jeudi 22 juin 2017

I will survive !

On est bien peu de chose. 

En écoutant le point presse du procureur Molins sur l'enquête à propos du gugusse qui avait foncé sur la bagnole de gendarmes sur les Champs-Élysées muni d'armes et de bonbonnes de gaz, je bute sur un mot utilisé par le magistrat : survivalisme.

Heing ? 

Je reprends à peu près de mémoire la déclaration : " L'homme qui avait constitué un stock d'armes et qui s'entraînait au tir sportif se disait "survivaliste" pour justifier sa pratique..." et là je vous le donne en mille, je sors mes doigts engourdis de leur étui et me dirige avec la conviction d'un insoumis allant se jeter dans les bras de son leader bien-aimé vers wikipédia pour voir de quoi ce dont il y a.

Je cite :  Le survivalisme est un terme qui désigne les activités ou le mode de vie de certains groupes ou individus qui veulent se préparer à une catastrophe locale ou plus globale dans le futur, une interruption de la continuité sociétale ou civilisationnelle au niveau local, régional, national ou mondial... Le survivaliste se prépare en fonction de la situation anticipée: Guerres, et conflits humains (guerre nucléaire, guerre biologique, guerre chimique, guérilla, attaque terroriste, guerre civile) ; 

Ce qui attire l'attention ce sont les termes "attaque terroriste"

Paradoxe.

Alors moi, ni une ni deux, je reprends en main les neurones qui traînent au fond de mon bocal et me mets à me poser des questions intelligentes comme à l'accoutumée :

1- Comment un islamiste notoire et fiché S avait-il pu obtenir une autorisation de port d'arme ?

2- Comment pouvait-il faire croire au prétexte survivaliste, tout en sachant que ces énergumènes ont pour but le martyr et ne cherchent qu'à se faire sauter le caisson ... surtout en cette période de happy hour ramadanesque.

3- Comment un obscur couillon comme moi peut-il en arriver à ces conclusions plutôt accessibles aux plus simples d'esprit alors que les mous du bulbe de la préfecture qui lui ont délivré les autorisations de port d'arme et les agents de sureté qui devaient le surveiller ne les ont pas faites. 

Allez... trop chaud moi, je vais me boire une bière.





mardi 20 juin 2017

Merci patron !

Il aura fallu qu'Emmanuel Macron vienne mettre un coup de pelle dans le ménage traditionnel gauche droite pour voir arriver dans l'hémicycle davantage de représentants issus de partis populistes qui se sont toujours plaints et dénoncé le peu de visibilité malgré leurs relatifs scores électoraux. 

Ainsi le parti de Mélenchon fait une belle entrée avec 17 élus et celui de Lepen avec 9.

Merci qui ?

Les voila donc assurés d'une bonne récolte financière pour leur partis au regard du peu de travail qu'ils auront à fournir pendant cinq ans. En effet, à part pousser de la mauvaise diatribe pour exciter les médias en période de disette ou les bas du plafond qui insultent tout le monde sur les réseaux sociaux, ils toucheront l'une sans faire bouger l'autre comme dirait Jaques.

Fini les atermoiements sur la "dose de proportionnelle", la chéfaille est casée. Les "gens" et les "patriotes" auront enfin une voix à l'assemblée qui pourra furieusement renverser la petite tablette du pupitre en acajou, appuyer avec force conviction sur le petit bouton "NON" lors des votes... Révolution !

Le plus dur reste à faire : trouver des alliés pour former un groupe parlementaire. Mais étant donné l'ampleur de la boursouflure égotique des deux leaders, je crois qu'ils auront beaucoup de mal à fédérer puisqu'ils passent leur temps à traiter ceux qui ne pensent pas comme eux d'imbéciles et de cons. Gueuler tout seul dans son coin en attendant la fin du mois... c'est un beau métier !

Le président a voulu du renouvellement à l'assemblée, de la jeunesse et de la parité. Il l'a obtenu pour son camp qui est majoritaire et c'est tant mieux. Lapine et Méluche aussi sont quelque part le fruit de cette volonté : ils sont novices à l'assemblée, ils sont de sexe différent ... juste un manque de fraîcheur peut-être.

lundi 12 juin 2017

Gauche et haine de l'humanité

Bon, on a tout entendu depuis que le parti présidentiel est annoncé gagnant à ces élections : dictature à venir, hégémonie, démocratie en danger, enfumage, procès en illégitimité, bilan du quinquennat Macron catastrophique (?), c'est la faute des autres, l'abstention c'est la faute à Macron et d'autres andouilleries de mauvais perdants.

Je rappelle à ces pisse-douleur que l'offre politique qu'ils ont proposé n'a pas soulevé les foules. Les abstentionnistes l'ont aussi été pour les faire tomber. Je ne parle pas de l'insignifiant Hamon qui ira fronder chez lui désormais face à bobonne. Je ne reviens pas non plus sur les illuminés qui se prennent une claque insoumise mémorable et attendue. Soufflet qu'ils tentent pourtant de présenter comme une victoire indiscutable devant l'effarement général.

Mais là où je suis tombé de ma chaise, c'était d'entendre Edwy Plenel ce matin sur LCI qui, dans une belle coulée de bile aux commissures, traitait d'"ânes" la majorité à venir de députés du peuple français. Cet abruti bouffi de mépris, déversait toute la haine déraisonnable qu'il éprouve pour autrui :
"Un âne sous l'étiquette En Marche aurait -été élu hier !" Je cite.

Je rappelle à Edwy que nombre de ses amis " Brillants génies" sous l'étiquette plus-de-gauche-que-moi-tu-meurs ont été éliminés hier.

C'est ballot, hein ?

mercredi 10 mai 2017

Au bord de la crise de nerfs

Chronique d'une défaite annoncée : Jean-Luc Mélenchon a décidé de s'auto-parachuter à Marseille pour les législatives à venir. 

Après avoir étonné la France par son attitude à l'annonce des résultats du premier tour, il fait circuler des mauvaises infographies et des éléments de langage visant à discréditer et délégitimer l'élection de Emmanuel Macron. Il appelle "les gens" à sortir dans la rue pour dénoncer l'élection d'un président "minoritaire" dans la population, alors qu'il n'a su lui-même se placer qu'à la quatrième place... cherchez l'erreur !

L'échec c'est aussi la remise en question, et jusqu'à aujourd'hui nous n'entendons aucun mea-culpa ni questionnement. C'est la faute des autres. Bah voyons.

Se basant sur des indicateurs, là aussi, tout aussi faux et hasardeux (pourcentage obtenus au premier tour et affluence au meeting) il se lance pour un mandat de député qu'il a peu de chances de gagner. Déjà passer d'une position d'aspirant à la présidentielle à celle de député, il y a de quoi se plier le foie. D'autant plus que s'il ne se fait pas élire cette fois, osera-t-il encore douter de la sincérité du scrutin ? crier au complot ? Appeler les marseillais à la grève générale avant de se lancer à la présidence de l'association des parents d'élèves du 10è ?

Ne pas respecter les résultats d'un scrutin c'est nier le fondement même de la république, et ça, même la mère Lepen n'a pas osé le faire. Les marseillais ont aussi de la mémoire, et il y aura bien d'autres candidats de gauche qui ne lui lâcheront pas le steak.

Surtout les cocos, ses seuls alliés, qu'il vient, une fois encore de mépriser en leur refusant nettement la solidarité électorale.

Jean-Luc est perdu pour la gauche et pour son pays.
Qu'il dégage le 18 juin !

 

vendredi 5 mai 2017

Complètement Reims...ée

Voici la dernière image que laissera le FN est sa candidate de cette campagne présidentielle :  celle du déshonneur.

Venue avec son monsieur 4% faire une dernière prière en espérant ardemment entrer dans les habits de la France millénaire, Marine Lepen s'est retrouvée sous les huées du bon peuple dont pourtant elle se targue à longueur de micros de représenter.

La supercherie a fait long feu.

Elle et son parti ont été finement débusqués par Emmanuel Macron puis soigneusement discrédités sur leur programme et leur vision de la France. Sa parole n'est désormais plus audible, et il est fort à parier que hormis son socle de base 13/15% qui reste hermétique à toute analyse, elle et son parti s'effondreront d'eux-mêmes car s'il fallait une preuve supplémentaire à ceux qu'elle a réussi à tromper, le débat aura bien montré qu'elle n'était que du vent. Une vraie escroquerie politique. 

Ce soir-là, elle a définitivement explosé en vol. 

Marine Lepen n'avait pas de public pour faire siffler et huer ses adversaires. Pas d'auditoire pour rire à ses blagues, pas d'écho à ses vociférations. Pas de "on est chez nous" et aucun contradicteur. Ce soir-là il n' y avait qu'un seul homme en face d'elle et rien d'autre, et elle s'en trouva fort dépourvue. Elle ne pouvait que montrer son vrai visage, son naturel détestable et surtout la vacuité de son programme.

Le vrai rempart contre Lepen, on l'a trouvé ; c'est l'homme qui est arrivé à la terrasser avec des mots, des idées et un projet pour le pays. C'est celui qui va la battre aux élections.

jeudi 4 mai 2017

Le naufrage

Marine Lepen  a tiré  le débat vers le fond, et avec, les quinze millions de spectateurs qui assistèrent médusés à son affligeant spectacle. Elle a noyé ses propres électeurs sous les immondices qu'elle a proféré. 

Ce qui m'attriste c'est que certains continuent à affirmer sans trembler qu'ils hésitent encore pour aller voter. Il est vrai que la majeure partie du discours de la dame était pompée de la logorrhée de violence, d'invective et de simplisme de Mélenchon. Ce qui peut troubler les esprits les plus faibles

Lepen c'est Mélenchon sans la culture.

On se demande comment on en est arrivé là. Une candidate infoutue de formuler la moindre proposition, incapable de lire ses propres fiches. Un rictus incompréhensible affiché en permanence et une grossièreté poissonnière. Pourquoi le 1/5 des français ont mis un vote sur cette personne ? 

Je crois que Macron a trouvé la bonne formule : Lepen est une coproduction de l'ancien système où chacun des deux principaux partis se la jetait à la face de l'autre afin de survivre.

Nous avons assisté à la fin de LR, celui du PS... nous verrons le FN exploser en vol !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...