mardi 25 novembre 2014

Retour par la huée

Sarkozy a fait huer Juppé à Bordeaux, son propre fief, nous dit-on grâce aux bons et loyaux services du maire d'Arcachon, allié de toujours du président à vie.

Hué lui-même pendant une rencontre avec le tenants de la droite rance et vermoulue, il a concédé (et ce n'est pas un vain mot) à la foule et affirmé son intention d'abroger les lois Taubira, peignant ainsi les hystériques dans le sens de la raie culière. D'ailleurs je ne suis pas loin de croire que c'était un acte mûrement réfléchi et préparé pour se donner la possibilité de se dédouaner une fois au pied du mur. Mais passons...

Depuis son cuisant et compréhensible échec de 2012, la mise en scène est toujours la même : huées sur huées.

Huées pendant toutes les apparitions du président actuel, même lorsqu'il s'agit de rendre hommage aux morts pendant les célébrations nationales. Huées sur les déplacements des ministres. Huées sur les bancs de l'assemblée. Sarko a érigé les huées au rang d'expression incontournable de l'opposition dans la politique française. 

Il excite la foule et la harangue pour que sous les huées cessent de s'exprimer les autres. Huer pour empêcher de penser et de proposer. Huer pour imposer un point de vue par la force et faire taire l'adversaire. Mieux que le referendum populacier naguère dans tous les discours : les huées. Rien ne vaut une foule bien guidée munie de crocs de bouchers et de cordes pour faire justice.  

En parlant de justice, qui a fermé les tribunaux de France et voulait éradiquer les juges, les petits-pois et les bâtards de Bordeaux

Il voulait les remplacer par une foule en colère en train de huer ?


dimanche 16 novembre 2014

Pourquoi Willy Sagnol doit être poursuivi

La nouvelle bien-pensance de droite croit malin d'atténuer des propos bassement beaufs et racistes en se retournant systématiquement contre ceux qui les fustigent juste pour en faire oublier la source et la dédouaner. 

Une guerre des tranchées où cette belle droite rend coup pour coup usant des ficelles devenues à présent des cordes (à nœud) qui consistent à démonétiser la parole anti-raciste dans le discours national et opposer l'argument de la bien-pensance d'une sorte de gauche prompte à s'indigner.

Les raisons pour lesquelles la droite moisie choisit ce biais pour affaiblir la gauche sur ses principes, sont diverses.

Appelons cela une conséquence de la dédiabolisation de l'extrême droite : qui ne voudrait pas montrer un soutien direct à l'auteur des mots racistes, comme elle le faisait auparavant sans aucun complexe, attaque aujourd'hui par la bande. Détourne l'attention et s'en prend aux "bonne âmes, castratrices et liberticides" celles qui dénoncent. Mais comme tous les chemins mènent où vous savez, prendre le moins boueux idéologiquement rend la chose présentable et par là, reproductible, voire soutenable par certains à gauche. L'ennemi de mon ennemi n'est pas forcément mon ami, ne nous trompons pas de sujet. (je dis cela à l'attention de mes deux camarades blogueurs frisés, le noir et le blanc... enfin souvent gris,hips !)

Appelons cela le refus de digérer la loi Gayssot.  En effet, cette loi, dont l'auteur qui avait eu l'heur d'être communiste pénalise les propos qui contestent les crimes contre l'humanité avait trouvé des ennemis parmi les amis de la "liberté d'expression". Sont venues d'autres lois comme la loi "Taubira" -vous voyez qui c'est ? Cette dame qui a retrouvé la Banane selon Minute- loi portant sur le déni de la traite négrière etc.. En gros la droite a toujours défendu son droit à la liberté d'expression surtout lorsque celle-ci est truffée de propos racistes ou révisionnistes. Chacun à droite voudrait raconter "son" histoire car selon les moisis, il n'y aurait pas de "vérité officielle". Certes, la vérité ne se décrète pas, mais on ne doit pas laisser l'histoire aux mains de n'importe qui pour autant.

Appelons cela la fatigue généralisée par rapport aux indignés professionnels qui enfourchent leur chevaux habituels sur tout et n'importe quoi. La gauche de la gauche qui défigure tous les bons principes avec son outrance langagière et intellectuelle rémanente. Qui transforme l'or en plomb dès qu'elle ouvre la bouche, au point que les gens s'en défient et lui accorde des scores électoraux de plus en plus microscopiques.

Dans le cas de Sagnol, n'allons pas trop loin tout de même. Le racisme dans le sport existe justement parce que les caractéristiques physiques diffèrent de façon majoritaire en fonction de ce que vous êtes : noir ou blanc... Mais je parle bien de caractéristiques "physiques" seulement. Si je dois faire une autre différenciation, je fais du Willy débile, donc du racisme. 

Willy a parlé comme on parle dans le sport : cru et raciste et ça ne le dédouane pas pour autant.

Willy a parlé comme Sarkozy a parlé aux moisis de la manif pour tous hier : il leur a dit ce qu'ils aiment entendre, ce qu'ils aiment répéter, ce qu'ils aiment penser. Pour se faire aimer d'eux.

Willy veut se faire aimer des supporters qui jettent des bananes dans les stades, des gus qui lèvent le  bras droit tatoué dans les virages des stades et qui achètent les billets de matches, s'abonnent à canal + et les maillots à 75 euros pièce.

Willy véhicule toute la connerie de son environnement proche. Faut-il l'exonérer pour autant et l'autoriser à dire que les noirs ont de gros mollets, voire une (très) grosse bite mais un petit cerveau ?

Si on laisse dire cela, laissons aussi dire que les bonnes femmes n'ont leur place que derrière les fourneaux ou bien avec une culotte fendue accrochées lascivement à une barre de pole-dance, hein ! Je ne parle même pas de salaire égal ou de capacité à diriger une boîte : "elles ont un beau cul, mais dans la vie, y a aussi l'intelligence". On peut multiplier les cas sur les pédés, les arabes, les juifs etc... indéfiniment. 

Il se pourrait très bien que Willy ne soit pas raciste au fond, mais il donne l'air de quelqu'un qui ne mesure pas l'étendue de ses propos puisqu'ils sont banals dans ce milieu. Nous ferons le procès des footeux et des sportifs un autre jour mais pour le moment je dis oui, je suis d'accord pour que Willy soit poursuivi car le racisme n'est pas une opinion, c'est un délit. 

Un jour la beauferie crasse deviendra aussi un délit. Je l'espère aussi. 

Mais y a beaucoup de travail encore !

jeudi 13 novembre 2014

Zemmour breveté SGDG

Zemmour a été interdit de débat avec Fillon sur Bfmtv sous prétexte qu'il est sous contrat exclusif avec Itélé, la chaîne concurrente.

Je trouve cela scandaleux qu'on bride la parole d'un des plus brillants penseurs français du régime de Vichy pour des raisons bassement mercantiles. Qu'on l'abaisse au rang de simple produit, de vulgaire Zlatan, pousseux sans cerveau. 

Itélé propriété de Canal+ , chaîne du cheval, du foot, du cul et du polémistes anti système. C'est magnifique!

Comme quoi le capitalisme a des bons côtés.



lundi 10 novembre 2014

Au revoir monsieur Jouyet

Jean Pierre Jouyet, tête à claque multicartes, a réussi l'impensable : discréditer son actuel employeur au profit de l'ancien.

Faut-il être à ce point cynique pour croire qu'on peut servir deux maîtres que tout oppose ?

La politique n'a que faire de l'amitié et internet a une très bonne mémoire.

A ce niveau-là, ce n'est plus de l'amateurisme, c'est du masochisme hard.

Qu'on le vire en attendant le prochain !



dimanche 9 novembre 2014

Sarko s'est tuer, Lhomme et Davet l'ont ressusciter

Je reviens un peu urgemment ici pour jeter aux chiottes le bouquin de  Lhomme et Davet, deux brillants journalistes du Monde.

Les beaux esprits vont dire : "encore un con qui croit avoir une opinion sur un truc qu'il n'a même pas lu". Et ils auront raison. Partiellement s'entend.

Car en effet, je n'ai pas lu le livre. Comme les 99,96% des français.

Par contre, une bonne partie de ces derniers ont lu les journaux papier et en ligne qui ont fait une synthèse et écouté les interviews données sur FranceBidule sur leur bouquin. Sans oublier ceux qui suivent les suites de l'affaire de la plainte de Fillon... on va dire 60 % à la louche. A vous de faire vos déductions.

Et la plus belle des analyse, on la retrouve chez nos amis du Figatruc qui résument absolument ce qu'il faut penser de ce bouquin (donc pour les 49,04%)

1/ Fillon à la manœuvre contre Sarkozy ? Fillon est un intrigant et un revanchard. Jouyet est complice et c'est bien l'Elysée qui tire les ficelles. Hollande serait à la manœuvre, ce qui accrédite la thèse de l'acharnement judiciaire. Ça c'est fait.

2/ Affaire Gayet: Sarkozy savait deux mois avant. Pourtant, il n'a pas laissé fuiter l'affaire sachant l'impact désastreux que la nouvelle pouvait avoir sur Hollande. Ce qui tend  penser que Sarkozy est un homme d'apaisement, qu'il est sincère et qu'il ne veut pas mélanger politique et affaire de boules. Bref c'est un chic type.

3/ La ligne «Paul Bismuth» découverte via Cécilia.  Sarkozy est victime d'une vengeance d'ex-femme tout comme Hollande de sa Triermachine. A vous de décider laquelle des deux est la plus salope.

4/ Comptes de campagne: l'alerte avait été donnée. Grief important mais on ne demande pas au marié de chercher les assiettes qui manquent au banquet le jour de la noce. Les Français ont bien voté et revoté pour des truands. Balkanoche, Guerinouille etc...

Évidemment si j'avais lu le livre comme les 0.04 % des français,je penserais tout autrement.

Ajouter à cela l’occurrence du "discours fondateur" et du machin télévisé sur TF1 plutôt moyen du président et vous obtenez un beau concours de circonstances favorables. 

Ah oui, Lhomme et Davet avaient aussi dit sur Inter qu'ils avaient reçu des menaces de mort explicites, alors peut-être que finalement ....

samedi 8 novembre 2014

Sarkozy donne une nouvelle version des faits

80 fois, non 108 fois qui dit mieux ? Les enchères allaient bon train chez les analystes (d'épicier) qui tournoyaient à s'en donner le vertige hier après le discours de Paul Bismuth, alias Mon Raymond.

Ruth Elkrief, journaliste pugnace et sans concessions de chez BfmTv avait sorti sa toilette des grands jours : noir et strasses, pour fêter dignement le discours"fondateur" du nouveau Sarkozy. C'est magique, dès qu'on prononce Sarkozy, les étoiles brillent dans leurs yeux, noël ! La féérie du glamour, foie gras et champagne ! Après la veuve Cliquot, le beau Sarko ! 

Ruth n'avait plus une culotte sèche après avoir interviewé la tripotée de truands et de mis en examen qui accompagnent le candidat comme une nuée de mouches l'entraîneur de Bordeaux, leur passant les plats volontiers et avec tout ce qu'il y a de parfaitement. J'aime le journalisme d'investigation !

80 fois le mot "République" non plus de cent fois ! La foire d'empoigne du "moi, personnellement je crois que..." était lancée. On parle de discours fondateur, de retour aux valeurs, j'ai même entendu un "père de la nation". Pourquoi pas un guide suprême, le prince des croyants l'Ayatollah Sarkozy ?

Mais grand malheur n'arrive jamais seul, Nabilla a dézingué son joli fiancé à coup de lingue et le beau discours fondateur de Sarkozy du même coup. Alors, elle est passée en tête du hit parade médiatique, reléguant la farce de droite à un vulgaire fait divers, genre chien agressif, bave verte aux commissures et  tremblotant, écrasé sous des gros pneumatiques (suivez mon regard petits dégueulasses).

Faudra nous refaire un autre discours fondateur avec plein de morceaux de moi je, de république, de burqa, de valeurs chrétiennes, et d'assistanat dedans. 

C'est ballot !

mardi 28 octobre 2014

Un retour de fronde, ça fait mal à la gueule ?

Moi je croyais que le retour de Sarkozy allait enflammer la droite et la remettre sur ses béquilles pour repartir au combat. Alors que le type fait une tournée provinciale digne des papys du rock : nostalgie et cheveux bleus permanentés world tour. Ne manque plus qu'une conférence Costa Croisière pour compléter le triste tableau de ce naufrage politique et une belle mise en examen. Mais que branlent Juppé et Fillon, bordel?

Normalement, il devraient être sur tous les fronts, assemblée et sénat pour damer le pion au gouvernement, s'opposant à un François Hollande au plus bas des sondages ? Même la fille du borgne sensée être "aux portes de l’Élysée" grâce au raz de marée de deux  ou trois maires élus par fraude présumée et un ou deux sénateurs arrangés à la sauce Guérini, même le FN donc n'a pas les personnels suffisants pour monter une vraie opposition à l'exécutif. Une blonde "chti à las vegas" et un avocat véreux même pas encarté : c'est franchement pas lourd pour bien faire.

Alors que reste-t-il pour honorer notre démocratie d'une opposition digne de ce nom ?

Oui, vous avez deviné : ceux qui dézingueront le premier ministre et qui discréditeront définitivement le président, ce sont les socialistes eux-mêmes. Organisés en bataillon serré, il parasitent les médias, sillonnent les rédactions, convoquent les experts, éditorialisent et commentent. Delphine Batho qu'on retrouve partout, se chicorne avec le brillant Hamon qui pousse du coude Baumel qui tergiverse et jette dans le fossé Duflot qui grince comme une roue coincée pour couvrir les meuglements du bel Arnaud, qui viendra avec son propre opuscule de 800 pages de écrit par des nègres dont les affaires marchent du feu de dieu en ce moment, pour écraser définitivement toute velléité de domination dans la fronde puisque c'est lui qui a la plus gros melon.

Vu autrement, et étant profondément de gauche, je pourrais aussi être positif et voir cette opposition comme un chance car elle est de gauche, progressiste et portée par des gens intelligents et instruits, deux qualificatifs qu'on pourrait difficilement prêter à Morano et Estrosi,par exemple.

Mais je n'y arrive pourtant pas, lorsque je vois d'anciens ministres retourner leur veste et crier au péril républicain contre un gouvernement qu'ils avaient quitté à peine trois mois avant. D'anciens ministres de l'économie cracher finalement sur une politique économique dans laquelle ils avaient participé activement et échoué. Un ancienne ministre écolo qui flingue sa successeur pour lui avoir refilé le bébé d'une écotaxe qu'elle a été incapable de gérer correctement. Je ne parle pas des livres qui sortent en rafale pour surfer sur la vague Triermachine et la Delphine Batho qui s'abstiendra de voter le budget de la sécu car elle devra impérativement aller voir des films ornithologiques. Harpie crieuse  imbécile, ça existe ça comme variété d'oiseau ?

Quant à la petite friture qui s'abstient et qui vient vous expliquer doctement et avec beaucoup de parfaitement que voter contre c'est prendre le risque de sortir du parti alors que ce dernier a besoin d'eux. Qu'ils en sortent et on verra qui avait le plus besoin de l'autre. 

Pour le moment, en craignant pour leur petite place étriquée de député maire de leur douar minable de province, ils mettent en  péril l'intérêt de tout un pays en aidant à remettre un escroc patenté à sa tête. 

(Même si ma dernière assertion contredit le début de mon propos sur Sarkozy. Enfin, je dis ça pour les chipoteurs et autres éventuels emmerdeurs qui aiment bien sodomiser les petit insectes volants)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...