vendredi 17 janvier 2020

Candidators

Mélenchon en a rêvé, Marine l'a fait. 

Depuis l'effarement incrédule du candidat de la vraie gauche à la vue des résultats du premier tour des présidentielles de 2017, l'idée d'une revanche anime le débat social et politique. D'abord la rue puis les grèves, et à présent les candidatures très, très, très anticipées. 

L'opposition populiste voudrait compresser le temps en passant directement aux présidentielles 2022. Faire comme si ce quinquennat n'avait jamais existé, et nous autres réduits à l'état de cerveaux disponibles, juste bons à mettre un bulletin dans l'urne sous l'influence des mensonges propagés dans leurs pompes à merde de réseaux sociaux et autre médias "libres et participatifs".

Pourtant ce quinquennat (pas encore fini) aura déjà permis de lever le voile sur plusieurs décennies de situations de rente, de compromissions et de lâcheté politique. 

Les politicards de carrière croient détenir un droit absolu de retour sur la scène et souhaitent jouer contre la montre. Déjà Lepen, Royal... J'attends avec impatience les candidatures du reste de la meute.

On va bien rigoler.




vendredi 10 janvier 2020

Au revoir mon cerveau

L'impératif de critiquer à tout crin le gouvernement et se poser en opposant farouche à Macron, pousse certains à enfiler un tutu rose et jouer aux funambules, hésitant de tomber du côté de la grossièreté ou du ridicule.

Les intellectuels, en supposant qu'un écrivain puisse supporter un tel fardeau épithète, et surtout lorsqu'ils sont  de gauche, doivent se plier à la pratique en vogue consistant à faire "peuple" en vociférant des conneries à tout va.

Ainsi, le nouveau rebelle du Drouant pose tout haut la question que la vraie gauche pense tout bas :"Est-ce que Lepen aurait fait pire?"  Insinuant que ses petits camarades de lutte aurait mieux fait de voter pour la Fille à Papa en 2017.

Pour le vérifier, ils savent ce qu'il leur reste à faire en 2022.

mardi 7 janvier 2020

Je suis Charlie

Je pense qu'il ne serait pas inutile de la rappeler puisque les cons sont tout aussi nombreux. Ils se sont même multipliés grâce à internet et les réseaux devenu un déversoir de haines et un motif qui pousse certains abrutis à commettre leurs méfaits dans la vie réelle et sur des vraies personnes.

Je suis Charlie car cinq années après le massacre, la gauche a trahi. Elle piétine tous les jours les cadavres de ces valeureux déconneurs, blasphémateurs potaches en s'affichant dans les défilés islamistes en compagnie de fillettes voilées. La gauche entérine et soutient. Censure et se fait l'apôtre d'une nouvelle moralisation abjecte.

Je suis Charlie car des flics ont donné leur vie pour nous préserver des chiens enragés. Aujourd'hui, ils sont conspués dans les manifs, insultés, filmés par des uber-journalistes, étroitement défendus par des uber-avocats, en train de se prendre des engins incendiaires. On leur conseille de se suicider et on divulgue leurs noms et adresses pour les livrer eux et leurs familles aux clébards de tous bords.

Je suis Charlie car on continue à buter dans la rue des types radicalisés qui assassinent les passants à l'arme blanche. Je suis Charlie parce que la gauche se tait sur le sujet et laisse la droite tranquillement commenter, condamner et promettre.

lundi 6 janvier 2020

Du sushi à se faire

Les Nippons, réputés pour leur sens de l'honneur exacerbé et l'amour kamikaze de leur patrie, sont ridiculisés par l'incroyable évasion du patron de Renault. 

Cette affaire redonne leur juste dimensions aux énormes pendeloques qu'ils prétendaient cacher sous leur kimono. L'autoritarisme culturel dont ils peuvent faire preuve, assorti de cette rigidité heureuse et raffinée qui va jusqu'à élever en plaisir inavouable l'art d'aller se faire curer les oreilles dans des cabinets feutrés.

Déjà une semaine et toujours aucun haut responsable japonais n'a fait seppuku... les traditions se perdent, c'est le bordel dans ce pays !

mardi 31 décembre 2019

Ta mémoire m'habite bien profond

Oubliez la photo encadrée de Papy ou le petit chien transitionnel! En ces temps de fêtes et d'étrennes de fin d'année, offrez à Mamie la dernière invention de ce designer hollandais. 

Un joli godemiché contenant une capsule remplie des cendres de son défunt époux.

Elle pourra toujours continuer à s'envoyer en l'air en toute conformité avec les lois divines en vigueur dans les religions du livre, et on dira de lui que même mort, il bande encore ! 

Amen !

samedi 28 décembre 2019

Le rétrécissement des luttes

Les manifestations en France ressemblent désormais aux sorties des films : bandes-annonces tapageuses, lancement médiatique sur tous les plateaux et les radios, couverture publicitaire nationale, roulez tambours, sonnez trompettes... puis une fois le générique de fin déroulé,  plus rien. La consternation.

Le film laisse toujours un goût de mal fait, de bricolage. Scénario qui patine, acteurs surjouant leur personnage, effets spéciaux bas de gamme.

5000 personnes à Paris et on ose appeler ça un soulèvement populaire, une adhésion massive, un plébiscite !

Bientôt la gauche extrême proposera un grand casting pour recruter des figurants aux manifs, ça fera bosser des vrais intermittents du spectacle au moins.



dimanche 22 décembre 2019

Les économistes déterrés au doigt mouillé

Le groupe qui avait fait les beaux jours de la fronde contre Hollande, remet le couvert avec Macron comme la fashion de gôgôche l'exige expressément.  

Non seulement, ils expliquent à longueur de Youtubisme frénétique et savant, que rien n'est bon dans le Macron, mais ils soutiennent publiquement des concepts farfelus et se permettent des approximations assez risibles. 

L'étalage de leurs diplômes donne souvent au péquin moyen "en colère" l'argument scientifique en béton, la légitimité des experts... sauf que parfois, ça coince !

Je tombe nez-à-nez avec cet article de fact-cheking (qui n'a rien avoir avec fist-fucking... je  me permets la précision pour ne pas passer pour un enculeur de mouches) article qui remonte les pendeloques boursouflées de l'économiste atterré Thomas Porcher. L'économiste "essayiste" -et là j'ouvre une grosse parenthèse car ce qualificatif semble toujours collé à ces personnages, souvent pas heureux dans la vie, qu'on voit sur les plateaux polémiquer à toute berzingue pour fourguer leur 43ème livre de l'année, narrant par des mots compliqués l'art de se beurrer la biscotte en faisant un selfie tout en expliquant pourquoi et comment il faut détester Macron-.

Donc le gugusse sort une étude faite par un institut suédois qui démontrerait aussi limpide que si ma tante en avait une paire, je l'appellerais volontiers tonton, que le système par points a fait baisser la retraite des chibanis à tête blonde de ce pays. Naturellement, l'info fait le tour du tamtam qu'on appelle réseaux sociaux comme quoi "on vous l'avait bien dit etc...".

Sauf que l'affirmation est biaisée. Et biaiser pour un économiste qui se doit d'être précis, argumenté et pondéré, c'est vachement atterrant !

Le pape des économistes Piketty, dont j'ignore qu'il soit atterré ou pas (ce dont je me contrebranle sauvagement) a récemment émis des approximations sur les cotisations des hauts revenus. Cet article nous apprendra qu'il avait, en d'autres temps soutenu une position bien contradictoire à celle qu'il défend contre cette réforme.

L'aveuglement anti-machin fonctionne comme un fumigène dans les manifs CGT. Il empêche le discernement.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...