, c'est sérieux bordel ! On entend dire qu'elle se fait coacher par des psys pendant sa période de repos, ce qui lui permettra d'être au mieux de sa forme, contrairement au débat de 2017. 

Ne riez pas ! Oui, elle a bien débité des conneries à l'époque car elle était fourbue d'avoir labouré "ses terres" jusqu'à la dernière minute, peuchère ! Elle affirme se préparer depuis cinq ans à ce débat, ce qui est long pour apprendre à ranger et lire des fiches. Mais c'est promis, cette fois-ci, sera la bonne, ce n'est pas l'autre abruti de Philippot qui les aura préparées. 

Moi je veux bien la croire Mémé chatons.  Absentéisme patent à l'assemblée nationale, peu ou pas de participation à des commissions parlementaires en France. Pas de projet de loi. Aucun boulot parlementaire de ses amis en commission européenne, aucune participation notable aux grands dossiers. la fille de Jean-Marie et sa famille n'a levé la main dans un hémicycle que pour voter non  ou s'abstenir. Le reste du temps, elle l'a passé à faire risette aux caméras dans les salles des pas perdus des institutions qu'elle entend dézinguer. Cinq années à insulter, diffamer et entraver l'action de la France à l'intérieur comme à l'extérieur. Comment peut-on détester son pays à ce point ? 

Cinq années de vacances aux frais du contribuable, ça laisse le temps de préparer ses dossiers et retenir quelques chiffres clés au moins. Ce n'est pas ce qui semble nous attendre puisque son staff fébrile, exige au réalisateur de l'émission de ne pas faire de plan de coupe, de ne pas la montrer en train de ranger ses fiches ! Et les gouttelettes de sueur et les paupières qui vrillent alors ? Car on le sait tous : elle n'a rien à proposer à part une liste de courses, un mantra grotesque, un projet flou au financement burlesque. Elle n'a rien fait pendant cinq ans, pas travaillé. Elle ne connaît aucun dossier parce qui ni elle, ni ses élus n'étaient présents quand il le fallait. 

Elle s'est contentée d'aller vers les siens, ne pas prendre le risque de se colleter à des opposants. Elle s'est contentée  d'attendre et de récolter les différentes "colères" attisées par ses idiots utiles de gauche. Profiter d'une adhésion d'ambiance, basée sur un sentiment plutôt que sur des faits et des chiffres. 

La fille de Jean-Marie nous a prévenus : il faudra la ménager et faire un débat miaou, dans le sens du poil. 

dimanche 17 avril 2022

Le référendum c'est eux

Pour jouer les gros bras et montrer au reste de la gauche qui est le patron, les insoumis ont inventé le référendum à trous. Le RAT. 

Cela donne une idée de ce qu'aurait été la politique référendaire supposée donner la parole au peuple sous présidence Mélenchon. La démocratie participative et autres balivernes populistes de tribune promises pour récupérer les voix et refroidir les ardeurs démolisseuses des hordes jaunes.

On a eu chaud !

Le RAT donc est un référendum qui ne propose pas toutes les possibilités pertinentes sur un sujet donné. Prenons par exemple la consultation des "soutiens" de LFI sur leurs intentions de vote pour le second tour.

Je passe l'aspect tout à fait déplacé et grotesque de cette démarche pendant l'entre-deux tours d'une présidentielle. Mais on peut comprendre la tristesse de ne pas se retrouver parmi les finalistes et vouloir montrer des preuves de vie. Le message est écrit au gros rouge à l'intention du reste de la gauche qui hésite encore à rentrer dans les rangs.

Mais revenons à cette "consultation". 

Il a été demandé aux 300.000 personnes ( selon les syndicats ou la police ?) leur comportement électoral au le second tour.  Vote blanc, abstention ou bien vote Macron. L'alternative : vote Lepen n'a pas été proposée alors qu'elle aurait été logique puisque c'est MLP qui se présente en challenger.  Au deuxième tour il y a bien deux candidats et selon toute vraisemblance, ni le vote blanc ni l'abstention ne se présentent face à Macron. L'adversaire FN n'est pas une abstraction qu'on se plairait à analyser et à débattre gentiment entre deux binouzes. Il est là, en face, et bien décidé à rafler la mise. 

L'absence de la case vote MLP serait due, selon les mauvaises langues, à la surprise qu'aurait eue LFI sur l'état idéologique d'une frange de ses sympathisants. Alors quand on exige de donner la parole au peuple, il faudrait peut-être avoir le courage de l'entendre chanter air qui pourrait vous déplaire. La preuve proviendrait, toujours selon les mêmes pipelettes politiques, des 35% d'abstentionnistes à la consultation qui auraient aimé cocher la case inexistante.

vendredi 15 avril 2022

Pas ce soir, j'ai la migraine ophtalmique chéri

 

Les mêmes conneries produisent les mêmes effets. Il semble que la boule d'angoisse de Marine Lepen commence à grossir au creux de son ventre à l'approche du débat du second tour. 

Elle commence déjà à chouiner et se plaindre de migraines ophtalmiques et de ne je ne sais quelles zébrures qui lui feront dire des conneries devant les gens.

Le remake de 2017 semble se redessiner malgré Mélenchon le visionnaire. Il apparaît que les vieux reflexes lepenistes sont de retour malgré ces cinq années passées à caresser ses chats et chattes pour amadouer les rats de réseaux socials au lieu de travailler ses dossiers.

Elle revient avec sa brassée de fiches et ses stabilos, pas étonnant qu'elle ait eu le vertige à vouloir chercher précipitamment des réponses qu'elle n'avait pas. Elle revient avec ses hésitations, ses propositions inapplicables, ses promesses de gagner au loto, son envie de tripatouiller la constitution, ses velléités de mettre la France à l'écart du monde libre, sortir de l'Europe, de l'OTAN. Elle continue à faire des mamours à Poutine, le protecteur des islamistes tchéchènes, égorgeurs de profs. 

Marine ou le vide intellectuel et politique. Fille du peuple, héritière de Montretout qu'elle voudrait cachetout. Même son blaze, celui de papa, elle n'ose plus le mettre sur ses affiches. L'économie ?  On redistribuera l'argent qu'on ne donnera plus aux immigrés. Des alliés ? Je ne veux ni de Zemmour ni de la Maréchal dans mon gouvernement ! A quoi cela a servi au petit nerveux des montagnes de Kabylie de se décarcasser alors ? Il s'est coltiné De Villiers dont la pensée bégaye autant que la parole. La blonde et sa haute école de cancres, les ralliés du FN qui n'ont plus qu'à se la mettre sous le bras et chercher une autre tata pour les occuper. 

A longueur de discours, de harangue (fumé), le verbe poissonnier et la promesse facile, la dame débite ses arguments surlignés au feutre et racle partout où se niche l'ignominie et la détestation de l'autre.

Ses lieutenants admettent qu'elle ne fera pas la même erreur, qu'elle se mettra au vert les deux jours précédents, pour ne pas se présenter éreintée. Pour éviter les zébrures

Et la compétence, le sérieux, les vrais chiffres de la France, la culture, l'honnêteté intellectuelle, l'empathie et la sincérité, elle les trouvera où ? Dans ses fiches ?


mercredi 13 avril 2022

La défaite c'est moi !

 

Je continue dans mon entreprise de tir sur les ambulances, surtout celles dont les gyrophares ont éclaboussé de lumière grossière et factice la politique pour attirer de pauvres papillons aux ailes brûlées désormais. 

Je m'amuse d'entendre les électeurs de LFI crâner et dire qu'ils représentent une force sur laquelle il faudra compter et donner des gages de la part des finalistes de l'élection.

Du côté de la fille de Jean-Marie, tous les sondeurs donnent à peu près un tiers des votants insoumis qui lui donneraient leurs voix sans atermoiements ni grandes hésitations existentielles. 

Un bon de tiers dont la gauche se serait bien passée. Ce tiers "populaire" qui a fait la victoire (relative tout de même avec 22%) de Mélenchon et en même temps la défaite de la gauche. Ce bon tiers qui a fait de LFI ce parti incontournable ? 

Ce tiers n'est pas de gauche, il aura fait les 22% de Méluche sans gloire pour celle-ci. Un tiers fait d'un agglomérat de populations vociférant et en colère, sans direction, n'agissant que par intérêt économique ou communautaire. Poutinolâtres effarés qui ne voient que la sortie de l'Europe et l'OTAN comme raison suffisante pour voter MLP.   

Alors si la gauche devra se refaire une santé, elle devra le faire sans la contrainte idéologique des LFI. Les 22% ne sont qu'un mirage. La gauche n'aura pas davantage de députés en se mettant sous la coupe de LFI. 

Quant aux pleureuses de gauche, elles devraient se souvenir qui est MLP, d'où elle vient et de qui elle s'entoure. Les chatons c'est pour les beaufs. Les vrais méchants,  "les tigres sans pitié, qui déchirent le sein de leur mère" sont là, derrière, attendant le moment de nous réduire. 

lundi 11 avril 2022

Cramer la caisse

Moi, vous me connaissez, je ne vais pas me priver de tirer sur les ambulances, surtout celles dont les sirènes ont hurlé plus fort que les autres dans la première partie de ces élections. 

Parmi les vociférations vaines, répétées comme des mantras abrutissants, il y avait ceux de la droite dite républicaine et de gouvernement. D'aucuns auront remarqué que j'ai épargné la dame Pécresse dans ce blog, car j'estime que sa démarche fut honnête et téméraire en se frottant à une primaire entre mâles blancs dominants dans un parti qui n'a jamais vraiment brillé pour ses positions égalitaires du point de vue des sexes. Elle en sortit gagnante et s'est assurée de ses concurrents qui ont fait papatte.

Mais les vieux réflexes sont vite revenus et la droite se mit à ressembler furieusement  à la caricature qu'on s'en fait avec pour leader une candidate qui s'est contentée de séances de coaching théâtral au lieu de lire des manuels de bonne politique. 

Entre autres, la dame fustigeait Macron et se gaussait de sa gestion économique en période de pandémie en criant partout : il a cramé la caisse ! Il a cramé la caisse !

Ce matin, la réalité a rattrapé la droite. Valoche a cramé la caisse et s'en trouve réduite à faire la manche afin de récupérer ses cinq millions d'euros en appelant au don des militants, pendant que ses camarades ne savent plus s'il doivent aller pisser ou bien danser le jerk. 

En 2017 nous avions assisté à l'explosion en vol du PS, en 2022 c'est LR qui est pulvérisée. On est mal.


 

vendredi 8 avril 2022

Abstention piège à cons

 

L'abstention risque d'être le seul parti majoritaire en France qui à la fin n'aura pas d'élu.

Stupide comme allégation ?

La France de 2022 se distingue tristement, encore une fois, en présentant douze candidats pour une élection cruciale comme on le ferait dans un pays du tiers-monde.

Comment ne pas se désoler devant les candidatures de NPA et de LO qui promettent de ne jamais présider ? 

Pourtant ils obtiennent leur parrainages et confisquent le même temps de parole en occupant les médias par la vacuité et l'inutile alors qu'on serait bien mieux instruits à entendre les expertises et analyses de gens compétents en différentes matières pour se faire une opinion.

Comment ne pas se disloquer de pitié devant Jean Lassalle, son discours inintelligible, fait de grognements et d'apartés lunaires. Sans compter les saillies de beauf et les remarques sexistes qu'il tient devant les pauvres femmes qui l'interviewent. Est-ce vraiment cela l'image de la ruralité française ?

Que dire de Dupont gnagnan et de ses propos outranciers et insultants. Comment peut-on laisser du temps de parole et offrir des tunnels médiatiques à un type qui répand à longueur de discours des mensonges, des théories dangereuses et des propos infâmants?  Pour des raisons de pluralité et de démocratie ?  Cette même démocratie qu'il piétine à chaque mot qu'il prononce?

Même à gauche, l'abstention ne trouve pas chaussure à son pied.

Certes, ils auront essayé avec le simulacre pitoyable de la primaire citoyenne. Où est passée Taubira ? Pourquoi le PS fait-il 2 % d'intentions de vote ? LFI sera troisième et éliminé le soir du premier tour : fera t-il comme en 2017 et délégitimera t-il le gagnant en prétextant l'abstention ? Mais l'abstention est valable pour tous, non ? Gagnants ou perdants ! Et il y a le soutien à Poutine !  Et le PCF qui existe toujours et dont le leader déverse des tombereaux démagogiques et refuse d'envisager que Staline fut un sale type ? Les écolos? On devait les craindre après les municipales. Ils ont gagné les grandes villes, mais la France ne se résume pas à quelques métropoles gentrifiées où le mètre carré devient hors de portée du commun des mortels. Comment feront-ils pour recharger toutes ces batteries qui leur sont vitales dorénavant ?

A droite, même combat.

Zemmour programme révisionniste, un hurluberlu de l'histoire. Faire la jonction des droites ? C'est Pécresse qui le fait en explosant son parti en deux particules : une qui ira chez Macron et l'autre chez LePen. Le petit agité se contentera des quelques transfuges que la Marine lui cède volontiers pour se dédiaboliser s'il en fallait encore. Cette dernière avance comme d'habitude dans le brouillard et l'esbrouffe. Et il y a le soutien à Poutine ! Elle profite de tout les vents, mais à la fin, sa triste vérité surgira à nouveau pendant le débat du second tour où elle ira se crasher comme en 2017. La France n'est pas un pays qu'on gère avec des chats mais avec des gens compétents et instruits. 

Alors un conseil aux abstentionnistes : attendez encore, peut-être qu'en 2027 vous trouverez enfin VOTRE clown parmi les 32 candidats qui se présenteront.

mardi 5 avril 2022

Faute de gauche, faisons l'union des hologrammes !

 

J'avoue ne pas piger le raisonnement de certains de mes camarades blogueurs à s'obstiner dans un vote promis à l'échec. 

Trouver des arguments pour voter PCF c'est bien, on peut en dénicher plusieurs, mais il faudrait peut-être expliciter clairement leur refus de rejoindre la horde des insoumis puisque ces derniers semblent croire de plus en plus à leur victoire.

D'ailleurs ils ont même ressorti un concept de vote utile que leur leader a toujours moqué, autant que je me souvienne. Ils se disent seule force de gauche à prétendre au second tour (sans rire). Alors pourquoi ne pas les rejoindre ?

D'ailleurs, Méluche n'a-t-il pas lui-même théorisé le refus de l'union des gauches, privilégiant une supposée union populaire où il pourrait agréger sans trop se boucher les narines des gugusses peu recommandables. 

Alors Mélenchon de gauche ?  

L'adulateur des états de non-droit ira seul et rejoigne le mouvement qui voudra, il ne sera pas regardant. Il se démultiplie à l'aide d'hologrammes et fera l'union des Mélenchons. Moi président, je le serai tout seul puisque je suis plusieurs et les autres ne sont bons qu'à suivre la troupe à marche forcée. 

Beau programme en perspective !

dimanche 27 mars 2022

Jusque dans les chiottes

Le maître du kremlin du RN, de Zemmour et de LFI, avait promis de traquer les islamistes tchéchènes jusque dans les chiottes, mais il n'avait pas précisé pour en faire quoi. 

Dorénavant, le monde entier le sait. 

C'était pour mettre à leur tête un ancien videur de boîte de nuit à sa botte, un type qui a instauré la charia et le MMA et qui envoie des décapiteurs de profs d'histoire et des tueurs au couteau dans les pays libres. 

Le poupin de Moscou voyant que son armée n'était qu'un épouvantail muni de tuyauteries nucléaires soviétiques rouillées, mandate des islamistes pour aller exécuter des ukrainiens. 

D'ailleurs au grand dam de l'humanité entière, on voit ces allumés crier "allah akbar" en tirant dans les rues, jouissant pleinement d'un djihad inattendu offert gracieusement par Vladimir le nettoyeur de gogues. Buter du chien d'infidèle sous les ordres d'un communiste, tu parles d'une aubaine ! Gageons que rien que pour ça, chaque martyr tombé aura droit à un happy hour en vierges célestes.

Espérons que le chef ruskoff sera au moins reconnu comme prince des croyants faute d'avoir été un dénazificateur contrarié.  

samedi 19 mars 2022

Hache tague

 

Moi vous me connaissez, je suis féministe pendant les heures creuses ce qui est vachement économique en ces temps de guerre à nos portes. 

J'avoue que ces questions ne m'ont pas beaucoup traversé vu que je n'ai jamais considéré la femme sous l'angle de la différence avec l'homme. J'estime qu'un con n'a pas de sexe, un peu comme les anges. On pourrait conclure que je suis un homme déconstruit, sauf que je ne le savais pas. Aujourd'hui, grâce à quelques houris allumées, c'est fait et je ne sais pas si je devrais me sentir plus rassuré. 

Mais je ne vous ai pas convoqué à ce billet pour parler de moi. 

Comme d'habitude, mes poils de couilles vrillent lorsque je lis sur les journaux de gauche les "manifestes" et autres "appels" voire "collectifs" se constituer autour d'une cause qu'on appelle hashtag comme on dit chez les progressistes du clavier.

D'ailleurs, dièse c'est un terme musical. Personne ne sait ce que c'est parmi les jeunes. Et qu'ils ne comptent pas sur Armanet, Luciani, Booba ou je ne sais quelle Angèle ou Stromachin pour leur expliquer. 

Mais revenons à la politique. Donc ce collectif d'intellectuels anti-Macron lancent un appel #pasdedébatpasdemandat. Dans ce texte, où pas un mot de toutes les insanités entendues durant le quinquennat n'a été oublié, les instigateurs ajoutent la notion de "légitimité" déjà roté par l'ogre du sénat Larcher. 

Attendez au moins qu'il soit élu les gars !

Quant à l'utilité de faire des débats, on peut en débattre. D'abord causer de quoi avec qui? De son programme ? C'est un président qui se représente, cela veut dire que son programme est déjà dans son bilan, précisément dans les promesses non tenues. Débattre avec  les 11 autres candidats c'est essuyer leurs quolibets et leurs injures à la télé. Sommes-nous prêts à voir et à donner un tel spectacle de notre politique à la française ? 

Alors, ne vous gênez pas. Débattez et mettez en face du sortant le meilleur d'entre vous, avec le meilleur programme. En attendant, les prix continueront à flamber et la guerre totale de menacer la démocratie.

La faiblesse du programme de la gauche ne saurait être maquillée par des hashtags d'intellos qui pètent dans la soie et veulent tromper l'ennui en espérant des pugilats sur la place publique.
 

vendredi 11 mars 2022

Veni vidi abruti

 

 Alors j'entends ici ou là que les Russes seraient imperméables à la démocratie, qu'ils ne seraient pas faits du même bois que nous autres Européens pour cause d'une présumée "âme" qui les rendrait rétifs à notre mode de pensée et enclins à accepter de se laisser chier dans les bottes par des tyrannies tsaristes, bolchéviques par naturel et par plaisir sans réagir.

Je conseillerais bien à ces pignoleurs de neurones d'aller se faire téter par les hannetons car avant eux, on a bien causé d'incompatibilité d'"âme" avec successivement, Tchèques, Slovaques, Hongrois, Polonais, voire Ukrainiens et j'en passe. 

Toutes ces populations pour qui les communistes soviétiques ont inventé un concept 'd'Occident' pour se fabriquer un ennemi décadent et partager l'Europe en deux entités prêtes à s'affronter. 

Moralité, les gens sont tous les mêmes, où qu'ils vivent. Ils aspirent tous à la tranquillité dans leur foyer, parmi les leurs, pouvoir se nourrir, se soigner, élever leurs gamins dans la paix et, pourquoi pas, profiter d'un certain confort. A l'instar des Ukrainiens, tous les pays qui ont goûté à ça, ne reviennent jamais en arrière et c'est exactement ce qui fait enrager papy Vladimir.  

Et cela implique un minimum de démocratie et d'alternance politique.

Ceux qui couinent contre la "dictature en France" comme les gilets trucs, les antivax et autres Phillipots (de chambre) devront se demander combien de présidents français a vu passer leur idole Poutine, depuis qu'il a pris le pouvoir ? Combien de premiers ministres britanniques? Combien de présidents amerloques ? 

Je ne cause même pas de président de conseil italiens, comme l'inénarrable néo-mussolo-machin Salvini dont il est question en illustration et dont on rapporte l'humiliation infligée par le maire d'une commune Polonaise accueillant des réfugiés qui lui a rappelé cette image et son soutien indéfectible à son nouveau papa le Duce de Moscou.  Matteo est reparti la tête basse, la queue sous le bras devant caméras et sous les quolibets des journalistes italiens qui l'ont traité de "buffone" et autres amabilités dont seuls les macaronis ont le secret. Et on imagine : "avec des furieuses envies d'envahir la Pologne", comme l'aurait dit Woody Allen.

Comme dans tant d'autres dictatures sous-développées et tiers-mondistes, les tyrans s'efforcent toujours d'inventer des "particularités" à leur populations. Leur créer  une identité menacée de préférence. Le sentiment d'un peuple élu à qui le monde entier veut chercher noise. Ceci afin de cambrioler tranquillement la boutique et s'en mettre plein les fouilles avec les copains. J'ai les noms ! Y a qu'à demander la liste !

Alors, moi je clame ici que les Russes sont tout à fait capables de bouffer la merde de MacDo, boire la pisse de Starbucks et avoir une déco à chier avec des trucs Ikéa, tout comme nous autres, en supportant parfaitement  de vivre dans un environnement politique stable, non-agressif et démocratique. 

Nous vivons là les derniers soubresauts d'un monde déjà mort, agité par un kagébiste arriviste et mafieux, et tôt ou tard, la Russie sera européenne récupérera les milliards volés par le pouvoir et aura adopté les codes d'un pays démocratique normal. 

S'agissant d'ennemis, nous en avons beaucoup d'autres qui frappent à la porte, demandez à Kim-Jong ou bien à l'Ayatollah machin. 

vendredi 4 mars 2022

Déconstruction chez les écolos

 

L'heure est grave. 

Pendant que le papa (idéologique) de Zemmour continue de pilonner l'Ukraine avec l'aide de sympathiques tueurs tchéchènes, des islamistes salafistes de première bourre, ravis de se voir offrir un djihad gratuit avec la bénédiction de l'église orthodoxe, Jadot en profite pour purger son équipe de campagne. 

C'est quoi le chantier ?

Pendant que tout le monde a le dos tourné et le slip encagué de trouille par la perspective d'une vitrification imminente, les écolos français règlent leurs comptes en déconstruisant définitivement  Fabienne  Sandrine Rousselle. 

L'écolo-féminisme- machin-bidule en prend un sacré coup ! 

Bon. En même temps, pas de quoi fouetter un poule bio. EELV et son leader ne sont jamais promis qu'à une déculottée de feurste quality aux prochaines présidentielles histoire de faire oublier les roulements de biscotos et la morgue qu'ils avaient affichés après les municipales en prenant les grandes villes, désormais gentrifiées, de France. 

Mais la course ne sera pas finie pour autant puisque comme on présume, la lutte pour les places aux législatives est déjà lancée et devient féroce à l'intérieur des états-majors des partis gauche. La course aux têtes de listes dans les grandes villes se fait à couteaux tirés. Rien d'étonnant pour les petits rentiers de la politique à la papa-maman dont le seul horizon se trouve réduit à une ambition de petits notables provinciaux. 

Il faut laisser les gens sérieux travailler, on aura un quinquennat compliqué à gérer.    

mercredi 2 mars 2022

Une humiliation en or massif

 

C'est une vieille manie chez les dirigeants corrompus des pays du tiers-monde de pousser des gémissements et d'affirmer que leurs actes de malfaiteurs débiles sont uniquement dus à l'humiliation qu'ils ont subi  dans le passé par des supposées puissances.

La sphère des lèches roustons du ruskoff suprême reprennent la formule dans leurs analyses à la mord-moi-le-nœud en France, notamment chez les insoumis, avec le légendaire " oui mais... " de leur futur ex-champion. 

Ils reprennent en chœur (de l'armée rouge) les chouinements du tovaritch qui justifie l'agression de l'Ukraine par des motifs historiques récents : l'URSS après avoir été une puissance internationale, fut démantelée et réduite à une sous-préfecture de province. La grande Russie a été humiliée et elle se vengerait ainsi sur l'Europe et les amerloques. 

Les gugusskis n'ont eu besoin de personne pour dépouiller leur pays et le piller de fond en comble : pensez donc, le pays le plus vaste du monde avec le PIB de l'Espagne ! Une population terrorisée et menée d'une main de fer, une répression féroce envers les opposants, meurtres et empoisonnements politiques, soutient aux dictatures mondiales, présidence à vie.

Ils font sans l'aide de personne.

Retrouver la grandeur de la grande Russie en la transformant en un immense hangar rempli d'explosifs et de bombes atomiques. Le gang d'oligarques milliardaires, anciens camarades de parti corrompus, bouffis de fric et de pouvoir avaient besoin d'un garde du corps et de vigiles armés pour veiller sur leurs intérêts. 

Nos andouilles politiques devraient réfléchir un peu avant de dire des conneries, les seuls qui humilient leur pays ce sont les nababs tiers-mondistes et leurs petits dictateurs dégénérés. 

lundi 28 février 2022

Effroyables représailles

 

Cette guerre d'Ukraine ne fait que confirmer ce que la  plupart des honnêtes gens savaient depuis longtemps : les trois principaux challengers de Macron sont des nains politiques et n'ont aucune compétence pour gérer la France. 

J'oublie Pécresse qui devrait être reconnaissante à Vladimir d'avoir fait oublier ses petits tracas d'ordre canin. Ajouter à cela les hésitations de Fillon ainsi que son discours incohérent et sans projet clair, toutes ces avanies l'ont directement propulsée au fond dans les sondages. 

Revenons à nos trois visionnaires que sont Mélentruc, Zemmachin et Lapinezob, qui malgré leurs efforts acharnés et pitoyables à vouloir expliquer que "ce n'était pas ce qu'ils pensent qu'on croyait que..." et à vouloir effacer leurs traces dans les historiques des égouts sociaux comme un greffier qui a chié partout et qui vainement gratte la terre avec ses coussinets pour recouvrir son petit délit, ne se relèveront pas des bombardements poutiniens.  

Avec ces trois pieds-nickelés, on pourra compter d'autres victimes collatérales de la guerre d'Ukraine : les footballeurs millionnaires. La FIFA ne voulant pas trop pénaliser les pousseux affolés du gland, a refusé de suspendre la Russie. Ses instances dirigeantes ont sans doute craint que la Sainte Russie fasse des représailles en bloquant l'envoi de péripatéticiennes réputées meilleures du monde selon les dires de papa Vladimir lui-même.

mardi 22 février 2022

Se tromper d'adversaire

 

L'autre fois j'entendais Maurice Szafran affirmer qu'avec JFK, ils avaient créé Marianne en réaction à ce qui s'est passé pendant les élections de 2002. 

Aujourd'hui avec Natacha aux manettes, je tombai presque de mon bidet de toilettes en regardant le teaser vidéo que la dame propose pour vendre la dernière édition de son torchon en papier glacé.

Sous l'intitulé : Qui sont les macronistes et pourquoi il en reste? Pas moins !

Elle se demande "qu'est-ce qui fait que les électeurs continuent à croire en lui, puisque les sondeurs le donnent toujours à 25%" malgré... 

Malgré quoi ?

Elle précise à deux reprises - pour ceux qui n'auront pas bien compris, cons ou malentendants - 25 % des électeurs,  et non pas 25 % des Français, hein... "ceux-là auraient gain de cause contre (silence éloquent) tous ceux qui ne partagent pas une vision aussi positive de la France". Histoire de déligitimer d'avance le vainqueur de la prochaine présidentielle.

Le journalisme d'opinion prend un sacré coup avec Natacha. 

La dame qui émarge dans plusieurs radios et télévisions, se répand en anti-macronisme primaire presque pavlovien de cette génération qui a vu élire un président plus jeune qu'elle et qui le déteste  déjà rien que pour ça. Je passe sur le ton très "Ah vous avez bien vu ma brave dame, ses revirements, et son bilan catastrophique !" Mais c'est de bonne guerre : les journalistes ne sont pas là pour cirer les souliers du président.

Mais là, ça confine un peu à la mauvaise foi populardière et criarde. 

Ensuite reprendre à son compte, l'idée qu'en France tout va mal et que les 25% qui adhèrent font partie de la France qui "va bien" c'est un peu limite de raisonnement. Le déclinisme n'est pas loin. 

Et oui Nat, il "reste" encore des macronistes comme moi, pourtant je ne vais pas si bien : locataire, vieille bagnole, rares vacances, au chômage la plupart du temps (et j'en passe). Macron est, depuis 2017, le meilleur candidat de la gauche et ça se confirme une nouvelle fois. On ne cesse de nous seriner que Macron : président centriste, européen convaincu et laïque serait un vulgaire populiste sournois dont le seul but serait de détruire son pays.

Minute papillon.

Alors, le bilan il peut être incomplet, imparfait. On a vu pire. Les revirements : oui quelques uns mais pas de quoi fouetter un chat. Globalement la gestion de l'épidémie fut convenable humainement, économiquement efficace. Francis Lalanne n'est pas maire de Paris. Les chiffres du chômage sont plutôt bons et les gens font la queue aux tire-fesses aux stations de ski ! Royal !  

La France va plutôt bien, nonobstant le discours défaitiste et triste de ces oppositions qui ont juré la perte de ce président depuis la proclamation de sa victoire en 2017. Pour constater qu'ils ont eu tort, il n' y a qu'à regarder où ils en sont aujourd'hui : guéguerres de clans, ralliements improbables, défections et boules puantes ! Pitoyables !

Contrairement à ce prétend Natacha et les éditorialistes, ceux qui voteront pour un second mandat représenteront "La France qui réfléchit bien" plutôt que "La France qui va bien".


samedi 19 février 2022

Don't look up

 

La grande majorité des "observateurs" en France a décrit ce film comme une parabole de notre monde face au péril du changement climatique.

Comme c'est mignon, hein !

Cette pudeur de violette typique de ceux qui ne voudraient pas "stigmatiser" nuancer et bien vouloir croire que dans les foules zombiques qui défilent dans leur gilets fluo ou leur Dacia, il y a des braves gens, purs de toute idéologie et vierges de toutes arrière pensées.

C'est gentil.

L'écologie est un sujet qui ne divise pas (j'aurais pu utiliser le verbe cliver beaucoup plus à la mode comme "trou dans la raquette" ou "la poutre qui travaille"... mais je m'égare comme dirait St Lazare ), donc l'écologie est un truc où tout le monde tombe d'accord, se tape dans le dos et devient copain autour d'un banquet où il y aurait du sanglier à bouffer. 

Mais, laissez-moi ici jouer les bardes qu'on a oublié de bâillonner.

Ce film est pour moi une critique ouverte et sans appel aux utilisateurs malades des réseaux sociaux. L'IRL (in real life) devient un concept, les gens s'enferment et s'entraident à monter des murs autour de leurs croyances, aidés en cela par des gourous à deux balles qui leur susurrent : "Ne regarde pas !".

Surtout ne pas regarder d'où viennent les vrais périls tels que le populisme, l'islamisme, le complotisme et les soutiens aux régimes autocratiques illibéraux. Surtout ne pas regarder les statistiques médicales, ne pas croire la science. Ne pas se fier aux institutions, l'INSEE. Se défier de l'autorité, de la justice. Affirmer qu'il ne sert à rien d'aller voter, d'avoir son bac, de faire des mômes,  que "tous pourris". 

Dommage que Trump ne nous ait pas montré son vieux cul comme le fait la sublime Meryl à la fin du film  (oui, j'adore divulgacher) . Mais ce film, c'est Trump et ses hordes d'abrutis à casquettes, factieux et putschistes, Q-anon et anti-vax, blancs, gavés de boustifaille et de bondieuseries abjectes.   

Don't look up est un bon film. 

mercredi 16 février 2022

Le grand agacement

 

C'est le grand bordel en politique et mes blogueurs font la sieste, à part le gros qui revient très fort depuis sa cure d'amaigrissement forcée. Faut dire que les plus assidus nous ont péniblement pondu un œuf unique après plusieurs semaines de silence. Même à la droite réac, on nous cède à reculons des billets de feignasses et on se parfume les doigts à la littérature que personne ne lit plus.

Je m'inclus évidemment dans le lot des silencieux depuis deux semaines pour cause de concert de grillons dans l'oreille gauche. J'ai pas mal regardé la télé pour chasser les insectes qui me bouffent le crâne et soudain me rendis compte que nous avions atteint un niveau de nullité jamais atteint depuis les élections de 1969, année érotico-tabagique comme vous le sachez. 

Ce matin encore, je rendais mon dernier rire sarcastique lorsque j'apprenais que Nathalie Arthaud avait tout ses parrainages alors que l'ancienne garde de sceaux de Hollande peinait encore à les avoir. Cette dernière ayant, comme chacun le sache, perdu le soutien de l'immense PRG.   Non pas que je préfère l'une à l'autre ou bien l'inverse remarquez, mais je trouve ça rudement débile d'en arriver là. Toujours à  gauche (défense de rire) Place Publique de Glucksmuche refuse de soutenir la Hidalga, ce qui lui fera un immense trou dans ses 2.5% d'intentions de vote. Y a même Libé qui affirme que Melentruc au second tour est une possibilité. 

Sans blague ?

Tout ça parce que le Kim Jonluc a endossé les victoires sociales de la gauche sans dire une seule fois le mot "gauche". 

Comment dans une grand démocratie comme la notre -nonobstant l'avis contraire de MM Rodrigues, Lepen et Mélenchon-  on permet ce cirque ?

C'est quoi le délire ? 

Comment des candidats qui recueillent 0.5% dans les sondages obtiennent les parrainages ? Pourquoi Anasse Kazib ? Asselineau ? Pourquoi devrions-nous leur donner un temps de parole et se fader leur programme (s'il existe) ? D'ailleurs je me demande pourquoi on se faderait le programme d'un parti communiste, d'un PS voire des écolos, toutes ces promesses de beaux jours égalitaires, éoliens et durables qui ne riment à rien puisque tout le monde depuis les chutes du Zambèze jusqu'au Nebraskouille sait qu'ils n'y arriveront pas. 

Pourquoi LR on choisi une poule sans tête ? (bon OK pour les féministes, ils auraient pu choisir un coq sans burnes). Il n y a personne autour d'elle qui voudrait qu'elle ait une petite chance en lui déconseillant d'aller sur un terrain où déjà deux candidats d'extrême-droite se livrent bataille pour se disputer un troupeau de beaufs piétinant tout sur leur passage, ne sachant s'il faut aller du côté de mémé chatons ou de pépé malin. 

Va falloir penser à grand remplacer tous ces gugusses !



vendredi 28 janvier 2022

Entre nains

 

Le fulminant et inutile Jean-Luc fait dire partout qu'il ne débattra pas avec les nains de gauche

Par contre il multiplie les débats avec Zemmour, un géant de la politique comme chacun sait. 

Mélenchon préfère aller faire le pitre chez Baba et ses clowns pour espérer ramasser les quelques miettes de buzz que Zemmour lui abandonnera dans son mauvais sillage. 

Il préfère vendre sa peau et celle de la gauche pour susciter quelques clics et des tweets de deux camps haineux : le sien et celui de son nouveau béguin fâcheux. Il donne ainsi crédit à cette gauche malade qui dit qu'elle votera extrême-droite plutôt que Macron aux prochaines élections. 

La boucle est bouclée.

Je sens qu'on va bien se marrer le soir des résultats du premier tour.

mercredi 19 janvier 2022

Entre ici Jean-Michel Blanquer

 

- Il a mal communiqué à la rentrée , c'est le bordel !
- Merde ! Alors on fait grève jeudi.
- Blanquer démission !
- Il était à Ibiza !
- Merde ! Alors on fait grève jeudi.
- Blanquer démission alors !

Voilà ce pauvre Blanquer obligé de justifier d'avoir pris une semaine de vacances à Ibiza ... en hiver ! 

Bah, vous me direz que les syndicats de l'enseignement, surtout de gauche, trouveront toujours de quoi s'émouvoir pour réclamer la tête de leur ministre. Jean-Mi rejoindra les autres ministres droite et gauche confondues dans le panthéon des ministres ayant subi quolibets, insultes et grèves pour avoir un peu contredit ou bousculé légèrement l'institution. Rien de nouveau.

La gauche pense encore avoir trouvé une planche de salut providentielle à quoi s'accrocher pour éviter son naufrage politique, hélas, il leur faudrait bien plus que ça pour faire bonne figure : par exemple proposer des idées et un programme politique qui ne soit pas un leurre et un attrape nigauds. Un programme qui ne promet pas des lendemains qui chantent et qui ne fera qu'accroître les désillusions conséquentes à la défaite. 

Ils sont devenus des vendeurs de billets gagnants du Loto.

Mais ni les accointances islamistes de la FCPE, ni les insultes de Mélenchon, ni les coups de fils grotesques et le retrait piteux de Montebourg, ni le fatras que personne ne comprend de Taubira, ni les luttes internes de EELV, ni l'idéologie miteuse communiste, ne fera gagner la gauche. 

La palme de la connerie abjecte revient à Marianne qui met tout le monde sur le même plan : Sarkozy le président à gourmettes, ses vacances en yacht et aux states, Chirac et ses vacances tahitiennes chez le pote Flosse et chez ses amis libanais, MAM qui prenait l'avion d'un dictateur Benali. et le pire : Mattei pendant la canicule qui avait fait 19 000 morts. 

Ils comptent gagner des voix comme ça ?

jeudi 13 janvier 2022

La marche turque

 

Quand je vous dis qu'il faudrait s'attarder parfois sur les petites rubriques apparemment sans importance ! 

Ainsi, comme une augure du monde qui nous attend, et à l'instar des meetings virtuels à venir du camarade Mélenchon, un agriculteur turc a fait chausser une de ses vaches des lunettes de réalité virtuelle pour lui passer des images de prairies verdoyantes où elle pourrait s'égailler librement, croyant brouter de l'herbe fraîche avec le trou de balle exposé plein sud. Le tout en écoutant du Mozart. 

Résultat la bovine fournit une plus grosse production de lait ! 

Sans hésiter, l'heureux pégus projette d'équiper toutes ses vaches avec ledit jouet afin de clouer la concurrence, se faire un max de blé pour s'offrir plein de nouvelles épouses.  

Avouez que ça ouvre de nouvelles et fort intéressantes perspectives pour ce pays.

Ainsi, nous pourrions suggérer à son sultan, Recep le Grand, d' équiper chacun de ses concitoyens de ces lunettes afin de leur passer en boucle des images virtuelles d'un monde où son pays serait un paradis démocratique, géré par un sultan bon, agissant sous une charia bienveillante.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...