mercredi 13 janvier 2021

Montebourg-moi le mou

 

Tout le monde pense à 2022 ! On aura beau nager dans le yaourt avec le virus chinois, la crise économique qui va en résulter, le nombre de chômeurs croissant, le terrorisme rampant, rien à foutre ! 

Tenez au hasard, prenons la gauche. Un éventail qui va des socio-libéraux traîtres jusqu'aux révolutionnaires atrabilaires, en passant par les néo-chavéziens et leur cousins islamo-intersectionnels. 

Leurs têtes de gondoles étaient déjà toutes candidates depuis le premier jour du quinquennat Macron. Sidérant. Toutefois, l'observateur aviné et avisé (l'un n'empêche pas l'autre, je sais de quoi je cause) remarquera que ces gugusses iront façon puzzle au suffrage. Ils se feront disperser, que dis-je, ventiler sévère par les deux candidats arrivés au second tour. 

Dans le tas, prenons Arnaud Montebourg par exemple. L'homme qui veut se forger une image "made in France" n'hésite pas à parler de "patriotisme" économique, 6ème république et se vante partout d'être devenu un entrepreneur "éthique" soucieux d'écologie. Disons qu'il ratisse super large dans son camp... sauf que.

Si on en croit ce canard, Nono fait de grosses bêtises. Nono va se faire taper sur les doigts pleins de chocolat. Nono va se faire sévèrement fesser ses grosses joues toutes poupines ! Ils nous fait croire qu'on va se la tartiner avec son produit made in France, néonicotinoïdes free, alors que ses belles noisettes proviennent d'Italie, pays moins regardant, qui n'a pas la chance de compter parmi ses citoyens un Brice Lalonde ou bien un Nicolas Hulot.  Les pauvres.

Mais, ils n'ont pas tout perdu, comme l'expliquait ainsi à France 3 Bourgogne-Franche-Comté la directrice marketing de Nono : "On a fait des essais avec des noisettes de France, mais ce n’était pas concluant d’un point de vue gustatif, car on avait besoin d’une quantité de gras optimum qu’on a trouvée dans les noisettes italiennes du Piémont (...)"

C'est bien connu, les noisettes italiennes sont comme leurs courgettes, plus grosses que les françaises.

lundi 11 janvier 2021

Régulons les réseaux

 Ce matin, j'ai failli glisser de mon pieu en entendant à la radio un journaliste affirmer que les réseaux sociaux devaient pratiquement tenir du service public. Le sujet était l'effroi, feint ou réel -dépend du degré de connerie de chacun- suscité par la fermeture des comptes du président pitre des amerloques.

Parce que le débat fait rage dans les milieux médiatiques et politiques en France. 

Les sociétés privées comme Tweeter ou Facebook, ont-elles le droit de fermer le clapet de quiconque sans en référer à on ne sait qui ? En voilà une question qu'elle est bonne.

Naturellement je ne vais pas me gêner pour répondre à cette question un peu débile avec le ton péremptoire qui me caractérise nonobstant les esprits chagrins et les pisse-vinaigre qui vont de pinaillages en procédures pour tenter de teinter leur réponses déjà nuancées du voile pudique du doute, voire du questionnement subsidiaire afin de reporter soigneusement leur réponse à une date ultérieure histoire de ne pas insulter l'avenir et se rendre compte qu'ils avaient eu tort de s'avancer trop vite.

Trump a délibérément opté de communiquer par cet unique canal puisque son idéologie populiste et soi-disant anti-système lui commandait de vouer aux enfers  les médias traditionnels (journaux et télés) vendus selon lui à ce système. Cette fantasmagorie est largement partagée en France par les leaders du FN et des Insoumis qui passent leur temps à conspuer les médias, insulter les journalistes en les traitant de larbins et de collabos. 

En faisant cela, Trump et les autres nains politiques ont fait des réseaux sociaux un élément incontournable de leur communication et c'est là l'erreur. Croire qu'en éructant trois phrases likées par des milliers d'abrutis qui pourraient tout aussi bien suivre une pétasse à gros nichons ou bien un chef cuisinier fielleux, ferait d'eux des leaders d'opinion. 

La communication seule, ne suffit pas. Il faut pouvoir développer sa pensée et être capable de soutenir la contradiction. Essayons de le faire avec 240 caractères face à @paytabitch42 pour voir !

Alors par pitié les journalistes, arrêtez de vous tirer des balles supplémentaires dans les pieds, cessez de pleurnicher sur une éventuelle censure de la liberté d'expression. Celle-ci ne peut s'exercer que dans les médias multiples, portant diverses opinions et permettant l'expression de tous dans le respect des lois. Les réseaux sociaux ne sont pas faits pour ça. Leurs utilisateurs ne sont pas journalistes même si quelques blaireaux casqués s'en autoproclament dans les manifs en filmant avec leur portables des feux de poubelles et les excités exigeant leurs éphémères secondes de pignole numérique. 

Twitter n'est pas un service public, ce n'est pas un média, ce n'est pas un outil de liberté d'expression, les gens qui y travaillent ne sont pas des journalistes, il n'a pas d'éthique professionnelle et il rechigne à respecter les lois.  Il a le droit de fermer le compte de qui il veut, c'est une boîte privée. 

samedi 9 janvier 2021

C'est dédjeulasse !

 

Moi vous me connaissez, j'ai le sens des priorités surtout quand il est question d'actualité. Et faut dire qu'elle foisonne autant que l'entrejambe douteux d'une péripatéticienne Moldave à la retraite.

Voyez les amerloques par exemple: la fin de règne du clown Trump demeure pour moi aussi insignifiante que son quinquennat de bouffon. Tout l'intérêt de la pantalonnade se résume en deux bonnes nouvelles finalement.

1- On reconnaît beaucoup plus facilement les amis des droits humains qui, dans un élan commun, main dans la main, iraniens, vénézuéliens, coréen du nord, erdoganiens, poutiniens et autres Xinpingiens triomphant devant l'échec du leader du monde libre et démocratique. 

2- Enfin, on se rend compte de l'échec des populistes et de l'expression open-bar dans les réseaux sociaux média, qu'on assimile à tort à de la démocratie. Le bon petit peuple monté contre les élites qui a défoncé le portail des ministères et pillé l'arc de triomphe hier en France, ressemble furieusement à celui qui a envahi le capitole amerloque aujourd'hui.

Mais tout ceci, n'est que vulgaire clapotis devant la tragédie qui a étreint la gauche à l'occasion de l'hommage rendu par Macron à Mitterrand à l'occasion du 25 anniversaire de sa mort. Le PS a donné une preuve de vie en s'élevant contre toute récupération par le félon libéral de la dépouille de leur glorieux leader historique. Même Mélenchon a poussé un couinement outragé, déclarant que "la présence de Macron à Jarnac est écœurante".

C'est vrai. Toute cette récupération est dédjeulasse !

 

jeudi 31 décembre 2020

Le pays de Pasteur

 

C'est la belle formule répétée jusqu'à la nausée (je préfère éviter la formule en latin connaissant le niveau de certains) pour évoquer le manque d'entrain des français à vouloir se faire vacciner.

Ce n'est pas parce que la France fut (accidentellement) la terre de naissance ou d'adoption de quelques savants ou intellos pour se prendre pour des lumières. Y a qu'à allumer la télé pour s'en rendre compte. N'insistez pas, je ne donnerai pas d'exemple pour ne pas stigmatiser Hanouna ou Dupont-Aignan.

Depuis quelques heures on entendrait même monter une vague de reproches qu'on ne vaccinerait pas assez vite en France ! Faudrait savoir !

Si on regarde les chiffres de plus près, il en est de même pour le pays de la gastronomie avec 90% des gargotes nationales proposant du décongelé et de l'industriel aux consommateurs pigeonnés. Pays des droits de l'homme avec les milliers de types dormant parmi les rats à Paname. Tiens, au passage une autre statistique : premier pays d'abandon d'animaux domestiques ! Et 60 millions d'amis, c'est pour les chiens ?  

Alors un peu de modestie, restons le pays de Pasteur et écoutons ses conseils avisés : buvons du pif.

mercredi 16 décembre 2020

Fais-moi mal !

 

Je sais qu'il ne faut pas rire de ces sujets, mais lorsqu'une occasion de ricaner bêtement se présente, je suis toujours preneur. Surtout lorsque ça vient de la gauche. 

La droite, quant à elle, ne me fait plus marrer depuis la chute de Sarkozy.

Dans cet article, Hidalgo dénonce l'amende infligée à sa mairie pour non respect de paritarisme. En effet, son administration devra débourser une coquette somme pour avoir mis trop de femmes derrière un bureau.

Mais comme jamais Hidalgo ne se défile devant l'adversité, elle a affirmé : “Je vais me réjouir aujourd’hui que nous ayons été condamnés à une amende”... 

Elle a même avoué avoir ressenti de la "joie" en signant ce chèque de 90,000 euros. 

Mais il a fallu tout gâcher en ajoutant ceci: “Cette amende est évidemment absurde, injuste, irresponsable, dangereuse".

Faudrait savoir.

J'en profite pour rappeler qu'il y a de plus en plus d'eau dans le gaz entre la patronne et ses alliés de gauche. Les mêmes semblent exploser en vol à Marseille aussi ! 

Ça promet pour 2022.

lundi 14 décembre 2020

Libé inverse les valeurs

 

Libé ne se contente pas de mettre à sa Une des jeux de mots à la con ou bien d'oublier d'écrire ne serait-ce qu'une seule ligne sur une manif de "samedi" qui n'a pas eu lieu (pour la rédaction) car elle ne fut le théâtre d'aucune "violence systémique et raciale" de la part de la police. Ah ces salauds de flics ont laissé une manif  bien se dérouler !

Libé laisse libre cours au nouveau charabia de la gauche à travers de longs articles écrits par des intellos à l'esprit enseveli par la pollution charriée depuis les universités amerloques. 

Il faut lire cet article pour comprendre ce qui traverse le cerveau de la gauche française aujourd'hui. 

Il est question : d'exaltés de la laïcité, qui ont trouvé un exutoire à leur frustration : la présence musulmane. C’est ainsi qu’ils en viennent à confondre la défense des «valeurs de la République» avec une croisade contre une minorité, désignée à la vindicte collective.

Du Mélenchon dans le texte !


la République française institue un droit d’entrée : ne peuvent prétendre au titre de citoyen que ceux qui adoptent et se plient sincèrement à sa loi. C’est ce droit dont devrait s’acquitter ces temps-ci une catégorie particulière de personnes : celles qui sont constamment rappelées à leur condition d’«issus de l’immigration», indéfiniment en marge et soupçonnées d’entretenir une relation redoutable avec une religion qui rendrait ses adeptes rétifs à la loi. Autrement dit, l’étranger qui obtient le statut de citoyen reste étranger tant qu’il n’a pas démontré son amour des valeurs fixées par le «club» qu’il souhaite intégrer.

Selon ce point de vue, c'est la République qui se ferme et ses forcenés montent la garde, empêchant quiconque n'obéissant pas à ses règles d'y entrer.

Merde, je suis un forcené !

mercredi 2 décembre 2020

Bayou dans les choux

 

Le secrétaire général d'Europe Bobologie les verts, s'est encore illustré de façon délicieuse en présentant des plates excuses lorsqu'il avait qualifié de lynchage, l'agression filmée de plusieurs manifestants en train de tabasser à terre un membre des forces de l'ordre, pendant la manif samedi dernier.

Faut croire qu'ils font exprès de nous faire marrer même dans les circonstances les plus tristes. 

Il semble donc que la liberté d'expression, au nom de laquelle les précédent méfaits ont été commis à Bastille, soit sévèrement encadrée par l'idéologie dominante à gôgoche. 

Le gugusse a été pris en flagrant délit de doigt dans le  pot de l'appropriation culturelle puisqu'il a été, dit-on, tancé par une dame noire lui reprochant d'utiliser le verbe lyncher qui ne doit pas s'appliquer à un individu blanc.

"Merci d’avoir pris le temps d’une explication de texte argumentée. Je vous présente mes excuses, je ne souhaitais surtout pas générer cette réaction, effacer les souffrances des personnes noires et encore moins inverser l'histoire"

Espérons que Julien ne se cassera pas une côte en battant sa coulpe trop fort.

"le terme lynchage n’est pas adapté pour une personne blanche, a fortiori dépositaire de l’autorité publique"

Les jeunes en détresse sociale cagoulés et habillés en noir sont priés dorénavant de bien regarder la couleur du gars sous l'uniforme avant de le piétiner.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...