dimanche 21 octobre 2018

La fatwa de Mélenchon

Le patron des insoumis a appelé publiquement ses militants à "pourrir" les journalistes où qu'ils les trouvent donc les poursuivre et les harceler.  Une fatwa où nombre d'abrutis "insoumis" verront une autorisation à la violence. 

Rappellons que l'ordre de pourchasser des journalistes est une tradition bien connue chez les imams islamistes intégristes dans certains pays où les libertés ont fini par disparaître. La liste des types assassinés par des bas du front, dans les rue d'Alger dans la décennie 1990-2000, est là pour en témoigner. 

Mélenchon est désormais en roue libre et donne à voir toute l'étendue de sa violence, son mépris des gens, sa parano, son côté mégalomane et ses velléités antidémocratiques. 

Il bouscule un magistrat et des flics, moque l'accent d'une journaliste, se dit victime d'un complot national, estime que sa personne est sacrée et enfin déclare que son parti n'a pas vocation à être démocratique.

Que serait-il advenu de ce pays si le gugusse était entré à l’Élysée en 2017 ?  

On n'ose imaginer : une crise économique tragique et un appauvrissement généralisé à l'image de ses modèles sud-américains? Un régime autocratique qui réduit au silence ses opposants tels ses amis populistes de l'est? Un pays où les islamistes se sentiront enfin libérés de toute contraintes comme dans certaines municipalités de gauche qui jouent les idiots utiles aux barbus?

Mélenchon est prêt à jeter au feu son ruban tricolore prêté par la république pour sauver la petite épicerie qu'il mène avec Sophia Chikirou, personnage tout à fait effarant qu'on découvre dans cette enquête hallucinante.

Pauvres insoumis.


mercredi 17 octobre 2018

La gauche prend l'eau

Marine Lepen retourne l'ascenseur à Mélenchon en prenant ostensiblement sa défense contre la dictature qui porterait atteinte à la démocratie en France, à l'occasion des perquisitions chez lui et au siège de son parti. Dictatures que les deux partis soutiennent pourtant en Europe de l'est et en Amérique latine. 

Passer son temps à conspuer l'Europe tout en profitant de ses subsides pour remplir les caisses du parti est une pratique qui doit être dénoncée afin que les français votent en connaissance de cause la prochaine fois. Salir et discréditer les institutions reste un jeu connu des extrêmes. Mettre en doute la justice fait partie de leur stratégie du chaos.

Pavageau, le nouveau patron de FO qui voulait prendre la place de Martinez en tant qu'opposant syndical numéro un de Macron doit rendre les clés pour une pitoyable histoire de fichiers. Risible.

L'aile gauche du PS ne supportant pas de quitter les luxueux locaux de Solférino pour un vulgaire open space en banlieue parisienne en profite pour rejoindre Mélenchon. Hamon, probablement jaloux et en colère, traite le patron des insoumis de "César" après avoir, contre toute stratégie politique sensée, avoir déclaré le soutenir en cas de second tour et ce pendant la campagne du premier. Il n'a rien compris le petit Benoît ! 

Je vous mets les visages de la grosse prise de guerre pour l'histoire car je sais que la plupart des gens s'en fout et ne voit même pas qui c'est.

Enfin j'aimerais ajouter une triste pensée pour Hollande qui ne fait que renforcer le sentiment de gâchis et de déception que j'éprouve à son égard. Toujours à l'affût de bons mots et en recherche de sympathie de la part des journalistes, l'ex ne tient plus sa langue même au risque de mettre en péril des relations entre la France et des pays au poids économique important. Il ne devrait vraiment pas dire ça. 

Aujourd’hui, entre deux critiques virulentes contre un exécutif qui fait le job que les socialistes n'ont pas eu le courage de faire, il vient même nous dire qu'il regrette sa "présidence normale".  

Il a raison : rien à gauche n'est normal.  Inquiétant.

mardi 25 septembre 2018

Hé toc toc !

Bon je sais, je ne devrais pas taper sur cette pauvre femme car l'expertise psychiatrique demandée à son encontre n'est rien de moins normale dans la procédure de l'affaire où elle s'est empêtrée toute seule comme une grande fille.

Sauf qu'elle fait l'erreur de s'en saisir pour se victimiser contre  "ce régime qui commence à faire peur". 

Seulement voilà, plus personne ne la croit. Le dernier des débiles légers de son camp sait que ce n'est qu'une formalité juridique. Personne n'a témoigné la moindre empathie ni n'a démarré le moindre début de réflexion sur ce qu'elle évoque, parce que tout le monde s'en fout, on sait qu'elle en fait des caisses et qu'elle est carbonisée politiquement... sauf Mélenchon. Le leader de gauche lui a témoigné sa sympathie et de son soutien contre Macron le dictateur. Les élections approchent alors on se pince le nez. Une autre expertise psychiatrique ne serait pas de trop !

D'ailleurs que penser d'autre qu'à une perte totale de discernement et de raison lorsqu'on lit dans certains blogs Mélenchonistas qui évoquent, comme madame lepen,  une "tentation totalitaire" dans cette affaire de compte twitter que LREM dénonce car il prête des propos farfelus à ses porte-parole sous un grossier prétexte parodique. Même un cerveau moyen comme le mien n'y voit que triste détournement qui en réalité n'est guère loin de la diffamation et de la propagation de fausses nouvelles et je m'explique :

D'une part l'indication "parodie" n'est pas évidente, surtout pour la majorité des tarés qui nagent dans ce cloaque et qui relayent souvent sans rien vérifier : il suffit que ça raille Macron... l'exemple de Filoche pourtant homme supposé "avisé"et son tweet antisémite, reste un cas d'école. D'autre part la comparaison avec le GORAFI ne tient guère car ce dernier s'applique à grossir démesurément le trait et diversifier ses sujets pour faire effet, en cela c'est du second degré et de l'humour bien parodique. Contrairement à ce twittos qui creuse inlassablement le même sillon sur des déclarations aux sonorités proches des éléments de langage des personnes appartenant au même camp.

Cette opposition devient complètement tarée, je conseille une bonne expertise psychiatrique généralisée.

mercredi 5 septembre 2018

Tous ensemble ouais !

L'opposition reste tétanisée et en a eu pour ses frais puisqu'elle voulait installer durablement dans les esprits l'impression de ratage de la rentrée macronienne. Malheureusement pour nos trois pieds nickelés de la politique ça n'a pas pris. 

Pourtant il y avait de quoi : mauvais sondages, la démission de Hulot, celle de Flessel dans la foulée, les résultats économiques pas super, sans compter le petit pignolage exclusif des mélenchonistas sur la piscine de Bregançon, la mezzanine de Nyssen et je ne sais quelle vaisselle de luxe... passons. Les derniers couinements sur parcoursup se font inaudibles, l'interdiction du portable et les évaluations à tous les niveau au primaire n'a même pas soulevé un sourcil chez les syndicats ni les familles. La rentrée s'est fait sans accroc. Le prélèvement à la source se fera, l'annonce du plan pauvreté sera faite comme reporté, la loi santé sera votée (avec numerus clausus aux oubliettes... merci qui ?) et promesse de réforme constitutionnelle maintenue en dépit de l'enfumage Benalla. 

Dans le cul Lulu !

L'arc républicain du cirque Zapatta devra reprendre le chemin de l'assemblée pour regarder passer les trains comme les herbivores du même nom. Je parle du train des réformes qui va tellement les épuiser qu'il faudra prévoir Thalasso avec douche écossaise (le tout pris en charge par la mutuelle of course) pour les congés de la Toussaint. Les gaulois réfractaires  seraient mieux inspirés de trouver quelques idées et propositions sérieuses pour nous faire avancer au lieu de se donner en spectacle pitoyable.
 

dimanche 2 septembre 2018

Surtout pas un écolo !

Les écolos, actuels ou anciens, ne doivent en aucun cas mettre le pied dans ce gouvernement sinon je ne réponds plus de sa pérennité ni de sa réputation de sérieux. 

Ces gens bien que remplis à ras bord de sentiment admirables et ne veulent que le bonheur de l'humanité et des petites bêtes, sont incapables de tenir en place et faire bonne politique.  

L'administration d'un pays comme la France exige davantage qu'une vague aptitude à chauffer des étudiants attardés dans des amphis de la Sorbonne.  

Prendre un écolo, même ancien, signifierait qu'ils représentent encore une force politique crédible dans notre pays. Mais vu leurs résultats électoraux proches de zéro, on est en droit d'en douter.

C'est pour ça que je vois d'un très mauvais œil l'interférence de Daniel Cohn-Bendit dans le débat du remplacement de Nicolas Hulot. Surtout pas Dany ! Il est  plus intéressant d'avoir le flamboyant rouquemoute comme soutien à l'extérieur car, dedans, il risquerait de tout casser dans la boutique tant il est impétueux et colérique ! Capable de dégâts irréparables lors de sa sortie que je suppose rapide de son ministère !

Vous avez aimé la tempête Hulot ? Vous adorerez l'ouragan Dany !

Après la mauvaise manière de Nicolas Hulot, y a Bern qui la ramène partout pour critiquer la politique culturelle. Bon, ça commence à bien faire les divas ! Qu'on cesse de supporter les vapeurs de ces messieurs-dames les stars de la télé ! Donc encore moins de Cohn-Bendit ou autre tête d'affiche "médiatique" au gouvernement. 

Macache !

Qu'ils mettent la jeune Poirson, elle parle bien, semble soucieuse de cohésion et d'esprit d'équipe et paraît avoir les pieds bien ancrés dans la dure réalité des choses.

Je l'aime bien Dany mais je préfère qu'il réserve ses coups de nerfs contre Méluche, Wauquiez, Lepen le nouvel "arc républicain" des clowns.

jeudi 30 août 2018

Ah merde ! Encore un opposant

Pascal Pavageau est le nouveau patron de FO. 

Il a déjà lancé un mot d'ordre de grève des fonctionnaires en prévision de je ne sais quelle loi qui n'a même pas commencé à être discutée. Rappelons qu'il est mentionné sur Wikipédia qu'il est en disponibilité de la fonction publique depuis ... 2004 !

Bravo Toto !

Il a ainsi coupé l'herbe sous le pied de Martinez démontrant ainsi qu'il en a une plus grosse, et accessoirement, il devient le leader incontesté de la lutte anti-Macron, le président qui mange les bébés du peuple.

Ainsi donc, pour en remettre une couche et montrer que rien ne vaut une bonne caricature lorsqu'un dessin ne suffit pas, il se déclare "Gaulois irréductible" en réponse à la tirade qui se voulait comique du président. 

Mettons alors cet opposant supplémentaire dans les rangs de l'armée mexicaine dont les officiers se disputent le leadership et les troupes fantômes.

mardi 28 août 2018

Tout le monde aime Nicolas Hulot

Hulot s'est découvert plein de nouveaux amis depuis qu'il a annoncé sa démission à la radio. Tout le monde respecte la décision de "l'homme de conviction" le "défenseur de la nature", tous les fayots et les abrutis sont sortis de leur trous afin de profiter de cette occasion en or et reprendre le Macron Bashing de plus belle.

Même Brice Lalonde qu'on croyait ad patres, s'est vu proposer un micro pour dire tout le bien qu'il pense de l'un et le mal de l'autre. Les écolos revivent, ils existent à nouveau : Benhamias a rechaussé ses dents pour l'occasion et Eva Joly est rentrée du grand Nord. La droite lui tresse des lauriers et Mélenchon boit du petit lait. 

Les écolos vont enfin gagner des élections avec les européennes !

Dire que toutes ces andouilles n'ont cessé de le traiter de traître, d'avaleur de couleuvres et de vendu aux lobbies qui n'était même plus capable de trouver sa bite pour pisser, depuis le début du quinquennat.

Comme dirait l'autre, toutes les occasions sont bonnes pour taper, hein ! 

En attendant il aurait juste pu avoir l'élégance d'avertir son employeur avant d'aller pleurer à la radio.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...