jeudi 30 juillet 2020

Rendez nous Benalla

           
Alors ils foutent quoi à Mediapart ?

L'actualité n' rien à se mettre sous la dent ! On dirait que les gens "en colère" sont en vacances. Nulle manif, à part les 10 énervées qui suivent Darmanin. Nul saccage, ni atteinte aux symboles. Pas même d'artiste russe hype et torturé dénonçant une quéquette ministérielle ! Même Mélenchon est aux abonnés absents. Cette année même pas de virée chez les compañeros de la revolucion, la seule prise de parole de l'insoumitude fut pour se moquer l'accent du premier ministre et sa propension à parler lentement, très lentement.

Les pros de la rébellion nous ont encore une fois laissé aux mains des médecins priés de nous rappeler qu'à tout moment on pouvait avaler notre certificat de naissance et défuncter à chaque coin de rue. D'autres viennent nous affirmer qu'il n' y a aucune deuxième vague, que la situation est sous contrôle, laissant comme un goût amer à ceux qui ont déjà booké le "funeral planner" version sombre de "wed planner", réservé curé et enfants de chœur,  payé d'avance fleurs et couronnes, engagé l'imprimeur pour les faire-part et commandé les larmes de crocodile des ayants droit.

En France on aime tellement jouer à se faire peur, qu'un jour ça devra finir par arriver.

Vivement une canicule pour nous faire oublier un peu le petit chinois, en attendant la rentrée qui sera encore une fois mouvementée socialement dès que Martinez sera de retour de vacances.


lundi 27 juillet 2020

C'était mieux avant

La saison estivale s'englue dans le morose comme si mes touristes de mes deux se sont crus obligés d'aller parcourir des bornes juste parce qu'il le fallait, car après le confinement vous comprenez, on a envie de prendre l'air. 

Une nouvelle importante est pourtant passée à la trappe : le décès de Jiji Lionel

J'en vois au fond qui font des huit avec leurs lotos exorbités et qui fument par oreilles. Jiji qui ça ? Jiji bordel ! Jiji Lionel le chanteur de la danse des canards. Bon il se raconte qu'il n'en a écrit ni les paroles mémorables ni la musique à chier, mais Jiji le Belge s'est fait les claouis en jonc massif. 

Il avait raison Bernard-Henri Onfray que le monde d'après viendra à la suite du monde d'avant sans oublier une halte binouze dans le monde présent.  C'est toute une époque qui fout le camp avec la mort de Jiji. Putain !

Avec ça, on a même pas de tube de l'été cette année pour cause de covide. Nulle mélodie sur laquelle se trémousser le fion dans les dance-floor poussiéreux des campings deuzétoiles, juste le droit de faire un aller-retour passage au péage histoire d'y raconter aux copains de bureau qu'on a été quand même en vacances avec maman et les chiards car on est des oufs de la life.

vendredi 24 juillet 2020

Ecœurement à deux vitesses

Moi, vous me connaissez je creuse le furoncle jusqu'au fond du cratère car la vérité ne tolère aucune forme de purulence. 

Je reviens quelques instants sur le journal cité dans l'excellent billet à pétarades multiples publié précédemment qu'il vous sera loisible de lire car j'utilise un vocabulaire assez simple, à la portée de vos ressources limitées par la chaleur estivale et le manque d'oxygénation cérébral dû au port obligatoire du masque. Car pendant que certains confrères blogueurs s'amusent à nous débiter des tranches interminables de texte supposés nous rendre confiance en la gauche française, votre serviteur s'adonne à de vraies investigations à rendre jalouse une Elise Lucet, seule journaliste au monde capable de se servir d'un jeune porte-parole de société du CAC 40 balbutiant, comme d'un godemiché à tête boudeuse pour parvenir à une éjaculation fontaine lorsque apparaît le générique de fin.

D'abord, je lis une jolie tribune de femmes politiques insoumises et de gauche demandant la démission de Darmanin.  Rien d'anormal, on est sur Libé. Ensuite plus bas, ils indiquent qu'un adjoint de la mairesse de Paris démissionne car "pour être adjoint à la mairie de Paris, il faut des qualité éthiques". On voit sur l'article un groupe de manifestantes brandissant des pancartes rudes, parfois injurieuses envers le gugusse qui avait soutenu à l'époque, Matzneff, le découvreur de jeunes talents. Jusque là rien de surprenant on est sur Libé.

Mais ce qu'on ne trouve pas sur Libé c'est la réaction de Hidalgo, égérie de la reconquête municipale de la gauche où elle dénonce vigoureusement l'attitude de ses amis écolos et féministes en déclarant "être écœurée de voir le droit piétiné par la rumeur." Voilà la conclusion d'une belle histoire qui se mord la queue, dirait le beau Gabriel.

Allez pas dire que c'est pas de la grande enquête de terrain, hein.

mercredi 22 juillet 2020

L'art de s'accomoder des restes

L'actualité étant morne à l'image de cette pauvre époque que nous vivons, planqués derrière nos masques, le slip souillé par la trouille, j'ai pêché deux articles qui devraient nous éclairer sur l'avenir de la gauche.

D'abord cette révélation, comme quoi Macron se vautrerait dans le luxe hérité de l'esclavagisme en vivant dans un palais construit par un négrier. Après le banquier de chez Rotschild, le président des riches, l'éborgneur en chef, l'anti-social et le promoteur de la culture du viol, vient enfin le descendant de bwana qui sort la nuit en chaise à porteur pour des safaris dans 9.3.

Mais ce n'est pas le pire.

Fouillant dans le même bac à compost, je tombe nez à nez avec ce reportage répondant tout à fait au cliché dont la gogoche fait tant d'efforts à vouloir y coller tellement c'est incroyable. Répondant au fameux adage qui énonce qu'il n'y a nulle vulgarité dans le hype, on découvre que la pratique du rodéo urbain pourrait, moyennant de belles photos et un texte intello dans un beau journal bobo, se hisser au rang de pratique "arty" tout ce qu'il y a de chébran, comme disait feu Jack Lang (quoi ? il est pas mort ?).

On voit bien que les rédacteurs de Libé, n'habitent pas dans les cités craignos, égayées par les joyeuses pétarades des gentils bambins, jusqu'à pas d'heure.

L'arrivée de Joffrin à gauche, va sûrement remettre un peu d'ordre dans tout ça. 

Non, je plaisante évidemment.

mercredi 8 juillet 2020

Garçon ! Une demi-excuse svp !

Poussé par la rue, le pouvoir algérien a remplacé un vieux potentat impotent par un de ses cousins pour donner l'illusion du changement. 

Les procès staliniens de l'ancienne équipe pour corruption ne suffisant pas, la junte au pouvoir ressort les vieilles ficelles de la colonisation en exigeant réparation.

Ça tombe très bien en ces périodes de déboulonnages.

Seulement la junte militaire au pouvoir là-bas est coutumière du fait. Chaque fois que son pouvoir est menacé, il est de tradition "d'attendre des excuses de la France".  Les premiers déplacements à l'étranger des nouveaux présidents français, sont souvent pour l'Algérie. Il est de folklore également de faire des déclarations marquantes, du type "crime contre l'humanité" de Macron. Mais passons.

A l'occasion de leur 58 fête d'indépendance, le nouveau "cousin" déclare que "son pays n'a reçu que des demi-excuses, et qu'il faut faire un autre pas". Voilà qui est supposé revigorer le peuple et lui rendre confiance et fierté envers ses dirigeants. La demi-excuse c'est la restitution des cranes de combattants algériens du XIX siècle, qui furent accueillis en grande pompe et opportunisme par les militaires du pays.

Comment des héros de l'histoire de la résistance de ce pays s'en trouvèrent réduits à représenter seulement une demi-excuse ?

Espérons que l'état français ne mettra pas encore 58 ans pour trouver l'objet de la "demi-excuse" restante pour calmer les militaires algériens car, en attendant ils continuent à opprimer les gens et les écraser sous leurs Rangers. 

Alors un effort messieurs de la France, aidons les algériens, libérons ces pauvres gens afin qu'ils puissent enfin vivre dans un pays démocratique, un état de droit, un pouvoir civil et instruit, coopératif et amical avec ses voisins, soucieux de son système éducatif et de santé où la presse et l'opinion seraient libres, et les femmes aussi !

One, two, three... viva l'Algérie !


mardi 7 juillet 2020

Je dirais même plus...

Puisque vous êtes là, autant vous infliger ma propre analyse sur le dernier remaniement. 

D'abord écouter les commentaires des esprits chagrins et les mauvais coucheurs pour voir là où la douleur est la plus aiguë. Manifestement c'est à gauche que ça couine le plus, comme d'habitude. "Un gouvernement Sarkozy bis", "Macron confirme sa droitisation" et autres conneries du même tonneau. 

Castex est un gars des territoires, il a un accent effroyablement provincial et n'a gêné personne lorsqu'il fut missionné pour le déconfinement. Connu pour être un homme de dialogue, bref un centriste bon teint sans excès, chargé d'amener le bateau à bon port pour les élections de 2022.

Hier la même gauche traitait Hollande de président de droite, et a tout fait pour le faire perdre, alors faut-il s'étonner de ces croassements malfaisants ? Macron, n'a jamais dit qu'il était de gauche. Dire qu'il fait du Sarkozy en mettant Darmanin à l'intérieur, c'est oublier que ce type était déjà au gouvernement depuis le début du quinquennat et a quitté sa famille politique depuis les frasques de Fillon.

Depuis des années, la gauche défend les casseurs contre les flics, trouve à s'entendre avec les islamistes, dénigre la justice, monte les colères et la défiance envers les institutions, encourage les communautarismes et les idéologies particularistes importées des US, comment lui donner les clés d'un ministère chargé de défendre la République ?

Les autres ministres ne semblent pas poser problème.

Reste l'énigme Dupond-Moretti.

La première réaction fut celle du syndicat des magistrats et a été très violente "une déclaration de guerre " pas moinsse ! Voilà ! Il suffit de voir où ça couine le plus comme je disais plus haut.

Il va y avoir du sport de ce côté là on dirait. 

samedi 4 juillet 2020

Ils sont fous ces taïwanais !

Depuis que nous ne sommes plus tous noirs américains, nous devenons provisoirement tous écolos depuis les dernières élections municipales. 

La petite reine de la démocratie dont tous les partis revendiquent une portion de gagne, finit par une belle pantalonnade que seule Marseille est capable de nous offrir avec le ralliement désintéressé de la Bonne Mère Ghali, qui depuis la margelle de sa piscine défend le pauvre des quartiers nord.

Oui, on a tous gagné les élections, surtout les écolos. Voilà qui nous engage et nous contraint à une discipline stricte afin de sauver la planète, les pandas et la bière Dodo, animal dont on sait l'imminente extinction en cas de grande soif. Pendant ce temps, nos amis chinois de Taïwan entrent de plain-pied dans le monde d'après en inventant le faux voyage en avion, avec faux contrôle d'identité, fausse fouille, fausse palpation de vrais petits roustons et viceloque touche nichons de faux voyageurs, assis dans des vrais avions qui ne décollent pas. Merde ! Que fait Hulot ! A moi Bayou ! Rendez-nous Mamère ! Où est Bové ? J'exige Duflot ... non elle est à Oxfam !

Pendant qu'on nous fait les gros yeux pour pas avoir lavé les restes de yaourt avant de mettre le pot dans la poubelle jaune, les chinois s'entraînent sévère en attendant le signal de l'OMS qui les autorisera à venir par millions faire du shopping chez Chanel et vaporiser quelque nouveau virus dans nos narines fatiguées. 

Le monde continue à vriller pendant que nos gros cons encombrent les péages d'autoroute en rêvant de rosé et de sieste crapuleuse avec bobonne sous la guitoune surchauffée. Et les télé-vacances, c'est pour les chiens ?

dimanche 21 juin 2020

Dijon, les nouveaux casques bleus

Les communautés tchétchène et maghrébine ont signé un cessez-le-feu dans une mosquée en banlieue de la capitale mondiale de la moutarde sous l'égide d'un imam proche des frères musulmans, apprend-t-on dans cet article

Petits gâteaux au miel et thé à la menthe, voilà comment s'est conclue la paix entre belligérants. Il ne manquait plus qu'un bon calumet de la paix, bourré de haschisch comme il se doit pour signer le certificat de décès de la république, de ses lois, ses institutions, ses principes, sa police, et ses représentants légaux. 

mardi 16 juin 2020

Hanotintin dans le 9.3

Après ça, venez pas vous plaindre comme quoi j'exagère toujours à pousser le caramel dans la carie de la gauche en dérive, mais admettez que cette info aurait de quoi vous faire perdre tout sens sérieux et vous plier de rire... ou de honte ?

L'épicerie de gauche, particulièrement à Saint-Denis, ne recule devant aucun sacrifice et continue à brader la marchandise déléguée par la république française.  Elle n'en finit pas de se défaire moralement comme l'atteste cet article sidérant

Il s'agit d'un certain M. Hanotin, candidat socialiste du douar, qui a fait appel à une méthode de français facile (Falc) portée par l'UNAPEI (fédération de défense de personnes handicapées) pour élaborer son tract électoral.

Hanotin, en ces périodes de déboulonnages à tout va, coiffe son casque colonial, et prend le risque de s'adresser à ses potentiels électeurs en langage forofifon ou tirailleur (je n'ose même pas utiliser l'expression infamante de pitinègue, faudrait pas qu'un non habitué de ce blog se mette à croire que je suis raciste).

Pauvre Hanotin ! Il pense son projet municipal si grandiose et subtil qu'il craint à ce point de n'être pas compris ? Ses potentiels futurs administrés sauront apprécier le choix des formules simplistes et appauvries, preuve du niveau intellectuel auquel il les tient en estime. 

A force de vouloir tirer tout le monde vers le bas, la gauche devrait réviser sa théorie du progressisme... ou bien faire voter une loi abrogeant la loi Toubon qui oblige à écrire les tracts uniquement en Français.

vendredi 12 juin 2020

Absentiel

Chaque fléau charrie avec lui son quota de catastrophes, mais oblige parfois à une forme d'inventivité comique susceptible de débat. 

Ainsi, des vocables encore inconnus ou peu utilisés font surface, principalement dans le jargon administratif où le crâne d’œuf d'état règne en maître absolu sur des milliers de sous-fifres dotés d'une bonne mutuelle et de plusieurs semaines de congés payés en perspective. 

"Confinement" par exemple, a obligé la plupart des gugusses dont la présence n'était ni utile, ni même parfois souhaitée à leur poste de travail, à télétravailler. Occupation qui consiste à faire semblant d'être concentré sur l'image de son patron ou de ses collègues de l'autre côté d'internet pendant qu'on a les couilles à l'air ou bien d'une main ferme, on essaye l'air de rien, d'étouffer le petit dernier dans son berceau qui braille comme un petit goret, vous empêchant de saisir le propos de votre vis-à-vis virtuel.

Cet article que vous trouverez n'importe où, affirme que près de 4% à 5% des enseignants n'ont pas donné signe de vie depuis le début de l'enfermement. 

Les nouveaux (pour moi) mots en "tiel" entendus surtout dans la bouche des personnels de l'éducation nationale et consorts : présentiel, distanciel ... prennent tout leur sens. A la radio, on interrogeait justement une responsable syndicale de profs sur le chiffre avancé (40 000 disparus) ... long silence puis pirouette-cacahuète oratoire, prétextes bidon et verbiage habituel sur le "profs-bashing" etc... 

Alors pour donner un petit coup de main, je propose le terme "absentiel" voire "vacantiel" qui me paraissent tout indiqués et dans l'air du temps.

mercredi 10 juin 2020

Tondus à la libération

Une belle occasion de voir que le monde d'après, promis par les pignoleurs de la pensée souvent de gauche, ressemble beaucoup à celui d'avant-hier.

Dès que la menace recule, le trouillard avance et l'inverse est aussi vrai que le lycée de Versailles (jeu de mots peut-être trop subtil pour les cerveaux atrophiés par le confinement, y a pas que les muscles qui ont pris, hein).

En triant dans la poubelle du jour je tombe sur cet article qui narre les déboires judiciaires et le tombereau de poursuites dont va devoir s'encombrer l'exécutif pour les deux prochaines années. Nous subirons les commentaires et les expertises juridiques des éditorialistes habituels aussi spécialisés en infectiologie, sur les plateaux télé sans oublier celles de Périco Légasse, cuistot multicarte spécialisé en tout, dont la notoriété est due, vous le savez tous, à l'élaboration de la recette de la fameuse tarte aux poils "Natacha", le dessert qui donne son avis sur tout en laissant des miettes entre les dents. 

"Le peuple attaque en justice l'état pour divers manquements et autres joyeusetés macabres subies pendant l'épidémie. "

Naturellement, les soutiens à cette entreprise hasardeuse, ne manqueront pas étant donné qu'eux auraient bien mieux géré tout le cirque. A cet égard, je poursuis un lien "Plainte Covid" cité dans le canard, et je tombe sur le site dédié à la chose. Tous les formulaires dûment jargonnés par des avocats de militance d'opposition s'y trouvent, y a qu'à télécharger et envoyer au parquet. Sur la capture d'écran en illustration, sous la représentation de la justice en bronze, on y voit une mention : site personnel initiative Bruno Gaccio. 

Moi vous me connaissez, ni une ni deux, je vérifie qui est le gugusse et je tombe sur une biographie complète allant d'une carrière à canal plus pour les guignols de l'info, le pathétique Groland aussi puis une incursion dans la politique avec la vague des socialistes dissidents de type "Place publique", "Nouvelle donne"...bref, la junte bobo canal St Martin révulsée de voir le montant faramineux en bas de sa fiche de paye chaque mois. Gaccio a aidé à monter le micro-groupuscule "Nouvelle Donne" dont le seul programme politique consistait à envoyer le-dit  Larroutourrou (j'ai peut-être mis trop de R...) d'aller béqueter gratos à la cantine Bruxelloise.

On finira donc le quinquennat pliés de rire mais au tribunal.

mardi 2 juin 2020

No go zone

Le temps n'est pas notre allié surtout lorsqu'il charrie des événements désobligeants pour nos certitudes. 

Ainsi les fiers amerloques et à leur tête (de gland) cette noix vide de Trump, se réjouissait à travers sa chaîne Fox machin que Paris devenait une no-go zone, entendez un endroit pas fréquentable pour les touristes ricains avec leurs casquettes et leurs tatouages à la con. Ils leur ont même fourni une appli bidon, recensant on ne sait d'où, des lieux d'agressions et de vols à éviter dans la capitale.  

Souvenons-nous !

Il n'y a pas si longtemps, Steve Bannon le chaman idéologique de la trumperie, pointait son nez strié, sa couperose de souche et ses yeux triple belons dans les réunions de fachos en costard-cravate devant une Marine Lepen en liesse et déshydratation sévère tellement elle mouillait sa culotte.


Aujourd'hui, c'est les Etats-Unis tout entiers qui brulent, et toujours pas de déclaration de Bannon ?

Bah non !

dimanche 31 mai 2020

La nouvelle Star


La chanteuse de télé-crochet a suscité pas mal de remous dans le marigot virtuel où se déchirent à coups de fautes d'orthographe les factions marron/jaune/rouge ainsi que les dites minorités ethniques glapissantes.

Un clapotis comme dirait l'autre.

Mais certains pets cérébraux proférés dans les émissions bas de gamme supposées nous info-entertainer font parfois réagir en haut lieu et c'est mal. Le lumineux Castaner a cru bon d'y aller de sa personne pour "se scandaliser" en public devant les propos de la péronelle en mal de buzz après confinement. 

La jurisprudence "Leonarda" c'est pas pour les chiens, hein.

A moins qu'il ne s'agisse d'un simple trait de génie et d'avant-gardisme inattendu, une vision... une prédiction. Seulement Camélia s'est gourée de continent et de pays. Les Etats-Unis, nouvelle patrie où plusieurs de ses camarades, stars scandalisés aussi, ont décidé de se confiner pour échapper aux flics racistes français.

vendredi 29 mai 2020

On a bien ri

Une dernière petite facétie avant de partir définitivement :  Bedos a fait passer à la trappe la mort d'un autre trépassé de frais, le dénommé Goasguen.

Quand on sait que ce dernier, avec son passé qui pue du derche, a été un grand compagnon de parti de la dame poissonnière qu'on voit faire la tronche à Lulu (qui l'a eu dans cul) lors de son procès contre le flamboyant pied-noir, cela ajoute à notre bon plaisir.

Une photo qui en dit long et nous rassure car au fond, on a toujours le droit de  nous foutre de la gueule des connards !

Merci à lui !

mardi 19 mai 2020

Coucou, revoilà les frondeurs

L'aile "gauche" de LREM se détache de la majorité présidentielle pour essayer de la faire tourner en rond (métaphore volaillère tout à fait gratuite).

Curieuse cette manie chez les socialos ou ancien socialos de faire sécession, même au sein de leur propre camp, dès que ça commence à sentir le caca. 

Aurélien Taché, ancien socialiste, remue depuis plusieurs semaines et finit  par fédérer quelques petits copains pour former un groupe parlementaire à part afin d'affaiblir la majorité et se retrouver en position de négocier face au candidat de gauche en 2022. 

Un des arguments de ces "déçus tardifs" est que le macronisme penche beaucoup trop à droite à leur goût. Je rappelle à ces gugusses (encore une fois) que jamais Macron n'a promis de faire une politique de gauche, même si certains s'obstinent à le croire pour s'infliger des frissons rageux.

La petite gauche fait de l'insoumisme petit bras. Elle fait comme sa grande sœur, la vrauche : se barrer dès que l'orage approche. Cette gauche ne désirera jamais vraiment le pouvoir car elle est incapable de l'assumer. Prendre des décisions, faire des choix et risquer de se tromper, faudrait être con !  L'opposition éternelle est d'un confort incomparable.

Les politiciens sont là pour durer, il ne faudrait pas qu'ils se gourent. Le personnel de gauche l'a très bien compris. Les places sont chères et les émoluments juteux, alors pas de vagues, pas de responsabilités...faut laisser les autres aller au charbon ! A droite, c'est pire. Y a  qu'à voir la moyenne d'âge des têtes de gondole LR et leur carrière longue comme la bite à Rocco!

Leur tort est de croire que Macron c'est Hollande.


Raisonnement d'imbécile consistant à exiger des autres ce qu'on est incapable de faire soi-même.

La suite de l'épidémie va avoir des conséquences assez sévères au niveau économique et social et certains y voient une belle opportunité pour se hausser du col, mais il ne faut pas se tromper sur leurs intentions : ils ne feront jamais rien pour se mettre en première ligne lorsque le pays entrera dans le dur... ils se contenteront de chauffer quelques débiles en les envoyant casser et brûler. 

Le monde enchanté de l'après... probablement.


dimanche 10 mai 2020

Le dialogue social selon la CGT

Chacun se fera sa propre interprétation sur cette version très cuir de la lutte des classes vue par la cellule infocom de la confédération.

Une nouvelle bataille syndicale se profile pour la CGT et ses appendices rageux à l'occasion du déconfinement qui arrive. Il semble que des mécanismes, surtout judiciaires, se fourbissent  pour empêcher par tous les moyens possibles la reprise de l’activité.

Un interminable congé payé ! Même au Front Populaire on y avait pas pensé.

Mettre l'économie aux abois  et la rendre dépendante de la banque et de la finance mondiale, pour mieux la montrer du doigt. Le projet politique de l'extrême-gauche est connu depuis longtemps et malgré son côté gauche-militante-alter séduisant aucun modèle n'a pris ni en Espagne, ni en Italie... encore moins chez les pauvres grecs !

Il leur reste la campagne de com du type rouge-marronnasse à connotation homophobe. 

Tout ça parce que le patron de la CFDT a critiqué vertement la CGT d'avoir provoqué la fermeture de l'usine Renault qui remet plusieurs centaines d'ouvriers au chômage et 700 intérimaires à la soupe populaire.

A ce train là, la gauche a un bel avenir électoral devant elle, c'est sûr !

Crédit illustration.

mardi 5 mai 2020

Dissolvons tout ça !

Jouons les madame Irma.

Allez... avant la fin de l'année, Macron serait bien avisé d'annoncer la dissolution de l'assemblée nationale, comme l'avait risqué Chirac en 97. Ça n'a pourtant pas empêché sa réélection pour un second mandat... souvenez-vous. Mais la question n'est même pas là.

La dissolution permettrait de mettre fin, provisoirement, au bordel politique infâme auquel est soumis ce pays. Jugez plutôt : en trois ans de présidence une année de gilets jaunes, une année de grèves puis une épidémie qui finit de mettre à genoux les gens et l'économie pour au moins un an supplémentaire... Des emmerdes volant en escadrille serrée !

La communication sur le manque de matériel médical a été des plus calamiteuse et c'est une erreur grossière que ce gouvernement paiera cash. La suite risque être encore plus catastrophique car les acteurs agissants dans notre société sont à cran. La crise de nerfs guette et rien de plus opportun qu'une dissolution pour apaiser l’inflammation sociale qui couve. Celle qui bloquerait tout pour de bon et nous amènerait à des extrémités politiques fâcheuses et regrettables.

Rappeler les citoyens aux urnes, c'est les remobiliser autour d'une question importante. Un nouvel objectif et les mettrait devant un choix politique important. Les oppositions devront se retirer les doigts du cul et montrer qu'ils n'ont pas que de la gueule. La majorité qui se dégagera devra gérer... elle n'aura pas ni choix ni des excuses. 

Une bonne remise à zéro des compteurs.

jeudi 30 avril 2020

Mélenchon/ Lepen rejetés !

Ce n'est pas moi qui l'affirme, c'est le dernier gros sondage dévoilé ici

Et ce n'est pas fait pour me déplaire lorsque je parcours distraitement (dans la bloglist des copains) les délires obsessionnels d'un blogueur de gôgôche qui reprend le terme avilissant de Macronavirus à la mode dans certains égouts complotistes et jaunes. Et la sottise se doublant souvent de vanité, il ne trouve de source pour étayer son charabia que dans ses ancien billets vers lesquels il met des liens.

Dans ce sondage détaillé, il apparait aussi des résultats assez défavorables (40/60) à l’exécutif à cause de la gestion calamiteuse de la communication sur le manque de masques. Mais rien de plus normal lorsqu'on est aux manettes. Gouverner c'est prévoir, comme on dit bêtement quand on n'a pas eu l'occasion d'être aux affaires. 

Ce qui est risible, c'est de voir que les deux charlots qui s'érigent en opposants principaux au président sont aussi détestés par les Français. Quoi de plus normal ? Ils les savent incapables de fournir la moindre proposition, toujours à touiller leur haine et leur fausse colère dans les vieilles marmites idéologiques (facho/coco ou l'inverse). Dans l'incapacité maladive de coaliser qui que ce soit d'autre pour faire élire des groupes dignes de ce nom aux assemblées. Autosuffisants dans leur conneries. 

Tant mieux !

On va encore bien rigoler en 2022 lorsque les derniers gauchistes dont la bonne conscience et la raison n'aura pas été vérolée par Mélenchon, iront voter dans le cas du duel attendu entre Lepen et Macron. 




mardi 28 avril 2020

Le monde d'après

Comme j'ai la flemme depuis quelques jours, et désespéré d'entendre autant de conneries débitées à la seconde, je préfère partir d'une illustration pour dire.

Cette photo a été prise dans un marché aux animaux sauvages, quelque part en Indonésie. Les drôles de bestiaux à la gueule ouverte que vous voyez, ne sont pas des fœtus humains que des avorteurs occidentaux donnent à manger aux asiatiques en mal de trique matinale comme on pense dans les réseaux complotistes chez les "un papa-une-maman". 

Ce sont de chauves-souris préparées pour une bonne sauce COVID bien relevée aux épices pour faire des rondelles bien rouges à ceux qui les bouffent.

Il y en plein d'autres si vous comprenez la langue rosbif dans cet article.

Sinon, il y avait cette illustration, montrant l'assaut subi par certains sites touristiques en Chine dès que la promenade dans la cour du grand pénitencier paradis communiste fut autorisée. 

Le monde d'après ressemble furieusement à celui d'avant, mais en pire... car maintenant on sait.

vendredi 24 avril 2020

La Saine Saint Denis

J'emprunte ce lapsus calami rigolo (merci Google) au titre d'une article hâtivement bredouillé par un scribouillard de L'Obs en ligne.

Nul n'ignore que ce département et ses quartiers périphériques concentrent un maximum de problèmes sociaux, économiques et culturels à en devenir champion de France toutes catégories. Dernier en date l'impossibilité de confinement, appelé aussi "confinement à deux vitesses" par les mauvaises langues, donnant lieu à un taux de contagion et d'hospitalisations beaucoup plus élevé qu'ailleurs. Le sain département n'oublie également de flamber dès que l'occasion se présente. Ici le gentil motard agressé par une portière de voiture de flics. Heureusement, l'homme soudain habité par une irrépressible foi en la justice de son pays depuis son lit d'hôpital, appelle ses soutiens au calme en les remerciant de leur solidarité, fêtée comme il se doit avec de beaux feux d'artifices.   

Pourtant à voir la concentration d'élus communistes et Insoumis dans ce département, on aurait pu croire qu'il fut exemplaire dans sa gestion. Qu'on y vivrait dans un paradis de fraternité de partage et de planification écologique. 

Mais que fait la gauche bordel (à part de beaux lapsus) !

Bah elle gentrifie petit à petit l'endroit car l'immobilier y est donné par rapport au reste de la couronne. Mais attention, elle appelle ça "vivre avec les gens" ou bien "mixité sociale" c'est l'expression de ces néo-missionnaires, post-expatriés inclusifs qui évidemment prennent le soin de vivre dans un entre-soi strict, confinés, retranchés dans des immeubles dont on peut fermer l'accès au jardin commun pour l'apéro du soir grâce à un portail. Sans oublier le gardien bien sûr. Les enfants, scolarisés sur place mais attention seulement la primaire... et encore. Faut trouver un collège à Paris, moins de délinquance, drogue,  harcèlement toussa, puis y a les lycées à prépas qui regardent le CV du petit.

Encore un petit effort, et tous ces soucis seront relégués en troisième, voire quatrième couronne et tout rentrera dans l'ordre. 

Provisoirement.
 

mardi 21 avril 2020

La fin des clivages ?

En ces temps où la moitié des français devient épidémiologiste et l'autre infectiologue, nous ne pouvons nous empêcher d'aller à la caricature du "village gaulois retranché" consistant en une recette de boustifaille à chaque fin d'émission médicale sur la radio ou à la télé comme un banquet final où nous serions hautement fiers et satisfaits d'être ce que nous sommes. Mais passons outre cette part d'exotisme et cette fraîcheur dilettante qui fait notre charme légendaire.

Je crains que cette épidémie ne creuse encore davantage le fossé entre la gauche (gogoche et vrauche) et le populo moyen et les prolétaires. Déjà, qu'ils se sont presque tous mis au vote à l'extrême droite, et il est à redouter (par la gauche) que les derniers résistants ne se mettent à voter pour une droite au prochain scrutin présidentiel.

Car admettons le franchement : ceux à qui réussit le plus ce confinement c'est bien la moyenne bourgeoisie instruite et bobo de gauche. 

Je m'explique.

Le télétravail par exemple, souvent il ne peut être pratiqué par les emplois sous-payés, érigés stupidement et souvent dans le mépris insidieux en héros. Une grosse cohorte aussi d'employés ubérisés et d'auto-machins. La transhumance vers les résidences secondaires et la fuite chez papa/maman à la campagne ne sont possibles que pour la première catégorie. Habitant à la campagne (Provence) moi-même, je connais des tas d'exemples de bobos des villes rapatriés dans cette nature sublime en attendant la fin. Les enfants et l'école à distance : pareil. L'éducation nationale perd des bataillons de gamins déjà naturellement fragilisés, encore plus pendant la fermeture des écoles, les parents incapables de gérer le moindre cours... occupés à bosser, à se bourrer la gueule ou à se mettre des coups de latte dans la tronche. Et cerise sur le gâteau, devinez qui seront les premiers à revenir en classe ? Les premiers punis ? Les gamins en réseau d'éducation prioritaire. Les enfants de riches pourront aller en vacances avec la bénédiction des syndicats de profs.

Qui voudrait que tout cela cesse au plus vite ? Les mal logés, les mal payés, les indépendants, les ubérisés, les petits boulots, les petites mains. Ceux qui voient leur compte en banque se vider à grande vitesse et ne peuvent compter sur la générosité de l'état.  Il est à noter que les syndicats les plus à gauche renâclent devant les décisions de reprise du travail dans les secteurs industriels, BTP,  éducation nationale et autres fonctionnaires.  On les comprend volontiers, la lutte des classes ouvrières prend un tournant sanitaire qu'il faut investir d'urgence. On s'accroche comme on peut.

Quant aux médecins, ils voudraient naturellement voir des hôpitaux sans aucun malade, nous savoir enfermés pour qu'on puisse mourir en bonne santé. On s'excuse pour le dérangement messieurs, dames !

lundi 20 avril 2020

Ma voiture, mon chien, Mamie

Après l'interminable et inutile conférence de presse d'hier, on a pu retenir tout de même un truc vachement intéressant qui questionne sur l'état de notre société. 

Il a fallu attendre une bonne semaine entre l'autorisation donnée à ceux qui veulent se rendre à la SPA pour adopter un clebs et celle de pouvoir rendre visite à ses vieux dans les EPAHD.

On progresse !

Certains craignent que le jour d'après soit le même que celui d'avant, voire pire encore, mais ils ont tort. Le jour pendant est déjà pas mal pourri !


vendredi 17 avril 2020

Delfraissy chope le melon

Voici venu le règne des carabins ! 

A force d'être invité sur tous les plateaux télé et faire la dinette avec ministres et président, le gugusse en question développe une maladie pas si rare chez les personnes fragiles : le melon. 

Sans aucune précaution ni préalable, le président du conseil scientifique, instance consultative comme tant d'autres, annonce, préconise, décide tout de go parlant des plus de 70 ans, des gens fragiles, diabétiques, cancéreux, obèses etc... : "Je suis extrêmement clair : si on n'a pas les pré-requis, il faut rester confinés". 

18 millions de Français. excusez du peu !

Les médecins (et j'en connais beaucoup autour de moi, famille comprise) ont la fâcheuse tendance à vous regarder comme un malade en puissance et un cadavre potentiel. Avec un manque de tact et d'empathie presque naturel, ils vous étouffent avec leurs 10 ans d'études dans un domaine touchant au plus profond du fond de votre trouille la plus bleue : votre santé.

Avec Delfraissy le péremptoire, on en est quasiment à la caricature du toubib qui cause à son patient à la troisième personne  : "alors elle a quoi aujourd'hui la dame ?" "Où est-ce qu'elle a mal?" " Elle s'allonge et donne la papatte".

Je ne suis pas loin de partager l'opinion coup de gueule d'Alain Minc (pour cette fois-ci) :

"Je crois qu'on est en train de perdre les pédales..."

"pense qu'il faut savoir prendre une certaine distance vis-à-vis du pouvoir médical", d'autant qu'on "parle d'une science qui m'a l'air très aléatoire en termes scientifiques, parce que pour des raisons légitimes, il y a très peu de choses que l'on sait."

"Il faut quand même penser à tous les dégâts que aussi, au nom de cette lutte légitime contre le virus, on est en train de faire"..."il faut, à un moment donné, arbitrer entre des contraires. C'est un arbitrage incroyablement difficile. Le seul pouvoir qui est légitime, c'est le pouvoir démocratiquement élu, c'est à dire le pouvoir politique. Les médecins doivent donner leur avis. Ils ne sont pas le pouvoir de décision", les "ayatollahs de quelque discipline que ce soit, les banquiers, les économistes, les prêtres, les médecins n'ont pas lieu d'être, d'occuper le pouvoir."

mercredi 15 avril 2020

Vive Wikipédia !

La lecture de ses articles sont un trésor d'informations édifiantes et parfois éclairantes : par exemple les ARS.

Concrètement, un des rôles des ARS est de moderniser et rationaliser l'offre de soins et de veiller à la bonne gestion des dépenses hospitalières et médicales

Pour (tenter de) rationaliser l'offre de soins, autrement dit les dépenses hospitalières et médicales, la réforme HPST (en droit) et les ARS (dans les faits) ont largement retiré aux médecins, notamment aux chefs de service, leur pouvoir sur l'hôpital et ses services de soins, confiant ce pouvoir d'abord au directeur de l'hôpital, et privilégiant une approche gestionnaire (par contrats pluriannuels d'objectifs et de moyens), voire administrative, et financière plutôt qu'une approche purement médicale.  

Et la cerise sur le gâteau !!!

Directeurs : Ces personnes sont parfois d'anciens directeurs des DRASS, de l'ARH et URCAM, IGAS, CPAM. D'autres proviennent du monde de la santé (Directeur d'hôpital), de la mutualité ou du top management de la grande distribution.


vendredi 10 avril 2020

Crime contre l'humanité c'est à partir de combien de morts ?

Quand l'idiot montre la lune, on ne voit que son doigt. C'est un peu ce qu'on ressent lorsque le stupide Trump dit en vrac ce qu'il pense sur certains sujets. 

Naturellement, tout ce qui sort de sa bouche doit être systématiquement frappé du sceau de l'imbécilité et immédiatement réfuté. Normal me direz vous, quand ça vient de cette montagne d'incompétence et de débilité intellectuelle. Mais ce raisonnement me semble parfois un sentier facile à pratiquer et nous condamne, non seulement à la paresse, mais parfois à laisser passer certaines choses qui mériteraient qu'on y arrête notre bel esprit. Parfois l'imbécile nous dit des choses, il faut juste passer outre, mettre des gants et faire le tri dans la poubelle de ses paroles.

Le monde libre apporte tous les jours les preuves que le pouvoir Chinois a tout fait pour étouffer l'émergence de ce virus, ce qui a retardé l'alerte au niveau mondial et continue de provoquer des morts par dizaines de milliers, demain des centaines... pourquoi pas quelques millions lorsque l'Afrique et l'Amérique sud, continents démunis, subiront à leur tour l'épidémie.

Trump attaque frontalement, comme à son habitude, l'OMS.  A y regarder de près, il n'a pas tout à fait tort sur les faiblesses du patron de cette organisation pour le pouvoir Chinois. Non seulement ce dernier contribue, et sans raison, dix fois moins que les américains au budget global mais empêche l'entrée de Taïwan en opposition à la charte de l'OMS. Entre autres, le patron du fromage international Tedros Bidule, traîne une belle guirlande casseroles avec la nomination du gentil Mugabe à l'OMS en retour d'ascenseur, et pour avoir camouflé des histoires de choléra dans son propre pays.

Début 2020. Selon le professeur de Georgetown, Lawrence Gostin, sa stratégie était de "convaincre la Chine de la transparence" plutôt que de la critiquer. Tedros a adressé à la Chine des "éloges effusifs" pour ses mesures de confinement, les décrivant comme une "nouvelle norme pour la lutte contre les flambées"...  Il est également critiqué pour le retard pris à le déclarer urgence de santé publique de portée internationale...

J'adore le mot "effusif" !

Au cours de la première semaine de février 2020, il a déclaré qu'il n'était pas nécessaire que le monde prenne des mesures qui «interfèrent inutilement avec les voyages et le commerce internationaux», telles que les restrictions de voyage dans le monde. Cela a été interprété comme ayant contribué à la propagation du virus. 

On notera au passage l'importance accordée à "l'économie et au commerce" plutôt qu'à la santé des gens...

Une pétition recueillant plus de 740 000 signatures sur Change.org demande la démission de Tedros Adhanom de la direction de l'OMS. Aux États-Unis, sa démission est réclamée par plusieurs sénateurs républicains dont Ted Cruz et Marco Rubio, ainsi que par l'ancien conseiller à la sécurité nationale John Bolton. La sénatrice Marta McSally lui reproche "d'avoir salué la "transparence de la Chine lors de ses efforts de réponse aux coronavirus" malgré une montagne de preuves montrant que le régime avait dissimulé la gravité de l'épidémie". Wikipédia.

Jusqu'à aujourd'hui, à part Trump l'imbécile, aucun chef d'état du monde libre, doté d'un cerveau en état de marche, n'a encore daigné monter le ton contre le pouvoir Chinois et lui demander des comptes.

samedi 4 avril 2020

Journal d'un con

Je ne suis pas en colère.

Je déteste être enfermé. 

Mais je ne ferai pas de journal de confinement, je ne conseillerai pas de lectures, je ne partagerai pas de liens de trucs drôles, sketches ou bien concerts à la maison d'artistes à la con, ni de pétitions, ni de chansons. Je n'aime pas regarder les séries, je ne suis abonné à aucune chaîne. Je hais les one man/woman show et les comiques. Les recettes de cuisine, les conseils du chef. La philo et la sociologie d'opportunité. Je hais les psys de comptoir qui nous expliquent que ceci, cela. J'emmerde les proctologues du développement personnel, du zen et du retour en soi. Je n'aime pas les prophètes de malheur, ceux qui ont tout prédit. Ceux qui disent que c'est la vengeance de la nature, les faux écolos de mes fesses. Je hais les complotistes, les anti-tout, les spécialistes en tout. Je conchie les collapsologues, collectionneurs de rouleaux de PQ et de boîtes de petits-pois. Les branlouilleurs d'apocalypse. Je ne relaye pas les coups de gueules . Les tribunes, je m'en tape. Monsieur, madame j'ai une opinion et je vous l'assène sans permission. Je ne supporte pas l'impératif de chier sa science. De couper la parole à l'autre. Je n'aime pas les discours débilitants, infantilisants. Faut faire ci, faut pas faire ça, autorisez vous à aller acheter votre baguette, lavez-vous les mains, la bite, urbi et orbi. Je n'aime pas cette ambiance de méfiance, la délation du voisinage des infirmiers puis les applaudissements sur les balcons le soir : bravo ! Merci, quelle joie d'être en taule chez soi ! J’abhorre cette ambiance de trouille, de lâcheté, cette attente quotidienne de notre dose macabre : combien de morts, combien de cas graves, à qui le tour demain ? Après vous ! Je ne soutiens personne, ni valeureux agriculteur, ni héroïque personnel de santé, ni la sinistrée industrie du livre, ni celle, délaissée du spectacle, ni ceux qui télé-travaillent, ni les courageux géniteurs qui affrontent leurs sales gosses tous les jours, ni les gentilles caissières, ni les éboueurs, ni les postiers, encore moins les livreurs. J'ai à peine de quoi me soutenir moi-même. Je regarde l'eau monter accroché à mon arbre. Je vois flotter les débris du petit monde qui m'entoure, les cadavres gonflés de certitudes de ceux qui ne doutent jamais. Je méprise les politiciens et les religieux. Je déteste cette fin du monde au décor de cinoche de série B. Que restera t-il de tout ça ? De l'ironie pour les scribouillards de l'ennui, du mépris pour les tenanciers du marché noir de la peur, de la suspicion et des rancœurs mal rotées, du dépit et de la tristesse pour le temps perdu. Ces jours qui manqueront au compteur.

Putain de compteur.

jeudi 2 avril 2020

La mouche du Cochet

En ces temps merdiques d'épidémie et son cortège de connards et de connasses qui nous exposent à longueur de "journal" leur bonheur de retrouver leur "soi profond" à l'occasion de cette internement psychiatrique généralisé et ce pour réfléchir sur le devenir de l'humanité et l'opportunité d'Apple à sortir un Iphone Onze, notre fardeau de malheurs se voit alourdi par l'apparition d’énergumènes que nous croyions pourtant chassés à grandes eaux par les chiottes de l'histoire.


Dis donc ! Yves Cochet ! gloriole parfaitement oubliable de l'écologie politique française, ministre de Jospin l'austère qui se marrait, refait surface comme un caïman du bayou, pour nous dire que parfaitement, il a eu raison de collectionner les rouleaux de PQ et les boîtes de cassoulet dans les sous-sols de sa belle longère bretonne qu'il nous fait visiter façon : madame la duchesse nous fait entrer dans son manoir. Affublé de son pull rayé pour bien marquer sa bretonitude, il va jusqu'à nous lire un passage de son opuscule où il avait naturellement tout prédit. 

Alors, moi je dis vivement la fin du monde pour que ce miracle fait homme, ce Noé des temps modernes, soit débarrassé de la souillure humaine pour couler un vie heureuse à caresser son bourrin au  milieu d'une nature douce et harmonieuse.

lundi 30 mars 2020

Sa majesté Bibite 1er

Pendant que ses sujets tentent de se confiner dans leurs bidonvilles pour se préserver d'une énième saloperie à ajouter à la liste des 7 plaies d’Égypte qui les frappent : choléra typhoïde, fistules, hémorroïdes, tuberculose,chaude-pisse,blennorragie,chtouille et castapiane dolorosa, le roi de Thaïlande, seigneur de bordeloland, empereur des salles de massages et grand bienfaiteur du troisième âge teuton se confine dans un hôtel de luxe avec 20 concubines.

Rama X, le bien nommé, a privatisé un claque cinq étoiles au pays d'Angela, dans une station de ski huppée. Il tire un doigt royal aux règles de confinement en Europe et s'enferme avec ses houris, dont j'espère qu'elles ont été choisies vierges au moins ! 

Et allez pas dire que je vais pécher mes infos dans les pires fanges du journalisme très droitier, je sais c'est mal. Mais je n'ai rien trouvé de drôle dans les colonnes de gauche à part les conseils des pédopsychiatres aux courageux parents qui affrontent quotidiennement leurs petits merdeux, et ce dans l'indifférence totale des membres de ce gouvernement d'incapables.

vendredi 27 mars 2020

Cuba libre !

Pendant que le parisien confine passe des vacances imprudentes à Noirmoutier pourtant considéré comme une désert médical, la politique reprend ses droits en France. 

Depuis nos taules volontaires, nous assistons au retour des revendications, craintes et autres colères impossible à confiner dans les poitrines douloureuses de ceux qui auraient tout prévu si ma tante en avait une belle paire. On demande déjà un bilan et des comptes à l’exécutif. On cherche des coupables. 

On voudrait même accueillir de médecins cubains, comme il fut largement vanté en Italie. De beaux clichés fraternels et camaradesques à vous flanquer la gerbe, sur un tarmac, blouses blanches, petits drapeaux et portrait du hipster maximo, le défunt Castro.

C'est beau l'amitié entre les peuples ! 

Bon, c'est moins reluisant lorsqu'on lit que c'est une pratique ancienne du régime caribo-communiste. En effet, le pays forme des bataillons de médecins (bons au demeurant) pour les vaporiser autour du monde pour de l'humanitaire, un peu, du soft power, beaucoup, de la propagande, passionnément ! Avec à la clé des rentrées substantielles en devises puisque ces braves gagneurs-euses abandonnent jusqu'à 90% de leur émoluments à la patria o muerte. Et gare à ceux qui renâclent !

La propagande va bon train à l'occasion de ce virus chinois, mais chut faut pas l’appeler comme ça car le régime chinois, encore un pays frère, réfute le terme. Pareil, l'ami Xin, après avoir retenu les informations et mis aux fers les médecins qui avaient lancé les premières alertes, met aujourd'hui la pression sur le reste du monde car il est seul à pouvoir produire en masse les masques, les tubes, écouvillons et produits de dépistage qui manquent cruellement au reste du monde. 

Il envoie des avions pleins d'aide "humanitaire" pour narguer nos démocraties impuissantes.

La fraternité je vous dis !


mardi 24 mars 2020

Dr Klein, la voix de son maître

"Dès le début de la crise, notamment après la mise en quarantaine de la ville, en tant que seul médecin français vivant à Wuhan, M. Klein a été beaucoup sollicité par les médias de France. Il s'est toujours appliqué à positiver et à donner une image objective de ce qui se passait à Wuhan et des mesures efficaces qui ont été prises sur place."

Nul besoin d'ouvrir de couteux studios de télé avec matos et personnel au pied comme l'a fait Poutine en installant RT en France pour nous chier abondamment dans les bottes et nous pisser au cul nous autres pauvres démocraties remplies de débiles repus. Le grand timonier Xi-Jing-Truc a trouvé un beau cheval de Troie gratuit avec le bon toubib Klein. Le gugusse est invité partout dans les radios et télé françaises et a déjà plus de deux millions de vues sur FB (partageons les cons!) pour lécher le cul à Xi et à tout le parti communiste chinois.  Louant derrière chaque phrase la gestion impeccable et exemplaire de l'épidémie de Wuhan.

Au début de l'épidémie, M. Klein a envoyé sa famille en France car il était en contact permanent avec des malades et qu'il fallait assurer la sécurité de ses proches...

Cependant le miracle chinois, n'est pas à la hauteur lorsqu'il s'agit de faire sauve-qui-peut de sa petite famille en France. Pays dont chacun sait qu'on peut fortement douter de la fiabilité et la transparence des gouvernants. 

Le 15 février, dans une conférence internationale à Munich, le ministre des Affaires étrangères de Chine, Wang Yi, a présenté au public la situation et des mesures contre l'épidémie COVID-19. Il a cité l'exemple de Philippe Klein pour remercier le soutien des amis étrangers. Pour M. Klein, c'est une grande surprise car il n'imaginait pas que le ministre chinois des Affaires étrangères soit aussi informé sur ce qu'il avait fait spontanément. "Alors tout d'abord j'ai été extrêmement surpris, et puis j'ai été extrêmement fier bien sûr. Mais je pense que ma présence ici, c'est avant tout le symbole de l'amitié entre les Français et les Chinois, entre les Français et les habitants de Wuhan.  

Le tout arrosé de bons sentiments camarades tout  plein et une poitraillée de médailles qu'on se croirait revenus à l'époque de Mao lui-même !

Ce reportage vous a été gracieusement offert par propaganda agency.

dimanche 22 mars 2020

La nature déconne

C'est le bordel, tout part en couilles même la nature se met à débloquer plein gaz. 

On apprend avec sidération que les cerisiers japonais entament leur floraison sans les touristes ! 

Véridique et mot pour mot en titre sur ce torchon que s'il n'avait été en version numérique, aurait très bien pu servir de torche-cul en ces périodes de pénurie de pq. Mais je vous encourage à vous rendre chez votre kiosquier pour vous procurer la version papier. N'oubliez pas de remplir et signer au préalable votre auto-ausweis en cas de rencontre avec la maréchaussée.

Oui les amis, la nature continue à se faire belle sans nous autres, horde de zombis à la goutte au nez. Les fleurs fleurissent, les oiseaux oisellent et les insectes insectent à toute berzingue. La mer est pleine d'eau salée et la montagne sertie de grosses pierres et de cailloux qui cailloutent.  Sans compter les marmottes qui s'enculent, mais je dis ça, je dis rien.

Toutes ces beautés inutiles continueront à se manifester, vaines car loin du touriste. Tant de gaspillage de beauté que l'homme, la femme et leur enfant dégénéré avec son smartphone ne pourront plus capturer à l'aide de leur perche à cons. Tant d'Instagrams, de partage sur Facetruc, de like et de cœurs de mes fesses perdus à jamais.  

Il y a une rumeur qui circule comme quoi, mêmes les putains de papillons se remettraient à voler en escadrilles dans les parcs et les forêts où les lapins et chevreuils se tapent une belote en attendant que les chasseurs déconfinent. 

Insupportable !

jeudi 19 mars 2020

Peuple d'ingrats !

Confinés dans nos intérieurs, assaillis de conseils de lecture, musique, méditation, dressage de gamins, sport, sexe, bagarres de couple, séries télévisées, films, détestation des parigots têtes de veau et j'en oublie... 

Nous en oublions, ingrats que nous sommes, de remercier le valeureux pouvoir chinois, à sa tête (de gland) l'héroïque camarade Xi-jing-machin, de sa grande générosité envers le petit peuple névrotique de France.

Oui, ami lecteur encore doté d'un poumon en état de marche, remercions ! Agenouillons nos ménisques craquants et posons une joue dans la poussière, la Chine nous envoie tout un avion rempli de masques chirurgicaux pour combattre le méchant virus qu'ils nous ont fourré princesse, large dans notre cul tricolore en guise d'étrennes de fin d'année.

Ils n'en ont désormais plus besoin, eux. 

Xié xié* les copains, c'est cool !

*Merci en mandarin-e (je jacte inclusif pour attirer du lecteur-trice progressiste-iste ... on ne sait jamais)

mercredi 18 mars 2020

Noël avant l'heure

Le petit peuple a les yeux qui brillent devant sa récolte inespérée du jour, des caddies débordant de boustifaille de merde. Des boites de nouilles en vingt quatre exemplaires, des pavés de beurre en veux-tu. Même le dentifrice par douze.

Parfois deux caddies en parallèle, parce qu'il faut nourrir les chats, les chiens. Des kilomètres de pq pour torcher la merde résultant de ce festin inattendu. 

Le dernier ? Qu'importe ! Combien ça coute ? On s'en branle car les pauvres n'ont pas d'argent de toute façon. Servez-vous, c'est la maison trouillaga qui régale... vous paierez plus tard comme d'hab. 

Quoi, y a plus de "plus tard" ? ben profitez-en pour prendre aussi les barbies et le tracteur pour le dernier pinpin de la portée. Personne pour s'arracher les bouquins ? Bah voyons ! 

L'humanité pue du cul même sans  pénurie de papier hygiénique. Le peuple n'est pas "solidaire", il n'est pas "fraternel"... il fera son festin de fin du monde en rotant, et en l'absence de celui-ci, il cuvera son mauvais pinard en allant dans les rues le lendemain, brûler ce qui reste de ce pays.

lundi 9 mars 2020

Le coup du pangolin

La Chine reste une dictature, n'en déplaise à certains députés qui siègent encore en démocratie française sous le nom charmant de "parti communiste français" et aux admirateurs du moderne Yan Brossat. 

Soyons clairs, ce n'est pas parce que Xin machin envoie deux cent millions de touristes dans le monde avec leur perche à selfie et leur sacs de shopping siglés par des marques fourgueuses de luxe de mauvais goût, que ce pays est devenu une démocratie ouverte sur le monde. 

Bien au contraire, il se contente de faire applaudir comme un seul homme, une armée de costumes gris, les décisions issues des cerveaux malades des pires idéologues reconvertis dans la finance internationale et la high-tech contrefaite. Ce sont les mêmes qui se levaient d'une seul bond (en avant) devant leur dictateur du moment, sauf qu'ils portaient des uniformes militaires à l'époque -un vrai rêve mélechoniste-. Mais ça fait tout de suite moins moderne. 

Un régime capable de vous mettre des millions de personnes au garde à vous, des villes en quarantaine et qui, dans  une propagande abjecte, se vante de pouvoir construire deux "hôpitaux géants" en dix jours... devrait être capable de faire le ménage dans les marchés traditionnels de ses villes et d'imposer un minimum d'hygiène. Ils pourraient aussi interdire à leurs concitoyens de bouffer des chauve-souris et autres saloperies infectes porteuses de virus, ils interdisent bien la presse libre et internet, non ?

La pharmacopée chinoise basée uniquement sur  le mythe de la "grosse bite bien raide" extermine bien des espèces en voie de disparition (coucou Greta et les autres tarés antispécistes) pour une supposée virilité, fécondité et prospérité... comme si le pays était en péril démographique comme en Allemagne. Foutre !

La chine se targue de devenir un pays développé, les chinois n'ont qu'à bouffer des hamburgers et des frites comme tous les gros cons du monde civilisé au lieu de nous bourrer le mou avec leur propagande de merde et de nous balancer des épidémies tous les deux ans.

lundi 2 mars 2020

Mélenchon a besoin du coronavirus

Titre exprès racoleur pour paraphraser un blogueur gogoche devenu délirant, complotiste et surtout radoteur.

Je peux, par les mêmes déductions farfelues et baragouinantes, montrer que tout ça a été fomenté pour nuire au pays. Je peux aussi vous prouver que la terre est plate par le crash (bizarre) et la mort (suspecte) de celui qui devait nous apporter la preuve du contraire.

C'est la gauche qui a besoin de ce virus pour infliger un coup supplémentaire à l'économie de ce pays et tenter de l'immobiliser une fois de plus. Créer du mécontentement, distiller le doute et la défiance envers les institutions, occasionnellement provoquer des licenciements et susciter la colère. Créer un sentiment de panique et d'insécurité, la pénurie peut-être. Le chaos ? LFI se nourrit justement de l'indignation et la haine et n'a de cesse de vouloir monter des bataillons de gens au désespoir pour qu'ils envahissent les rues et brulent les commerces. Générer la misère pour mieux s'en repaître. Les jaunes, les grèves interminables, maintenant le virus pour affaiblir l'état.

Le pitre de LFI prend sa voix la plus doucereuse pour affirmer que l'épidémie est un temps de solidarité et d'union de tous. Jouer le rassembleur, l'homme de la conciliation. Dans le même temps, il exhorte ses soutiens à déferler dans la rue contre le 49/3 qu'il appelait de ses vœux. Faut savoir. 

Mais la gauche n'en est pas un hypocrisie près. Tout faire pour provoquer le 49/3 puis feindre de s'en offenser et crier à la dictature en IRL. Ils font penser à ces types qui n'arrêtent pas de se branler devant du porno et sont incapables de bander devant une vraie femme.

Vous voyez que c'est facile de raconter des conneries devant son écran. 

Allez... on reprend les questions sérieuses maintenant : serons-nous encore en vie à l'heure de l'apéro?


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...