mercredi 10 mai 2017

Au bord de la crise de nerfs

Chronique d'une défaite annoncée : Jean-Luc Mélenchon a décidé de s'auto-parachuter à Marseille pour les législatives à venir. 

Après avoir étonné la France par son attitude à l'annonce des résultats du premier tour, il fait circuler des mauvaises infographies et des éléments de langage visant à discréditer et délégitimer l'élection de Emmanuel Macron. Il appelle "les gens" à sortir dans la rue pour dénoncer l'élection d'un président "minoritaire" dans la population, alors qu'il n'a su lui-même se placer qu'à la quatrième place... cherchez l'erreur !

L'échec c'est aussi la remise en question, et jusqu'à aujourd'hui nous n'entendons aucun mea-culpa ni questionnement. C'est la faute des autres. Bah voyons.

Se basant sur des indicateurs, là aussi, tout aussi faux et hasardeux (pourcentage obtenus au premier tour et affluence au meeting) il se lance pour un mandat de député qu'il a peu de chances de gagner. Déjà passer d'une position d'aspirant à la présidentielle à celle de député, il y a de quoi se plier le foie. D'autant plus que s'il ne se fait pas élire cette fois, osera-t-il encore douter de la sincérité du scrutin ? crier au complot ? Appeler les marseillais à la grève générale avant de se lancer à la présidence de l'association des parents d'élèves du 10è ?

Ne pas respecter les résultats d'un scrutin c'est nier le fondement même de la république, et ça, même la mère Lepen n'a pas osé le faire. Les marseillais ont aussi de la mémoire, et il y aura bien d'autres candidats de gauche qui ne lui lâcheront pas le steak.

Surtout les cocos, ses seuls alliés, qu'il vient, une fois encore de mépriser en leur refusant nettement la solidarité électorale.

Jean-Luc est perdu pour la gauche et pour son pays.
Qu'il dégage le 18 juin !

 

vendredi 5 mai 2017

Complètement Reims...ée

Voici la dernière image que laissera le FN est sa candidate de cette campagne présidentielle :  celle du déshonneur.

Venue avec son monsieur 4% faire une dernière prière en espérant ardemment entrer dans les habits de la France millénaire, Marine Lepen s'est retrouvée sous les huées du bon peuple dont pourtant elle se targue à longueur de micros de représenter.

La supercherie a fait long feu.

Elle et son parti ont été finement débusqués par Emmanuel Macron puis soigneusement discrédités sur leur programme et leur vision de la France. Sa parole n'est désormais plus audible, et il est fort à parier que hormis son socle de base 13/15% qui reste hermétique à toute analyse, elle et son parti s'effondreront d'eux-mêmes car s'il fallait une preuve supplémentaire à ceux qu'elle a réussi à tromper, le débat aura bien montré qu'elle n'était que du vent. Une vraie escroquerie politique. 

Ce soir-là, elle a définitivement explosé en vol. 

Marine Lepen n'avait pas de public pour faire siffler et huer ses adversaires. Pas d'auditoire pour rire à ses blagues, pas d'écho à ses vociférations. Pas de "on est chez nous" et aucun contradicteur. Ce soir-là il n' y avait qu'un seul homme en face d'elle et rien d'autre, et elle s'en trouva fort dépourvue. Elle ne pouvait que montrer son vrai visage, son naturel détestable et surtout la vacuité de son programme.

Le vrai rempart contre Lepen, on l'a trouvé ; c'est l'homme qui est arrivé à la terrasser avec des mots, des idées et un projet pour le pays. C'est celui qui va la battre aux élections.

jeudi 4 mai 2017

Le naufrage

Marine Lepen  a tiré  le débat vers le fond, et avec, les quinze millions de spectateurs qui assistèrent médusés à son affligeant spectacle. Elle a noyé ses propres électeurs sous les immondices qu'elle a proféré. 

Ce qui m'attriste c'est que certains continuent à affirmer sans trembler qu'ils hésitent encore pour aller voter. Il est vrai que la majeure partie du discours de la dame était pompée de la logorrhée de violence, d'invective et de simplisme de Mélenchon. Ce qui peut troubler les esprits les plus faibles

Lepen c'est Mélenchon sans la culture.

On se demande comment on en est arrivé là. Une candidate infoutue de formuler la moindre proposition, incapable de lire ses propres fiches. Un rictus incompréhensible affiché en permanence et une grossièreté poissonnière. Pourquoi le 1/5 des français ont mis un vote sur cette personne ? 

Je crois que Macron a trouvé la bonne formule : Lepen est une coproduction de l'ancien système où chacun des deux principaux partis se la jetait à la face de l'autre afin de survivre.

Nous avons assisté à la fin de LR, celui du PS... nous verrons le FN exploser en vol !

mercredi 3 mai 2017

Emmanuel Macron

Le facteur a déposé une enveloppe contenant les professions de foi des deux finalistes à la présidentielle.

J'en ai mis une à la poubelle.

Ce soir, je n'ai pas bistro, alors je vais regarder le débat à la télé. 

Je vais regarder Marine Lepen dérouler son discours habituel qu'elle prendra bien soin de truffer de contrevérités et de mensonges. Ce sera la dernière fois que je m'obligerai à écouter les pénibles éructations de la dadame. Je vais encore l'entendre dire qu'elle est la candidate du peuple alors que les seules mesures prises vont arranger les rentiers et les héritiers...comme elle !

Je vais l'entendre dire que l'Europe c'est mal alors qu'elle y a casé toute sa famille afin d'y téter des subsides, parfois même de façon douteuse. Le fric de l'Europe est bon. 

Je vais l'entendre dire que Macron est le candidat des banques parce qu'il y a travaillé. Qu'elle n'est pas la seule à le répéter puisque des intellectuels de gauche et des leaders d'extrême-gauche pensent et disent la même chose.

Je vais l'entendre dire qu'il est l'héritier de Hollande, alors qu'elle, elle est juste celle d'un antisémite, raciste et révisionniste.

Macron président, son immunité parlementaire sautera et elle n'aura plus aucune raison de se soustraire à la justice de son pays. 

Vivement, qu'on rigole un peu.

mardi 2 mai 2017

Les sous-doués font la présidentielle

Certains auront beau habiller doctement les concepts manipulés sans précaution par la candidate d'extrême-droite et leur donner des atours intellectuellement audibles, il reste que le projet de Marine Lepen reste désespérément vide. 

Un vide qu'elle semble avoir du mal à combler de sa vocifération permanente et du pénible mantra traditionnel sur l'Europe et l'Immigration. 

Un programme économique sans queue ni tête, avec un revirement sur la monnaie qu'elle est elle-même incapable d'expliquer. 

Mais la "colère" de l'électeur frontiste le rend aveugle. A t-il besoin de programme pour voter comme un con ?

Nous croyions avoir touché le fond de l'insignifiant avec l'accord avec Dupont Gnagna, qu'elle a déclaré premier ministre avant même de connaître les résultats définitifs et faisant fi de toutes les règles "démocratiques" qui voudraient qu'un premier ministre est choisi dans la majorité issu des législatives... pour une candidate qui voudrait "redonner la parole au peuple" ça se pose un peu là.

Mais pas du tout... on creuse encore puisqu'elle vient de confirmer son incapacité à écrire son propre discours et pompe fièrement des blocs entiers dans celui de Fillon, un looser. Elle ajoute la grossièreté à l'incompétence.

Les populeux des deux extrêmes changent d'avis au gré du vent et des sondages, distribuent du vent et un fric qu'ils n'ont jamais vraiment gagné en travaillant. Ils mentent et fabriquent des citoyens désabusés et haineux.

Allez, encore quelques jours et du vent; Qu'ils reviennent dans leurs terriers et qu'on ne soit plus obligés d'entendre leurs conneries. On a un quinquennat à réussir !

samedi 29 avril 2017

Debout les neuneus !

C'est un vrai cataclysme politique : Dupont Gnagna craignant de perdre sa rente se retrouve au bord de la faillite pour ne pas avoir atteint le seuil des 5% a négocié un ralliement sonnant et trébuchant avec la cheftaine du FN. Il y va de l'intérêt de la patrie ! Rompez !

Moquons-nous un peu de Nicolas et Pimprenelle.

Cette alliance de clowns est un clapotis grotesque que les éditorialistes en manque de frissons montent en épingle pour indiquer que le FN sort enfin de sa solitude. Rappelons juste que malgré la batterie de casseroles de Fillon, Dupont n'a pu agglomérer autour de sa hure les 5% fatidiques. Son chiffre est en carton pâte 100% véritable, il apporte dans la corbeille de sa belle mariée à peine 1 ou 2 %, pas davantage.

Notons que pendant que l'inutile Dupont se voit déjà premier ministre, son micro-parti explose en micro-particules. La gueule de bois risque de lui être fatale. De l'autre côté, sa nomination prématurée provoque des grincements de dents bruyants dans les rangs de l'armée mexicaine frontiste. Les couteaux sont tirés.

Sa nouvelle Tata devra faire face à la justice après la défaite annoncée, j'espère qu'il n'oubliera pas de lui apporter des oranges... entre camarades, hein !

vendredi 28 avril 2017

Les idiots utiles du FN

A l'heure où j'écris, le leader de la secte des insoumis n'a toujours pas indiqué à ses adeptes la marche à suivre. 

Son refus de se prononcer clairement pour le candidat Macron est une faute morale lourde qui ternit les dernier aspects positifs qu'on se forçait pourtant à lui trouver, ne serait-ce que par sympathie de gauche, par charité chrétienne ou pour l'amour des belles phrases (au choix)

Mélenchon et ses loufoques lieutenants ont assuré qu'aucun de leurs votes n'ira au FN, mais en sont-ils si sûrs ? Leur empressement paraît suspect à bien des égards, car il indique une trouille de voir une grande proportion de leurs "insoumis" aller vers à l'autre vote finalement tout aussi "insoumis" qui est celui du FN.

Ce matin, le patron de la CGT refusait également de faire barrage en appelant clairement au vote pour Macron. Encore un recalé du suffrage populaire car selon les derniers pointages, son syndicat perd le leadership au profit de la CFDT... qui soutien sans équivoque EM. Y a pas de hasard !

Mélenchon adopte une position suicidaire en envenimant et hystérisant le second tour de la présidentielle. Il excite et manipule les lycéens en espérant l'incident qui mettrait le feu aux poudres. Potentat de république bananière, il ose tout, jusqu'à lancer des théories de complot de manipulation de chiffres et refuse l'évidence de son échec cuisant. Le pauvre !

A bien réfléchir, le risque d'avoir une présidente FN pour lui et son électorat composé en grosse partie de gens socialement hors de danger, bobos etc... n'est pas si grave car cela ne changera rien pour eux. Ceux qui s'en prendront plein la gueule, ce sont les vraies petites gens, les sans voix, ceux qui rament vraiment.

Mélenchon a perdu son honneur et celui de la gauche. 

Qu'il dégage !

 

lundi 24 avril 2017

Ça c'est fait !

Le premier tour a donné Macron en tête, comme je le souhaitais et c'est tant mieux. 

Une plus forte proportion de français a voulu le changement dans l'optimisme, dans l'Europe et dans le monde. 

Je dis aux copains qui fondaient des espoirs sur Mélenchon que ce dernier n'est pas en mesure de faire mieux que le FN, et ne le sera jamais car sa campagne et tout son programme consistait  dépouiller l'aile gauche de l'électorat du PS d'où son résultat. Il est fort à parier que si le PS avait eu un candidat crédible et unanime, le FDG ou Insoumis ou les gens... appelez ce mouvement comme vous voulez, n'aura fait que ses 11 ou 12 % habituels.

L'extrême gauche n'a jamais été un rempart ou un remède contre le FN, d'ailleurs, la preuve en est le refus grotesque et imbécile de soutenir le candidat Macron contre Lepen. L'argument invoqué est tout à fait à l'image de ce qu'aurait été une présidence Mélenchon : un bordel dans les institutions et des débats et referendums bidons et interminables... aucun sens de la décision et de la prise de responsabilités. Berf, on refile la patate aux autres pour se dédouaner de l'échec à venir.

Hamon, n'a pas oublié d'être fidèle à lui-même en accusant les autres de sa défaite, mais en tout cas, il ne renie pas son appartenance au camp de la République et a clairement appelé à voter Macron, tant mieux.

Fillon a rendu service à ses petits copains de LR en sortant de cette élection la tête un peu haute.

Je vais me répéter mais je souhaite que mon pays aille de l'avant, qu'il présente au monde un visage jeune et compétent. Loin des idéologues et des bonimenteurs.

jeudi 20 avril 2017

Allez les gens !

C'est ainsi que Mélenchon s'adresse à son public, vous l'avez remarqué aussi ? Allez les gens ! 

Si j'étais un enculeur d'insectes, je dirais qu'il s'adresse à la population avec mépris puisqu'ils ne sont à ses yeux qu'une masse informe, sans réel rôle social transversal. Une substance dont la seule fonction serait d'aller le faire élire parce qu'il le faut.

Jean-Luc a changé ces derniers jours,vous ne trouvez pas ?

Il se remet à croire et à apprécier les sondages et ses partisans ne parlent plus que de "vote utile".  Ben voyons !

D'abord il fait retirer tous les drapeaux rouges durant ses meetings et ne fait plus chanter l'Internationale à la fin.  Il continue à faire siffler ses adversaires politiques pour les ériger en ennemis, histoire de rendre encore plus amère pour ses partisans la décision de voter au second tour. Insulter l'avenir, comme dirait l'autre. Après moi les cons ! Bravo !

L'Europe ? Bah... il n'a jamais dit qu'il en sortirait. Son admiration pour Poutine.... on n'en parle plus. Chavez ? Demandez à Clémentine Autain... Bref, on a lissé le programme ainsi que la parole. Fini l'invective, il fait crier "dégagez!" mais ne le dit plus lui-même. Conscient que son unique réservoir de voix reste chez les frondeurs de Hamon, qu'il a d'ailleurs bien dépouillé, il tente de se centrifier pour attirer quelques brebis du PS qui hésitent avec Macron.

Ses militants, éblouis par la marque Phi gravée sur leurs pupilles s'activent sur les réseaux et font feu de tout bois pour discréditer les autres candidats. Ils relayent tout ce qui est contre... et puisque l'extrême-droite est contre aussi, pourquoi s'étonner alors que des super copains à vous, frappés par le signe, publient sur votre mur FB des infos puisées dans les sites fachos. Le militantisme rend con !

Oui, il a changé. Il le dit lui-même, il n'est plus d'extrême-gauche ! 

Jean-Luc se dédiabolise... un peu tardivement peut-être, et exhorte depuis sa péniche insoumise (pénis en sous miche) les gens d'aller... frapper aux portes, apporter la bonne nouvelle aux autres gens. Aidez-moi, les gens. Aider à quoi donc ?

Air déjà entendu quelque part, tiens, tiens...

lundi 17 avril 2017

Ce sera lui

Mon choix électoral ira dès le premier tour à Emmanuel Macron. J'ai décidé de le soutenir, depuis le moment où François Hollande a décidé de ne pas se représenter.

Il aurait été parfaitement logique que ce soit ce dernier qui se représente pour le camp progressiste, social et démocrate, mais d'autres dans son propre parti en ont décidé autrement. L'obstruction permanente des 10% de frondeurs ont obligé tout l'appareil trébuchant du PS à monter des primaires contre leur propre sortant. Résultat, ces nains politiques en sont à se disputer les fonds de classement avec Dupont-Aignan.

Je soutiens Emmanuel Macron pour un tas de bonnes raisons. La principale étant que ses propositions entrent dans le domaine du possible car rien n'est pire que de laisser rêver le gens ensuite les laisser dériver vers le doute, la remise en cause des institutions et le rejet des valeurs républicaines, en faire des "déçus" qui tomberont dans les bras de ceux qui sont encore plus "populistes" qu'eux. Tout comme dans la gauche, certains se diront encore plus à gauche. 

Mélenchon parle très bien mais évite soigneusement d'entrer dans les détails de son projet. L'usine à rêves qu'il propose ne sera qu'une friche de déceptions lorsque élu, la lune qu'il désignait dans ses grandes messes ne se résumera qu'au petit doigt avec lequel il l'avait montrée. Chavez, Tsipras, Podemos auront été les précurseurs de l'instabilité chronique de leurs pays, je ne vois pas pourquoi il faudrait les suivre sur ce chemin. 

Quant au FN dont la candidate est en prise avec la justice, il cessera avec Macron de constituer l'épouvantail électoral qui permettait aux deux appareils de gauche et de droite de se maintenir en vie et d'attirer les votes craintifs. Nul appareil, nulle crainte. les lois sur l'éthique et la transparence seront durcies et la justice passera. 

La France n'a pas besoin d'épouvantails ni qu'on fasse siffler les adversaires dans les meetings. Elle n'a pas besoin de  fausses colères de tribunes. Elle n'a besoin de l'insulte ni du mépris. 

mercredi 12 avril 2017

La degringolada





Bon... c'est vrai que ce n'est pas complètement faux, mais c'est tellement bien dit. 

Hamon commence déjà à parler de sa campagne au passé, il fera le même pourcentage que lorsqu'il était frondeur à l'assemblée. Fronder c'est bien, mais avoir un projet et des idées c'est mieux.

Hop ! ça c'est fait.

dimanche 9 avril 2017

Yes oui can !

Bon, je ne vais y aller par quatre chemins, je mets les deux pieds dans le plats et je l'annonce tout de go : moi aussi j'aurais aimé lui piétiner les testicules à l'affreux Bachar (à voile) lorsque j'ai vu les mômes gisant par dizaines, morts dans d'atroces souffrances, gazés comme des insectes.

Obama la grande classe a laissé faire le tyran en déclarant aux yeux du monde qu'il n'avait aucune stratégie pour la Syrie. Il s'est contenté d'empocher un Nobel de la paix en sachant qu'il laissait la voie libre à Assad pour continuer à assassiner son peuple et vider son pays. Et il y a déjà eu gazage pendant son mandat, sans réaction. Inviter Beyoncé à la maison blanche pour guincher avec bobonne avait sans doute plus d'importance. Bah !

Encore une fois, les bons sentiments et les discussions interminables sur d'hypothétiques résolutions internationales sans issue, n'auront pas suffi à freiner le tyran. Bien au contraire. Il s'est adjoint les services du riant Poutine pour finir de tétaniser toute volonté belligérante contre lui depuis l'Europe. 

Trump a eu l'opportunité de frapper les esprits et donner une triple claque : d'abord au Russe pour lui montrer qu'il n'en avait pas peur, au  Syrien à qui il a montré qu'il pouvait le frapper quand il le voulait et au reste du monde qui l'avait pris pour un débile sans couilles. J'avoue que j'en fais partie mais ça ne compte pas.

Bref, Trump a fait ce que tous les "démocrates" rêvaient secrètement de faire. sauf que peu d'entre-eux ont l'honnêteté de l'avouer publiquement et de l'en remercier. La leçon donnée par le crétin notoire laisse pantois et on le comprend. 

A présent, il déplace des navires vers l'autre cinoque de Corée au cas où il décide d'envoyer des missiles chargés de nucléaires sur ses voisins et ce malgré les soutiens bruyants des anciens camarades communistes de Russie et de Chine. 

Kim est prévenu, l'homme orange a déjà un index sur le bouton. 
 

samedi 25 mars 2017

Unionons-nous quoi !

J'aime bien Benoît Hamon mais je trouve qu'il surjoue l'indignation et s'y réfugie beaucoup trop rapidement faute de trouver des réponses aux très nombreuses questions qui sont posées à la gauche à l'occasion de cette élection. Il dramatise et théâtralise ses positions tout en évitant soigneusement d'expliquer pourquoi sa campagne patine et pour quelles raisons il n'attire que peu de soutiens.

Il ne serait pas juste qu'il attende des ralliements naturels et automatiques de la part des cadres socialistes, encore moins de la part de ceux qui comme lui, ont, ou participent actuellement  au gouvernement. Il est encore moins intelligent de traiter de "traîtres" des types comme Le Drian, qui annoncent publiquement leur soutien à Macron.

D'une part parce qu'en terme de traîtrise à son camp, Benoît n'est pas en reste. Il est même multirécidiviste en la matière puisque dès son congédiement du gouvernement, il n'a cessé de voter contre les lois proposés par un exécutif issu de son parti. Il ne s'est pas privé de piétiner le président dès qu'il en avait l'occasion, donnant ainsi l'opportunité à l'opposition de rire en faisant de même, et ça c'est très mal.

D'ailleurs, jeter aussi facilement au goulag les gens qui ne sont d'accord avec sa ligne n'est pas très "unificateur" car un candidat doit pouvoir réunir des gens autour de lui pour le second tour. Jadot est bien gentil mais son ralliement prématuré et grossièrement intéressé n'a  pas provoqué le sursaut attendu. On peut même dire que ce fût un beau flop.

Deuxio, en politique il faut savoir doser sa parole et éviter d'insulter l"avenir. Car l'avenir c'est l'appel au vote Macron lorsque celui-ci sera seul face à MLP au second tour. Benoît se fera un devoir de se mettre en marche et n'acceptera pas qu'on le désigne comme "traître", à moins que ...

... qu'il ne se mettre dès à présent derrière l'égo mafflu de Mélenchon et de jouer les insoumis d'opérette, enfin se désister étant donné que le front de gauche réalise de meilleurs scores que le PS dans les sondages. L'union de la gauche enfin... ! Mais après ça, il lui faudra insulter un par un les 90% des cadres socialistes qui refuseront de le suivre dans sa déroute et qui ne veulent pas entendre parler d'une union avec le leader de FDG.

Bon je répète pour les sourds qui ont lu trop vite :

MELENCHON FAIT UN MEILLEUR SCORE QUE LE PS DANS LES SONDAGES !

Je crois que le PS a du gros soucis à se faire.




samedi 18 mars 2017

Concours de bites à gauche

Cette fin de semaine politique est chargée comme l'haleine d'un blogueur amateur de boissons fermentées de ma connaissance. Jugez par vous-même : 

Rassemblement populaire à Bastille des sympathisants de Mélenchon samedi et gros meeting de Hamon à Bercy dimanche.  La gauche véritable va reprendre le terrain politique aux costards de Fillon et aux Phillipoteries du dépressif du même nom. Enfin on va causer des problèmes de fond !

Car le problème de fond reste la taille du zboub des deux leaders !

Le Montebourg insolent, oublieux de l'insoumission irrémédiable du Jean-Luc a osé lui proposer de se mettre derrière le Benoît, et en bon ordre de marche pour justement damer le pion aux marcheurs du traître Hollandiste. Ce que le gourou exorbité de la secte Phi lui rétorque non sans ricanements fraternels : "ils disent ça passque les sondages les donnent devant, mais ils ne perdent rien pour attendre !" 

Ce qui n'est pas tout à fait faux ! 

La taille finale des mandrins turgescents des deux leaders qui rêvent de faire sauter Marianne sur leurs genoux sera donnée après le comptage des manifestants ce week-end. Qui va rassembler le plus de monde ? Qui sera devant dans les sondages à paraître lundi ? Qui devra se ranger derrière qui ?

Après la consultation de ma boule (maboul) de cristal, je peux d'ores et déjà affirmer que le total des deux bites n'excèdera par les 25 (%) ! Ce qui fera séparément deux jolies petites zigounettes qui n'arriveront même pas au deuxième tour ! 

Allons camarades ! Tous ensemble, tous ensemble !

mardi 14 mars 2017

Défendons Fillon !

Oui, surtout le laisser s'enfoncer et emmener avec lui cette droite odieuse au fond des cuvettes. Le caniveau.  Voilà le futur de cette caste finissante de magouillards déguisés en milords. Morgue british et raie sur le côté, monsieur probe tapait dans la caisse comme un petit malfrat en prenant ses grands airs ! Je souris.

Fifi pousse l'art de détrousser le contribuable en obligeant sa propre descendance à lui rendre un pognon gagné dans des conditions discutables, mais néanmoins légales. Une rétrocession qui n'est pas sans rappeler les pratiques de rétro-commission largement utilisées par les affairistes qui gravitent librement autour de son camp. Il dépouille en utilisant ses enfants comme bouclier humain, quelle pitié ! Ses amis de bénitier de Sens Commun qui gorettent leur "un papa, une maman !" dans les manifs pour tous doivent bouffer leur missel devant tant de honte.

Je ne demande pas le retrait de Fillon... jamais ! Qu'il y aille, courageusement, emmenant la horde de névrotiques qui le suivent comme des affamés, qu'ils franchissent le pas de cette présidentielle vers ce précipice du grotesque. La tête haute et les mains crades !

Vive Fillon et adieu la droite... à dans 5 ou 10 ans voire jamais !

mardi 7 février 2017

La vérité si je mens !

"Avoue ce que personne ne te reproche pour ne pas avoir à t'expliquer pour le reste" Voilà en gros la ligne de défense de Fillon lors de sa fausse conférence de presse hier.

Étant cloué au lit pour cause de crève, j'ai suivi de près l'opération "brouillard sur la France" du candidat LR, et je peux vous dire que ça mal démarré. Les médias avaient annoncé une heure d'émission, entre 16 et 17. Résultat, l'homme arrive devant les micros à 16h15, fait son discours liminaire, 15 minutes et accepte la dernière question à 16h50.

Le demi-millier de journalistes présents, étaient prévenus : pas une question sur l'affaire en cours.... autant dire circulez, y a rien à voir. 

Fidèle à son côté grenouille de bénitier, Fifi l'embrouille a adopté sa posture christique en faisant contrition et en offrant son corps et ses comptes en banque alors que personne ne lui avait rien demandé. D'ailleurs personne ne lui a rien demandé à propos du travail de Pénélope à la revue des deux mondes ainsi que ses liens avec les clients de son cabinet de conseil devenus partenaires une fois premier ministre. 

Personne non plus pour faire remarquer que la dame a gagné insolemment plus que le suppléant de son mari... qui devait certainement avoir moins de compétences qu'elle. 

Non plus, lorsqu'il a osé affirmer sans vergogne : "j'ai décidé il y a trois ans de mettre fin à la collaboration avec ma femme sachant que les français ne comprendraient et que ça pourrait nous porter préjudice" N'importe qui vous dira qu'il n'avait d'autre choix étant donné la nouvelle loi de transparence réclamée par Hollande, votée par la gauche et qui rendait sa situation tout de même un peu louche du point de vue éthique. Plus c'est gros, plus ça passe.

L'illusion fera long feu. Fillon prend ses sympathisants pour des blaireaux, c'est leur problème, mais en avril, c'est les français qui lui montreront qu'ils ne sont pas tous débiles.

Allez hop.... à confesse !


vendredi 3 février 2017

Alternative Facts

C'est bien de cela qu'on essaye de nous persuader dans cette affaire Fillon. La dame admet à qui veut l'entendre qu'elle n'a "jamais travaillé pour son mari" mais ce n'est pas cela qu'il faut comprendre. Bah voyons !

La droite française, FN compris, n'avait de cesse de dénoncer ce qu'elle appelait "la dictature de la transparence" suite aux lois votées après la piteuse histoire Cahuzac. Alors qu'en vérité, elle devrait remercier Hollande, puisque c'est grâce à lui qu'ils vont finalement rechercher un candidat au dessus de tout soupçon pour se refaire une virginité.

Faut admettre que cela va être coton d'en trouver un avec le cul propre à LR ! C'est sans doute pour cela qu'ils mettent autant de temps pour dézinguer définitivement Fifi : ils font le tour de toutes les déclarations d'intérêt et de patrimoine. Dictature de la transparence je disais.

En attendant, ils nous font du Trump qui qualifia de "vérité alternative" le fait que pour lui, l'affluence à son intronisation fut un record absolu malgré toutes les photos qui montraient le contraire.

La dame du FN, à l'instar du probe de la Sarthe, se trouve aussi empêtrée dans une pitoyable histoire de petits sous, grattés impunément sur le dos du contribuable. 

C'est tout de même paradoxal pour des gens qui nous promettent toujours moins de moyens de l'état, qui veulent en réduire le budget au maximum voire de sortir de l'Europe. A force, ils n'auront plus rien pour payer leurs conjoints et proches pour glander tranquillement.

La droite devient un ramassis d'escrocs à la petite semaine, pitoyable et sans honneur !

lundi 23 janvier 2017

Tout ça pour ça

Le parti socialiste, vient de confirmer à ceux qui en doutaient encore, qu'il est devenu un panier de crabes malfaisants. Il s'est tiré une dernière balle fatale dans le pied en tuant définitivement ses chances de revenir aux manettes en 2017. 

Le peu d'électeurs de cette primaire pitoyable, y sont allés en traînant les pieds sachant pertinemment qu'aucune offre ne saura réunir les 30% des français qui permettraient de les maintenir au second tour... et que dire des 51% de la finale ?
 
Le groupuscule d'excités, menés par Montebourg ont réalisé un travail de sape depuis le début du quinquennat de Hollande et ont juste réussi à renforcer la droite dans l'illusion qu'elle voudrait donner que la gauche ne sait pas gouverner...ce qui est faux (mais pas complètement). Tout ça pour en arriver à un résultat risible et un ralliement d'une rapidité qui confine au grotesque.

Les socialistes ont fait seppuku le jour où, contre toute logique politique et en dépit de bon sens commun, ont décidé de monter cette parodie de primaire, qui n'est que précipitation et désorganisation, contre un président sortant.... de leur propre camp ! Erreur fatale ! Au lieu de resserrer les rangs autour du président et lui proposer des alternatives pour continuer de relever la situation de la France après le quinquennat de malfrats sarkozystes qui ont plongé le pays dans le doute et l'ignorance, les petits imbéciles pompeux n'ont écouté que leurs rancune et leurs petites ambitions inutiles. 

Remplacer François Hollande par Hamon... ils sont sérieux, là ?

Ralliez-vous et (ou) mourez ! 

Voilà en gros ce que leur propose la réalité politique de la gauche en France aujourd'hui. 

Alors le petit gagnant de cette mascarade d'autosatisfaction pathologique devra bien réfléchir avant de se mettre derrière Macron ou Mélenchon.

En ce qui me concerne, le choix est déjà fait... et je pense que le président sera d'accord avec moi.

En attendant, le monde politique tremble dans l'attente de la décision de ralliement de Benhamias.... brrr!

mardi 17 janvier 2017

Ah oui... bonne et heureuse année !

Désolé, j'ai mis un peu de temps pour vous faire mes vœux, mais il n'est jamais trop tard pour avoir une dernière pensée heureuse avant l'hécatombe de merde qui va nous tomber sur le coin de la gueule. Du jamais vu !

A commencer par l'homme orange qui disait choper les meufs par la chatte mais qui s'avère fermement tenu par les couilles par les services russes et leur patron le riant Vladimir. Donald  le maître du monde devra faire carpette devant lui et l'aidera à tuer les dernières démocraties qui défendent encore le monde libre, la culture et la laïcité. 

Une ligue qui pue du cul se met en place doucement, comme un dépôt de chaudes déjections au fond d'un chiotte turc d'une gare de la banlieue d'Ankara.

Fillon ou la blonde à papa chez les franchouilles, la prime ministre sinistre des rosbifs, le clown Beppe chez les ritals, les pectoraux à Vladimir le ruscoff, le goret amerloque, le constipé d'istamboul chez les turkish, le dadais sanguinaire en bougnoulie syrienne et ses mamans à barbe chez les ayatollahs sans oublier le serial-killer phillipin. 

Le monde ne va pas tarder à ressembler à un cloaque fumant défendu par des dégénérés armés jusqu'aux dents.

Heureusement qu'on a Benhamias, Guaino et Dupont-Aignant pour nous faire un peu marrer !

Putain....bonne année !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...