vendredi 3 octobre 2014

Rassurons les familles

Manuel Valls aime tenir le rôle de gendre idéal. Le beau-fils parfait qui voudrait plaire à sa belle-maman restée très bandante malgré les rides. Freud a dû beaucoup écrire là-dessus, alors j'arrête là mon intrusion dans le monde de la psychologie de comptoirs.

La veille d'une manif pour tous annoncée comme une vague bleue et rose cucul la praline, foulard Hermès et bouche en anus de vache hémorroïdaire, il accorde une interview au journal catho pour "rassurer les familles" sur les intentions de la France concernant la GPA. 

Je peux comprendre l'aspect, disons, intime de la démarche d'un type bien sous tous rapports mais qui garde au fond de lui cet attachement tout ibérique à la morale traditionnelle judéo-chrétienne qui consistent à vouloir se taper la vieille par charité, marier la bigleuse pour niquer sa frangine, aimer sa patrie adoptive et en être fier. L'effort important qu'il doit faire chaque jour pour assurer une charge pas facile.  Je trouve tout de même que Manuel tombe facilement dans la complaisance inutile. Je m'explique :

La manif pour tous a clairement connu un regain de confiance grâce au retour de Sarkozy. L'agitateur est revenu pour prendre la tête de la seule cohorte encore compacte et cohérente que la droite peut présenter face au gouvernement. Si en plus elle contient la composante crâne rasé main dans la main avec les sœurs musulmanes voilées en plein "petit jihad" la boucle est bouclée ! Son parti est disloqué et disqualifié. Les ennuis judiciaires affluent. La manif pour tous est sa seule bouée de sauvetage car elle fédère son camp.

Au lieu d'être dur et stratégique en dénonçant la manipulation des français par l'ex, Manuel comprend et veut rassurer les "Familles". D'ailleurs pourquoi utiliser ce terme de bienpensance modernouille de droite ? Les autres compositions ne doivent pas mériter le sigle "famille", A.O.C délivrée par le Vatican ou un autre organisme certifié casher et hallal?  

Je peux comprendre que Manuel se mette dans le sillage proche de Sarko afin de se mettre sur les rails contre lui en 2017, mais attention, le vrai challenger n'est peut-être pas celui qu'on croit. De toutes les façons quoiqu'il fasse, quoiqu'il dise, du fait d'appartenir à cet exécutif , Manuel n'aura aucune chance aux yeux de ces "familles". 

Sarko a disqualifié d'avance les socialistes, dès 2012. Le jour de sa sortie de l’Élysée, il a déclaré  le président Hollande illégitime et son action, nulle et non avenue. Cet exécutif n'est attendu ni sur les chiffres du chômage ( la preuve : il a baissé en Aout et rien n'est venu remonter la soi-disant courbe de popularité) ni sur les résultats économiques (personne n'a rapporté la baisse du déficit commercial, le remontée de compétitivité etc...) ce gouvernement n'est attendu sur rien par la droite de ce pays, puisque d'emblée il a été déclaré  forfait. Pourquoi alors rassurer les "familles" puisqu'elles n'en ont rien  à foutre ?

Hollande et Valls ne sont attendus que par leur capacité à résister aux manœuvres de déstabilisation de la droite, ils ne doivent réserver leur forces qu'à contrer les coups de boutoir des imbéciles. La France restera à jamais prisonnière de cette horde de cons qui lui pompent tout le peu d'énergie disponible pour avancer : familles, bonnets rouges, casseurs de portiques, agriculteurs pyromanes, notaires sans cravate, taxis, camionneurs, chauffards...  

Ils me fatiguent.



lundi 29 septembre 2014

Jephan de Villiers

Jephan est un artiste que je ne connais pas personnellement. Je connais son travail d'artiste par hasard, par un séjour à Paris ... à Belleville plus particulièrement où j'ai eu la chance de vivre quelques jours chez l'amie d'une amie qui possède des livres écrits sur lui et quelques uns de ses personnages énigmatiques planqués dans des boîtes en bois.

Je parle de "travail" d'artiste, mais ce qu'il fait n'est pas un travail. C'est tout ce que j'aime dans l'art, cet art qui vous remue, qui vous regarde au fond de l'âme et qui vous questionne.

Pourtant à regarder les étranges créatures, on leur trouve la même expression: un visage de cire démultiplié par dix, vingt, cent... Vincent sans oreille. Des faces rondes comme des pleines lunes tristes, avec des yeux comme des points. Agrandis par une cavité orbitale qui les fait ressembler à des oiseaux de nuit. 

Des corps semblables à ces oiseaux morts qu'on retrouve à la fin de l'été, secs et légers, dissimulés dans  l'herbe. Des êtres qui avancent dans une longue procession biblique, un péplum silencieux de l'humanité en déshérence.

Des corps sans membres, recouverts d'un large pan d'on ne sait quoi, tassés, collés les uns aux autres, les visages tendus dans la même direction, vers les mêmes peurs. Une tribu primitive  planquée au fond d'une grotte sombre et qui attend une éclosion.

L'éclosion d'un œuf qui a été traîné pendant des siècles par leur parents et leurs grands-parents, de grotte en grotte de peur en peur. Un œuf sur lequel il est écrit des choses que nul ne peut lire.

Jephan dit qu'il a créé parce qu'il se perdait dans la forêt d'automne de son enfance.

C'est peut-être aussi pour cela que j'aime bien ce qu'il fait. 

Allez voir !

dimanche 21 septembre 2014

Attention : scoop !

N'insistez pas, je ne dévoilerai jamais mes sources. 

Mais comme vous m'êtes sympathiques, je vais lire devant vous les Unes de quelques journaux de droite à paraître demain. 

Ce que vous allez lire est top secret car les rédactions sus-dites ne disposant pas des stagiaires pour faire tourner la boutique le dimanche (saleté de code du travail)  ni des patrons de presse qui ne peuvent  déroger à leurs obligations auprès de monsieur le curé et du country club, elles ont préféré anticiper le mouvement et ont déjà bouclé le numéro de demain.  Je vous livre quelques extraits :

Le Figaro du 22/09/2014 : 

Magistral !

"L'ex-président de la république, le visage buriné par deux années de diète médiatique et de retraite quasi monastique, est revenu serein et conscient du rôle essentiel que lui confère la situation catastrophique du pays. Il revient plus calme, plus posé, changé, prêt à affronter courageusement sa défaite de 2012, persuadé de représenter une alternative crédible qui sortira la France du chaos et des émeutes  sanglantes qui menacent chaque jour..."


Le Point :

Il a changé !

Nicolas Sarkozy ne s'est pas démonté devant les assauts perfides du journaliste chargé par le pouvoir socialiste de le déstabiliser. Il a gagné son combat contre lui-même et est revenu calme et posé, dans une attitude gaullienne pour donner sa vision de la France de demain. Une France, dit-il, débarrassée de ce sentiment de mal-être, qui doit retrouver confiance. Et c'est cette confiance qu'il redonnera aux citoyens déboussolés par la politique nulle et  sans cap de Hollande l'usurpateur."


Valeurs Actuelles :

C'est lui !

Nos veilleurs, bible à la main, transis de froid et d'humidité ont vu récompenser leurs prières par l'apparition quasi mystique de ce Nicolas Sarkozy, revenant des oubliettes dans lesquelles le pouvoir de gauche aidé par le syndicat infâme de la magistrature l'avaient précipité durant ces deux dernières années. Mais nul sentiment de vengeance, nulle parole de représailles n'ont émaillé sa douce réapparition. La France a retrouvé son sauveur.

On vit une époque formidable, non ?

jeudi 18 septembre 2014

La classe !


 Mon président.





Edwy en tête du troupeau

Plenel sait. Plenel pense. Plenel donnait son avis ce matin sur Inter : une opinion irréversible et non négociable.

La politique : "Il y a un petit groupe qui a recueilli 5% du suffrage des sympathisants qui a mis la main sur le pouvoir à gauche." 

Un groupe qu'il juge illégitime puisque selon lui l'ordre politique protocolaire et hiérarchique doit suivre les résultats de la primaire socialiste de 2012.  Aubry premier ministre pendant un quinquennat, ouais !

Parceque, voyez-vous, un groupe aussi minoritaire ne peut que mener une politique erratique, non conforme à l'idéal de gauche dont les contours infranchissables intellectuellement ont été décidés par de sombres penseurs qui voient des pauvres partout et qui pensent que ces derniers doivent les aimer malgré eux.


L'Islam : Il n' y a pas de problème lié à l'Islam en France, il n' y a que du ressentiment générationnel et de la pauvreté. Plenel voit encore des pauvres derrière le djihadisme. De la colère sociaaaale des enfants d'ouvriers qui fabriquent nos voitures... qui construisent nos routes"  Plenel vit en soixante dix, à l'époque où le PCF hier faisait les scores du FN d'aujourd'hui... et  avec les mêmes électeurs !

Plenel prend la tête du troupeau:  pêle-mêle sondeurs qui se branlent quotidiennement et s'essuient dans les journaux et les réseaux sociaux foutraques, vraie gauche qui veut mettre le feu au pays et dézinguer l'institution avec un ancien trader à gourmette repenti, la vrai droite tatouée SS qui manifeste avec les curés et l'islamisme hipster proHamas et quenelle, contre les pédés et la ministre "ayatollah" qui veut mettre des tutus à nos garçons. 

Les trente frondeurs à qui on donne 90% du temps médiatique, qui vous expliquent doctement et avec force conviction et deux cachets d'aspirine qu'ils ne veulent pas voter contre le gouvernement pour ne pas se faire sortir du PS et risquer leur peau électorale qu'ils doivent intégralement au parti. Ils ne sont même pas sûrs de monter un groupe parlementaire suffisant pour leur permettre de fronder dans les brasseries de Paris à la note de frais. Chier dans les bottes : oui, cracher dans la soupe : jamais ! Les verts avec un score microscopique qui trouvent tout de même le chemin des ministères pour ensuite mieux déballer dans des livres "vérité". Une ex-concubine hystérique qui se fait du blé en allant faire des selfies avec des enfants qui meurent de faim en Afrique.

Alors le troupeau s'emmerde, fait de la rumeur, amplifie des mots malheureux, surveille les faits et gestes de l’exécutif : qui n'a pas payé son kiné? Qui n'a pas réglé son cordonnier ? Qui n'est pas exemplaire ? Lapidons-les !

Plenel prend la tête du troupeau, guidé par un Sarkozy qui n'en demande pas davantage pour revenir. Revenir pour leur donner ce qu'ils veulent au fond : une affaire par jour, une polémique par jour, un événement, une sortie, un coup de menton, un jogging, du fric, du rêve, du glamour,  de l'autoritarisme et de l'ambition...  tout ce qu'ils aiment détester.

Pourtant hier Valls a fait beaucoup d'efforts  :  il a promis de distribuer du fric et a ressorti Sarko du placard. Il fait du gauchisme correct ! C'est pas formidable ?

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...