dimanche 9 décembre 2018

Mais non Franck reviens !

La crise des gilets jaunes vient de faire sa première victime dans le milieu de la culture française. Franck Dubosc. 

l'homme vient de déclarer qu'il ne soutient plus le mouvement. "C'est du passé" disait-il après avoir soigneusement retiré la vidéo dans laquelle il promettait de faire quelque chose avec ses copains (entendre d'autres acteurs français). 

Nous avons appris par la même occasion que l'acteur abandonnait les siens dans le besoin malgré les émoluments importants que doivent lui rapporter ses diverses prestations. C'est moche.



lundi 3 décembre 2018

Mélenchon a encore perdu

La crise des gilets jaunes ne semble pas profiter à Mélenchon malgré tous les efforts déployés par ses seconds couteaux pour récupérer le mouvement en lui distillant des arguments et des éléments de langage loin des premières revendications.

Pourtant la mariée était belle : un joli mélange de revendications populistes qui ferait pâlir les nouveau patrons de l'Italie.

Le Youtubeur de gauche se contentera donc de dérouler son charabia habituel à destination d'internautes hébétés. Il demeurera dans son petit monde virtuel, confiné dans son petit salon, seul face à une caméra et à lui-même. 

Ni la résolution d'une crise grave par la négociation et le dialogue, ni la profanation des symboles républicains n'auront été des arguments assez importants pour le faire modifier son agenda, soi-disant trop "chargé"pour aller à la rencontre du premier ministre.

Non seulement il a perdu la présidentielle en se classant quatrième, les législatives ensuite, il vient de perdre toute crédibilité en se mettant à la marge de la nation et des institutions. Aujourd'hui, Mélenchon réclame une dissolution de l'assemblée, mais rien n'indique que son parti va gagner plus de sièges dans la nouvelle, loin de là. Je rappelle qu'aux dernières élections partielles à Evry, sa candidate s'est pris une tôle.

Dans son élégance coutumière, son patron s'est défendu n'y être pour rien, voire qu'il s'était opposé à la stratégie de l'union de la gauche adoptée par la malheureuse. Si la France Insoumise n'est plus un parti de gauche, et que son leader aimerait s'allier à des mouvements d'une autre nature, il va falloir en informer ses militants officiellement.

mardi 20 novembre 2018

Les fayots jaunes

Depuis trois jours, la majorité des automobilistes est obligée de montrer son soutien en jetant un gilet sur leur tableau de bord, faute de quoi ils sont menacés de ne pas passer.

Adhésion exigée sinon on te casse ta bagnole, voire ta gueule! Signe-là ! Sourire obligatoire ! Bonjour, au revoir messieurs-dames!

Le "peuple en colère"ne tolère pas qu'on exprime une autre opinion que lui. Faut être solidaire. Les petits bourgeois découvrent soudain la manif et en font trop. Ivres de ce nouveau sentiment de grégarité et stupéfaits de solidarité, ils laissent libre cours à leur instincts humanistes en se tapant du pédé et du bougnoule rentre dans ton pays dans les rond-points de la république.

Je fais 60 km pour aller et revenir de mon boulot, je ne met pas de gilet jaune sur mon tableau de bord. Un gugusse m'a arrêté et sans un bonjour me dit : "allez venez manifester avec nous" J'ai répondu " non, mais c'est gentil de m'avoir vouvoyé". Il a souri.

Le peuple.

samedi 17 novembre 2018

Abrutis jaunes

A force de jouer les fausses colères et exciter les braves gens, les fachos fâchés de gauche et de droite vont finir par avoir la peau de notre paix sociale. 

Ils font croire à des retraités qu'ils pourront jouer les blacks-blocs en carton en bloquant le pays.

Résultat : une brave femme vient de se faire écraser par une autre non-moins brave femme qui ne voulait que passer pour emmener son gosse voir un médecin.

Bravo les cons !  Déjà deux victimes !

Le super sans plomb est à 1.36 le litre dans les supermarchés, et ces connards viennent nous dire que ce n'est plus une mobilisation contre la hausse des prix des carburants mais contre la politique de Macron.

Ils auront tout essayé.

Il ne leur reste que le conflit civil.

Pourquoi faire ? Pouvoir acheter plus de LEGO et de poupées Barbie à leur rejetons mal finis comme nous l'expliquait entre deux hoquets l'insoumis Ruffin à la radio.

Le pouvoir d'achat.

mardi 23 octobre 2018

On n'est jamais plus trahi que par les siens

Médiapart a révélé la liaison extra-professionnelle entre Mélenchon et Chikirou, et pour cela, le journal se ferait littéralement pourrir par les militants LFI, selon l'Obs, qui pousse le caramel dans la carie en se demandant si c'est vraiment une "ignominie" que de l'avoir fait.

Quelle mouche a piqué Plenel et ses copains d'habitude complaisants avec Méluche et son idéologie? L'obs, qui a également montré davantage de mansuétude vis-à-vis de LFI, se retournerait-il contre le leader écumant?

Il semble en effet que les copains de Jean-Luc voient de plus en plus l'urgence de le dézinguer à en croire également cet article qui fait état d'un groupe de frondeurs réuni sous l'étiquette "socialistes insoumis" et "démocrates insoumis".  Cela commence à faire beaucoup de division dans un petit parti comme LFI.  Je dis petit car je rappelle tout de même que ce parti n'aura fait que 11% à la présidentielle, occupant la 4ème place derrière une UMP pourtant dans le caca jusqu'au cou pour cause de Fillon, ses costumes et sa bobonne, et 17 députés dans une assemblée de 522 élus. Donc petit, je disais.

Je ne sais pas si Mélenchon couche avec Chikirou, comme semble l'attester Médiapart et à vrai dire je m'en contrebranle, mais si c'est vrai, ce serait mal pour deux raisons : il y aurait mélange des genres et une raison de plus de suspecter du trifouillage dans les comptes électoraux mais le plus grave à mon avis serait que le couple, qui travaille depuis longtemps déjà ensemble, profite de l'éthique journalistique qui voudrait qu'en France on ne révèle pas la vie privée des politiciens, pour dissimuler ses magouilles. 

Comme quoi tout n'est pas si pourri au royaume des journalistes dans ce pays.

dimanche 21 octobre 2018

La fatwa de Mélenchon

Le patron des insoumis a appelé publiquement ses militants à "pourrir" les journalistes où qu'ils les trouvent donc les poursuivre et les harceler.  Une fatwa où nombre d'abrutis "insoumis" verront une autorisation à la violence. 

Rappellons que l'ordre de pourchasser des journalistes est une tradition bien connue chez les imams islamistes intégristes dans certains pays où les libertés ont fini par disparaître. La liste des types assassinés par des bas du front, dans les rue d'Alger dans la décennie 1990-2000, est là pour en témoigner. 

Mélenchon est désormais en roue libre et donne à voir toute l'étendue de sa violence, son mépris des gens, sa parano, son côté mégalomane et ses velléités antidémocratiques. 

Il bouscule un magistrat et des flics, moque l'accent d'une journaliste, se dit victime d'un complot national, estime que sa personne est sacrée et enfin déclare que son parti n'a pas vocation à être démocratique.

Que serait-il advenu de ce pays si le gugusse était entré à l’Élysée en 2017 ?  

On n'ose imaginer : une crise économique tragique et un appauvrissement généralisé à l'image de ses modèles sud-américains? Un régime autocratique qui réduit au silence ses opposants tels ses amis populistes de l'est? Un pays où les islamistes se sentiront enfin libérés de toute contraintes comme dans certaines municipalités de gauche qui jouent les idiots utiles aux barbus?

Mélenchon est prêt à jeter au feu son ruban tricolore prêté par la république pour sauver la petite épicerie qu'il mène avec Sophia Chikirou, personnage tout à fait effarant qu'on découvre dans cette enquête hallucinante.

Pauvres insoumis.


mercredi 17 octobre 2018

La gauche prend l'eau

Marine Lepen retourne l'ascenseur à Mélenchon en prenant ostensiblement sa défense contre la dictature qui porterait atteinte à la démocratie en France, à l'occasion des perquisitions chez lui et au siège de son parti. Dictatures que les deux partis soutiennent pourtant en Europe de l'est et en Amérique latine. 

Passer son temps à conspuer l'Europe tout en profitant de ses subsides pour remplir les caisses du parti est une pratique qui doit être dénoncée afin que les français votent en connaissance de cause la prochaine fois. Salir et discréditer les institutions reste un jeu connu des extrêmes. Mettre en doute la justice fait partie de leur stratégie du chaos.

Pavageau, le nouveau patron de FO qui voulait prendre la place de Martinez en tant qu'opposant syndical numéro un de Macron doit rendre les clés pour une pitoyable histoire de fichiers. Risible.

L'aile gauche du PS ne supportant pas de quitter les luxueux locaux de Solférino pour un vulgaire open space en banlieue parisienne en profite pour rejoindre Mélenchon. Hamon, probablement jaloux et en colère, traite le patron des insoumis de "César" après avoir, contre toute stratégie politique sensée, avoir déclaré le soutenir en cas de second tour et ce pendant la campagne du premier. Il n'a rien compris le petit Benoît ! 

Je vous mets les visages de la grosse prise de guerre pour l'histoire car je sais que la plupart des gens s'en fout et ne voit même pas qui c'est.

Enfin j'aimerais ajouter une triste pensée pour Hollande qui ne fait que renforcer le sentiment de gâchis et de déception que j'éprouve à son égard. Toujours à l'affût de bons mots et en recherche de sympathie de la part des journalistes, l'ex ne tient plus sa langue même au risque de mettre en péril des relations entre la France et des pays au poids économique important. Il ne devrait vraiment pas dire ça. 

Aujourd’hui, entre deux critiques virulentes contre un exécutif qui fait le job que les socialistes n'ont pas eu le courage de faire, il vient même nous dire qu'il regrette sa "présidence normale".  

Il a raison : rien à gauche n'est normal.  Inquiétant.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...