dimanche 24 septembre 2017

La "rue" et l'histoire

Ce n'est pas la rue qui a vaincu les nazis, ce sont les divisions de soldats US et soviétiques qui ont gagné la guerre et libéré l'Europe. 

Mais c'était bien la rue qui avait mené Hitler au pouvoir en 1933.

Dans sa croisade contre Macron, l'illuminé de Marseille commence la"construction d'un peuple" dixit Corbières, en manipulant l'histoire. Il en profite aussi pour manipuler les étudiants et lycéens à qui il demande de déferler dans la rue en vue de son coup d'état.

Mélenchon voudrait entraîner la France dans le chaos, et dans ses bouffées délirantes, il touille dans l'histoire sans distinction osant comparer la dernière élection présidentielle, qu'il n'accepte toujours pas, à une monarchie ou à du nazisme. 

Il s'enfonce dans un inquiétant déni de réalité depuis son effarement public devant les résultats du premier tour et comme le dernier des seconds couteaux d'extrême droite, il atteint les point Godwin sans beaucoup d'efforts.

J'espère que ceux qui l'ont suivi hier dans la rue auront jeté un coup d’œil à leur manuel d'histoire avant de sortir manifester à nouveau avec ce gugusse.

jeudi 21 septembre 2017

Insoumis à deux vitesses

Avec Mélenchon c'est tous les jours noël ! L'homme ne peut pas s'empêcher de surgir comme un petit diable de sa boîte avec un commentaire malheureux, une mauvaise phrase ou bien un dérapage foireux.

Ainsi, il vient de faire un admirable coup double ce jour :

Comique pitoyable : "Vous comprenez maintenant pourquoi on vous déteste!" S'adressant à une journaliste qui lui posait la question sur le fait qu'il ait choisi de prendre un billet business ou bien first class en laissant ses lieutenants et surtout députées femmes se faire moudre les lombaires en classe économique lors du long voyage (loin de la fête de l'Huma) à la Réunion. 

Populiste puant : A l'occasion du départ de Philippot du FN, il a réitéré son appel à l'électeur frontiste à le rejoindre en sa qualité d'insoumis qui s'ignore, car comme le dit si bien son sous-fifre Corbières : "La bataille est culturelle et idéologique, il faut construire un peuple" Le bas du front est le bienvenu mais attention, seulement  le  fâché mais pas facho !  Le commissariat politique vérifiera chaque adhésion.

Et dire que certains faux naïfs se demandent "A quoi sert un député FI" . La réponse est juste sous tes yeux... à nous faire marrer pardi !

dimanche 17 septembre 2017

Désolé, j'ai "Réunion"

Le leader autoproclamé de la gauche française a donné un dernier coup de pied de l'âne à ses amis communistes en affichant son mépris pour ses anciens camarades et soutiens en désertant les allées de la fête de l'huma.

Il a ostensiblement embarqué pour l'île de la Réunion pour marquer sa désunion avec les cocos, pourtant largement responsables de son ascension politique.

Il a, sans grand péril, laissé la place au petit Benoît toujours à la recherche d'une maman sous laquelle il peut finir sa croissance politique. 

C'était un petit aperçu mais hautement significatif de la mentalité de l'homme : autoritaire et borné, incapable d'affronter ses contradicteurs et ne peut supporter qu'on ne soit pas d'accord avec ses idées. Tout juste bon à l'invective et l'opposition, Méluche est incapable de réunir autour de lui ce qui reste de la gauche, comment peut-il un instant croire qu'il pourrait fédérer le reste des français ?

Qui peut le croire ? 

lundi 11 septembre 2017

Je n'irai plus à Saint-Barth

J'ai plus de cinquante ans et je suis incapable de m'acheter une rolex. Je sais... je suis même pas foutu d'être proprio ni même en mesure de garder mon boulot non plus. 

Mais...

Je crois que je n'irai jamais à Saint-Barth.

Surtout qu'à présent ça ne ressemble à plus rien. Même Johnny n'en a eu plus rien à branler. 

C'est dingue ces îles ! Saint Martin, Saint Barth', Saint Zob. Des noms qui font bander le petit mafieux à gourmette et le gagnant de loterie et dont personne n'entend parler, à part les lecteurs de Voici et de people. 

Ils ont beau jeu de gueuler que personne ne fait rien pour eux, que Macron, tout Jupiter qu'il est, ne soit même pas arrivé à bloquer l'ouragan Irma. Mais que fait le gouvernement, bordel ! Envoyons leur Mélenchon, Le Pen et Ciotti !

Ils veulent quoi, les Saint Martiniens ? Les Saint Barthois (loin) hein?

Ils veulent que dès demain, leurs baraques de luxe, leurs hôtels à la zob soient remis sur pied par l'armée. Que leurs palmiers soient replantés illico presto et que leurs touristes amerloques avec leurs clébards de luxe soient là le week-end prochain. Les ouragans c'est bon pour Haïti et ses loqueteux, par pour la jet-set. Ils veulent tout, tout de suite. Que la population qui leur sert de domestiques de palaces et de gardiens de yachts soit fusillée pour avoir pillé quelques magasins et volé trois télés à écran plat. 

Ils devraient commencer par payer des impôts ces fainéants avant de réclamer la sécurité sociale.

Je n'irai jamais à Saint-Barth.

dimanche 10 septembre 2017

Qui se sent fainéant se mouche

Normalement, ceux qui connaissent ma grande-tante savent qu'elle aurait dit "qui se sent morveux se mouche. L'adjectif utilisé par Macron ne l'a pas été par hasard et il visait bien la caste politique économique et intellectuelle qui se contente de se payer de mots et passer à la caisse à la fin du mois. 

Seulement, les imbéciles regardent le doigt, ou font semblant de ne pas bien comprendre que cette déclaration était pour eux. Ils sautent sur l'occasion pour reprendre ce qui leur était destiné pour le renvoyer contre leur sympathisants, leurs militants. 

Ainsi donc Mélenchon, après avoir longtemps réclamé des vacances à peine entré à l'assemblée, et dans sa hâte de simuler sa belle colère en carton, remplace étrangement le mot "extrêmes" par celui d'"abrutis" à la série de mots que Macron a prononcés en Grèce. Abrutis, voilà donc ce que pense secrètement de ses insoumis le fainéant ultime, nourri au sein généreux de la politique subventionnée, devenu gourou après avoir ronflé pendant des années au sénat. 

Les socialistes ont également osé la facilité intellectuelle mais comme je les comprends. Une défaite comique suivie de l'incapacité à faire leur bilan après avoir méticuleusement brisé toute tentative de changement initié par Hollande, réduit à l'inauguration des chrysanthèmes. La fabrique de rois fainéants a intérêt à ce que rien ne bouge. 

Les patrons de syndicats, en particulier Martinez, ont dévié le boulet vers les "travailleurs". Comme je le comprends aussi : ces travailleurs qui ne votent même plus pour la CGT et qui majoritairement soutiennent les réformes, il faut bien tenter une dernière fois de les récupérer car il y a le feu à la maison et les prochaines lois sur la formation professionnelle risque de les laisser à poil, en attendant une remise à plat du financement des syndicats. 

Je comprends que tous s'accrochent à la moindre aspérité et scrutent la moindre parole pour la passer au crible de leur intérêts. Oui les régimes spéciaux devront être revus, les financements réétudiés... car après les politiques, les français ne comprennent toujours pas pourquoi syndicats, journalistes, corporations diverses jouissant de situations de rente ne seraient pas au même régime qu'eux.

Ceux qui rétorquent avec les "milliards" distribués aux "patrons" devraient penser aux milliards dépensés par l'état pour engraisser cette caste qui ne promet même pas de créer ou de sauvegarder des emplois.

A part les leurs, soi dit.

mardi 29 août 2017

Ruffin l'esprit simple

Nous avions bien compris que la candidature de Ruffin l'avait été par simple opportunité et son élection un effroyable effraction. Nous avions bien vu que sa présence à l'assemblée relevait de la comédie pitoyable, et que son action politique sera un long sketch de clown triste et bafouilleur.

Mais le simple ressent le besoin d'affirmer avec force ce que les autres ont compris depuis longtemps. Il annonce qu'il fera de l'opposition à Macron sur des "trucs à la con". Dans cet article, il précise l'endroit où il croit pouvoir enfoncer le président : "son épouse, le maquillage, les vaccins... etc." 

Car en réalité, et il l'avoue lui-même, être député c'est dur et s'opposer sur des lois est bien trop technique et compliqué pour lui. Apparemment personne ne lui a expliqué en quoi cela consistait.  
 
Voilà le le vrai visage de l'opposition insoumise. Le salaire et les avantages de leurs députés, payées par les Françaises, Français serviront à semer le trouble, le fake news, les pinailleries politiques et l'enculage de mouche. 

On se doutait bien que c'était un mouvement "à la con".

dimanche 27 août 2017

Déferlons !

Mélenchon, de retour sur les estrades semble avoir déjà oublié sa double débâcle électorale pourtant à peine tiède.

L'homme nourri aux idéologies anciennes et totalitaristes, avait déjà réfuté les résultats sortis  des urnes qu'impose notre démocratie, seule alternative admissible sous nos latitudes et à notre époque. Il continue à se dresser dans ses meetings, fier et écumant dans une campagne électorale permanente qu'il voudrait imposer à la politique française. Hystériser le débat pour que rien ne bouge en attendant son avènement. Oublié son fauteuil de député, cette place qu'il devrait pourtant honorer en y mêlant sa belle voix de stentor à une démocratie qu'il devrait ériger en modèle au lieu de déblatérer dans la rue devant un auditoire au choix, hypnotisé ou amusé. 

A moins qu'à l'instar de son modèle Maduro, il ne reconnaisse pas la légitimité de l'assemblée nationale, car rappelons le, son projet de "constituante" toujours en cours dans le programme des insoumis (de pain) a été mis en place au Venezuela avec les conséquences que l'on déplore : une nouvelle assemblée aux ordres du président qui a retiré toute prérogatives à l'assemblée démocratiquement élue. Je ne parle ni des morts ni des menaces réelles dirigées contre quiconque oserait s'opposer.

Il semblerait que la démocratie, les élections, le sens d'une opposition constructive et qui propose autre chose que la colère stérile et l'affrontement ne soient pas le genre de la maison chez les insoumis. On parle, on débat, on se congratule, on se déchaîne... mais c'est finalement le chef qui décide.

Amis de la démocratie, réveillez-vous et faites cesser ce déferlement de bêtise.

samedi 26 août 2017

Mon beauf et l'Europe

Emmanuel Macron était le seul candidat à la présidentielle a avoir assumé sans ambiguïté son positionnement pro européen et il se trouve qu'il a été élu.

Cette élément devrait en faire réfléchir plus d'un. Je parle de ces beaux esprits pressés par un compréhensible impératif d'opposition qui leur permettra de continuer à exister malgré leur pitoyable échec.  Dans leur précipitation à vouloir occuper les premières places face au président, ils finissent par piétiner toute raison en écrasant le peu de discernement que leur esprit revanchard leur a laissé.

Ainsi ils n'hésitent pas à valoriser davantage la réponse de la première ministre polonaise à la volonté de la France à vouloir mettre de l'ordre dans le fatras européen, dirigeante dont je rappelle le cv : ultraconservatrice et appartenant au clan Kaczynski, joyeuse présidence qui met les médias de son pays au garde à vous, comme à la grande époque communiste, qui ne recule devant aucune parole malencontreuse sur les camps nazis et  légifère allègrement contre les droits à l'avortement etc... un vrai paradis populiste qui a brillamment réussi l'accouplement entre l'extrême gauche et extrême droite.

Macron a su garder son cap européen et voudrait le prouver en allant dans les anciens pays du bloc de l'est dénoncer les dérives et l'effarante propension de certains d'entre-eux à tordre les lois européennes qu'ils ont pourtant signées en contrepartie d'une adhésion synonyme d'entrée dans un espace de prospérité partagée et de gros subsides distribuées. La Pologne contrevient à ses engagements et à l'esprit européen et personne dans la classe politique française, surtout à gauche, ne vient apporter un soutien sincère à la démarche du président. Pourtant le sujet des travailleurs détachés et du dumping social est "de gauche".

Il est risible de voir les anciens candidats à la présidentielle, tous paralysés devant la question européenne et tétanisés par Marine le Pen, ne voulant pas effrayer la soi-dite susceptibilité de l’électeur de base, du populo en somme, revenir tous sur la scène médiatique en critiquant le gouvernement, le budget maquillage, la loi travail et donner raison au zinzins polonais avec ce silence complice sur la question du travailleur détaché.

Laisser l'Europe se faire pourrir par ceux qui veulent sa mort pour mieux la critiquer est tout de même un fond de commerce plus intéressant pour cette gogoche vaporisée et ce Mélenchon encore esbaudi devant son petit triomphe d'avoir formé un groupe parlementaire et si émerveillé de pouvoir se payer un siège à deux briques à Marseille. 

Je rappelle juste à cette volaille sans tête que l'esprit anti-européen porté par la candidate du FN n'avait pas suffi et ne l'a nullement empêchée de se faire exploser en vol par celui qui est président aujourd'hui. 

Il faut remettre les choses à leur place.

mercredi 23 août 2017

Les vacances de M. Mélenchon

Visiblement tout le monde est de retour sur scène. Chacun retrouve son siège face aux journalistes, débats et échanges autour de ce qui fait l'actualité mais il manque étrangement les représentants des Insoumis.

Aucun sous fifre du parti n'est venu dérouler son mantra habituel, éructer ses menaces contre les ordonnances et promettre l'avènement de l'homme nouveau. Faut croire que tant que le leader maximo est toujours en vacances, personne n'a le droit de remuer un doigt. La révolution attendra. L'usine à faire le buzz est à l'arrêt. Pas même un communiqué "visible" condamnant les divers attentats de soi-disant "troublés psychiatriques", silence radio partout.

Même les salariés de GM et S sont de retour devant les portes de leur usine vide. J'entendais dire : maintenant que nous sommes rentrés de vacances, nous reprenons le combat. 

Tout va bien.

samedi 12 août 2017

Le mononnat

Désolé mais je n'ai pas bien cherché le terme exact qui désigne une présidence d'un an. 

Ça y est, Macron est foutu. Les français veulent le changement ! Zappons ce qui ne vient pas immédiatement. Le bilan est catastrophique, les sondages au plus bas. Les réformes même pas commencées qu'elles sont déjà mauvaises. La communication est catastrophique, les journalistes veulent de la réaction présidentielle, du point presse quotidien, du off, de la réactivité face à la rubrique des chiens écrasés.

Rendez-leur De Villiers et l'honneur perdu de l'armée.

Nous allons voir ce que nous allons voir à la rentrée, septembre sera rouge, la révolution est en marche. Le peuple aura la peau du banquier. 

Nous vivons une dictature ! A bas la présidence à vie ! Quoi ? Cinq ans c'est une vie lorsqu'on change de téléphone tous les six mois bordel! Rendons au peuple la parole, qu'il signe les pétitions ! Qu'on aille aux urnes pour élire Mon cul, Mélenchon ou De Villiers, ou Jean Lassale, Martinez ou Ciotti, rappelons Hamon ou Delphine Batho, Sarkozy pour faire plaisir aux blogs de gogoche... enfin n'importe qui d'autre que Macron fera l'affaire.

La démocratie de la moulinette, votons, puis si ça ne va pas, éliminons ! Dégagisme nous voilà ! décrétons la présidence tournante, l'Elysée à la roulette russe, l'obsolescence programmée des institutions. La politique en 140 jours, 140 caractères... à moi touitteur ! 

Putain encore 4 ans et 9 mois à écouter ces cons de pleurnichards!

mercredi 9 août 2017

Pétition piège à con

La France pullule de ces gugusses bidon qui s'autoproclament artiste-auteur-interprète-peintre-etc.... mais rares son ceux qui trouvent leur chemin vers le média national qui leur offrira leur petit quart d'heure de célébrité. Ces types qui n'ont pas froid aux yeux, le plus souvent assez médiocres, sont les seuls à croire en leur talent et par on ne sait quel miracle de la vanité, mettent toute leur énergie à persister pour attirer l'attention sur eux. Des spécialistes en maladies psychiatriques ont dû écrire des paragraphes entiers à ce sujet.

Mais il arrive qu'un de ces génies si justement ignorés parvienne jusqu'à nous comme c'est le cas de Thierry Paul Valette, le type à l'origine des soi-disant 300.000 signatures contre la statut de l'épouse du président. La plupart des médias nationaux en manque d'affaires ont emboîté le pas à cette initiative sans grande précaution et ont pu  mouliner du vent pendant quelques jours sans qu'aucun n'aille regarder de près le CV du gugusse en question. 

Je résume : beau gosse, lignée aristocratique, vie de château, droit (raté), antiquaire (raté), mannequinat (raté), poète (raté), auteur (auto-publié=raté), acteur série rose (raté), peintre (allez voir!), leader de mouvement politique (société civile-Rolex)... en gros, un type dont personne n' a jamais entendu parler dans les disciplines indiquées précédemment et qui finit par sortir de l'ombre en imaginant un histoire bidon de statut de la femme de président, mélangeant les propos et diffusant des approximations qui ont, ni une ni deux, fait cliquer les militants 2.0. Insoumis et patriotes et bien d'autres esprits faibles se sont pignolés comme un seul homme pour gicler leur petite goutte de fiel contre Macron. 

On se sent mieux, non ? 

Je ne mets pas de liens, vous irez voir ce que fait le gugusse si ça vous chante, mais  je ne vais pas vous laisser partir sans comme ça vous avoir donné un aperçu du talent infini de ce jeune homme qui deviendra sans nulle doute le Baudelaire du XXI siècle, ou pas.

 J'ai caressé ses rêves endormis
Qui ont bercés tant de ses nuits
J'ai embrassé même ses ennuies (sic)
Qui ont réveillé ses désirs enfouis  (copyright)

Nous vivons une époque formidable !


dimanche 6 août 2017

Les jolies colonies de vacances

Le travail de député ça fait mal à la tête et c'est super fatigant... surtout lorsque tu pars pour être président et tu retrouves sur les bancs de l'assemblée dans un mini groupe ultra minoritaire obligé d'inventer une ânerie par jour pour te faire remarquer.

Cette petite vidéo pour montrer au "gens" le peu d'égards ainsi que le mépris profond que témoigne Jean-Luc Mélenchon pour son électorat, la représentation nationale et les libertés grossières qu'il prend souvent avec la vérité 

" Nous avons annulé des locations..." Jean Luc possède une résidence secondaire pour ses vacances.

" Je passe 15 jours... comme tout le monde" Heu... non, pas du tout comme tout le monde. Quand certains ont la chance de partir une semaine, beaucoup d'autres restent chez eux

Lorsque dans le privé tu prend un nouveau boulot, tu ne peux même pas oser demander deux jours de vacances à ton patron, Jean-Luc n'ayant jamais vraiment travaillé dans sa vie, n'a aucune idée de la réalité que peuvent vivre les "gens" dont il confisque la parole.

Hasta la victoria siempre et la caravane passe !

jeudi 3 août 2017

Neymar ? On s'en bat les couilles


La presse en fait des tonnes, les milliards du Qatar entre prostitution de luxe, terrorisme international et footballeurs illettrés à tête de con.

Avec ça, tu t'écoutes "despacito" puis tu te tires une balle.

jeudi 27 juillet 2017

Ma famille d'abord

L'Assemblée vote l'interdiction des emplois familiaux pour les parlementaires.

Au lieu de s'en féliciter publiquement et contre toute attente, les députés de la France Insoumise dénoncent une atteinte scandaleuse au pouvoir d'achat des familles des députés du peuple. 

Toujours sincère et à la pointe du combat contre Macron l'ennemi du pauvre, le député Alexis Corbière en a profité pour exposer à l'assemblée un panier de courses correspondant au manque à gagner pour les pauvres ménages des représentants du pueblo touchés par cette mesure inique (ta mère).

mercredi 26 juillet 2017

Incendie à deux vitesses

Pour avoir entendu un pompier commenter le sauvetage d'une maison : " Nous avons pu éviter que le bien soit ravagé par le feu grâce à l'eau de la piscine..." On ne peut s'empêcher de penser que les gens fortunés ont bien de la chance dans le malheur. 

Vaut mieux avoir une villa avec piscine au milieu d'une nature méditerranéenne féerique, à deux pas d'une plage de sable fin fréquentée par la jet-set, que de vivre dans une cité pourrie, en banlieue par exemple (illustration) avec la peur au ventre lorsque votre voisin décide de flamber trois pauvres merguez sur le minuscule balcon pour offrir des vacances imaginaires à bobonne. 

Salauds de pauvres.

En attendant, pour espérer retrouver le meurtrier du petit Gregory, il va falloir attendre l'été prochain, entre la fin de Roland Garros et le début du Tour de France. Bordel à culs !

lundi 24 juillet 2017

L'écolo tombe à l'eau

Tout comme le populiste est le pire ennemi du peuple, l'écologiste politique est le plus mauvais représentant de l'écologie et de la politique.

Pendant que les ricaneurs politicards de gôgoche s'acharnent à dresser le bilan catastrophique du quinquennat Macron, certains, plus lucides sur leur situation, trouvent une minute entre deux colères pour faire le constat de leur échec.

Ainsi Yannick Jadot a enfin compris que Hamon s'est foutu de sa tronche. Ce dernier l'a utilisé comme tête de pioche (c'est juste une image, hein) qui lui a servi pour creuser la tombe du parti socialiste. Chacun de ces deux inoubliables héros de la dernière présidentielle partira dans une direction opposée, fonder son petit mouvement afin de continuer à survivre en se nourrissant sur la bête.

Rendons hommage à la clairvoyance involontaire de Jadot et souhaitons lui un bon voyage vers le néant politique.

vendredi 21 juillet 2017

Toi aussi deviens député FI

Trouve toi une guitare et écris une chanson engagée... non mieux que ça, emprunte une caméra et va tourner un mauvais documentaire pour conspuer un patron et ne pas hésiter à le faire chanter. Ensuite, fais-toi une pub monstre en récupérant un mouvement de jeunes contre la loi travail. Après avoir gagné un max de pognon, fais-toi élire député dans une circonscription sinistrée.

Habille-toi comme un sac et lève le poing avec tes camarades sur l'escalier du plais Bourbon et annonce sans prévenir tes camarades que tu te paieras seulement un SMIC avec ton nouveau salaire de député; au fait pourquoi juste un SMIC?

Ensuite, va pleurer dans les journaux, dire que tu t'ennuies et que tu as l'impression que tu ne sers à rien... ce qui n'est pas loin d'être faux rassure toi.

Mais tu peux toujours continuer à te prendre pour un vrai reporter et rapporter des propos de buvette, invérifiables naturellement, pour discréditer tes collègues à  l'assemblée... alors que finalement, c'est probablement toi qui prend la place de quelqu'un qui serait plus utile à son mandat.

Faute de servir ton pays en réfléchissant à le faire avancer en proposant des lois et des idées, sers ta petite réputation auprès de journaux complaisants au buzz et prépare un livre, voire un autre documentaire sur les "coulisses du pouvoir ou comment j'ai rien foutu pendant cinq ans".

mercredi 19 juillet 2017

Le Jolis s'est fait baiser

Il est savoureux d'entendre les clowns de l'opposition de gauche soutenir le général le Jolis de Villiers de Saintignon alors qu'ils se toujours faits les chantres de l'antimilitarisme et du pacifisme bêlant. De l'autre côté,  le FN qui estime que l'excès d'autorité n'est justifié que de la part de l'armée et qu'on a manqué de respect à "nos" hommes, dans la bouche de Phillipot, cela prend une tournure quasi sauvage.

J'en oublie les LR qui fustigent l'attitude du président qui je le rappelle, n'a fait que jouer son rôle de chef des militaires et intimer à la grande muette de la fermer, nous sommes en république.

Les médias tournent en boucle en ne rapportant que la moitié des faits, ils oublient qu'au départ, le Jolis, apprenant que le président taillait dans le budget de l'armée de façon toute provisoire, il décida d'aller s'épancher devant le tout Paris et se prendre pour Rambo. 

Le vieux briscard voulait faire la leçon au jeune blanc-bec mais celui-ci, droit dans ses souliers, lui a rappelé qu'un budget n'était pas établi pour "Baiser" un homme, tout Jolis de Mes deux qu'il fût, mais pour faire avancer les finances et faire fonctionner tout un pays.

L'opposition est un troupeau de cons sans cervelle.

Rompez !

mardi 18 juillet 2017

Insoumise mais terrienne

Voire bien terre à terre lorsqu'il s'agit de pognon bien frais et sans odeur. Ainsi donc la revolucionaria Raquel ira faire la pasionaria dans l'émission d'Ardisson sur la chaîne de Bolloré le célèbre mangeur d'enfants de prolétaires.

 "Je serai sur le plateau chaque semaine, avec un moment d'antenne libre sur un sujet de mon choix. N'oublions pas que mon métier est, et reste, avocate. Je suis, par définition déontologique, indépendante."

"Par définition" tiens donc.

Puisque désormais Corbière et sa douce moitié devront déménager dans du locatif privé, j'imagine qu'il va falloir faire péter la thune même celle du chingado capitalismo.

Hasta la victoria siempre etc...



samedi 15 juillet 2017

Je vois flou avec des zébrures

Ce sont les symptômes pré-traumatiques ressentis par la candidate du front national quelques heures avant le débat du second tour des présidentielles. Dans cet article, il semblerait que la fille Lepen aurait envisagé à plusieurs reprises de demander le report ou l’annulation du débat. 

Selon le même canard, elle ne s'était pas du tout préparée, ses lieutenants en retard et aucune fiche n'était à jour. Elle devait croire sa victoire déjà acquise étant donné que les islamistes ont parfaitement œuvré pour lui faire sa campagne électorale sans grand frais, mais l'échéance du face à face l'a faite flipper grave au point de se torcher une maladie imaginaire, pathologie de stress. 

Bon, moi j'appellerai cela une bonne trouille verte et comment pouvait-il en être autrement, en sachant la stupidité crasse de la dame ?

A voir de quelle façon magistrale elle s'est faite vaporiser par Macron, elle aurait franchement dû se faire porter pâle et présenter un mot d'excuses signé par un médecin complaisant voire de papa.

Élue néanmoins à l'assemblée, elle laisserait au parlement européen une ardoise assez conséquente qui lui vaut une belle mise en examen. Pendant ce temps elle passe son temps à l'hémicycle à proférer des insanités mêlées d'insultes pour faire écho à son alter-populo du côté gauche extrême du palais Bourbon. 

Dans sa course au mauvais buzz et à l'agitation, la dernière trouvaille comique du leader maximo insoumis fut de se mettre encore une fois dans une de ses pseudo-colères de clown pour dénoncer le calendrier des travaux à l'assemblée sur les nouvelles dispositions sur la loi travail et réclamer quelques jours de vacances pour se "remettre de la fatigue" des campagnes électorales.  Les acquis sociaux... c'est sacré ! L'âge, impitoyable !

A peine la législature commencée et déjà il pense à se mettre en congés.. payés ! Il devrait demander lui aussi un mot d'excuses, voire un certificat de "fatigue" pour se faire porter pâle. 

Les Plic et Ploc de l'assemblée vont regretter l'époque formidable du parlement européen où ils allaient pointer  librement pour ramasser le pognon qui servait à faire tourner leur petites affaires et ensuite aller piétiner et cracher sur l'Europe nourricière devant les micros.

mardi 27 juin 2017

Enfin président !

C'est fait, Jean-Luc est président... bon faut admettre qu'il a réduit un peu la voilure et rogné dans ses ambitions, mais président c'est président, quoiqu'en pensent les esprits chagrins. 

Faute de destinée nationale, le nouveau potentat marseillais se contentera de la présidence de son groupe parlementaire. On va bien rigoler !

Il a déjà posé un acte fort, fondateur de son action immense à venir : refuser de porter la cravate à l'assemblée, bravo !

Et dans la série "Gauche et mépris de l'humanité" l'adjoint Corbière, qui devra quitter son logement social pour cause de forte augmentation de ses émoluments, n'a rien trouvé de plus con à dire qu' avec eux "le peuple" est entré à l'assemblée.

La petite minorité des 567 autres représentants d'on ne sait quoi, pourront aller se brosser !

Putain, on va se marrer !

jeudi 22 juin 2017

I will survive !

On est bien peu de chose. 

En écoutant le point presse du procureur Molins sur l'enquête à propos du gugusse qui avait foncé sur la bagnole de gendarmes sur les Champs-Élysées muni d'armes et de bonbonnes de gaz, je bute sur un mot utilisé par le magistrat : survivalisme.

Heing ? 

Je reprends à peu près de mémoire la déclaration : " L'homme qui avait constitué un stock d'armes et qui s'entraînait au tir sportif se disait "survivaliste" pour justifier sa pratique..." et là je vous le donne en mille, je sors mes doigts engourdis de leur étui et me dirige avec la conviction d'un insoumis allant se jeter dans les bras de son leader bien-aimé vers wikipédia pour voir de quoi ce dont il y a.

Je cite :  Le survivalisme est un terme qui désigne les activités ou le mode de vie de certains groupes ou individus qui veulent se préparer à une catastrophe locale ou plus globale dans le futur, une interruption de la continuité sociétale ou civilisationnelle au niveau local, régional, national ou mondial... Le survivaliste se prépare en fonction de la situation anticipée: Guerres, et conflits humains (guerre nucléaire, guerre biologique, guerre chimique, guérilla, attaque terroriste, guerre civile) ; 

Ce qui attire l'attention ce sont les termes "attaque terroriste"

Paradoxe.

Alors moi, ni une ni deux, je reprends en main les neurones qui traînent au fond de mon bocal et me mets à me poser des questions intelligentes comme à l'accoutumée :

1- Comment un islamiste notoire et fiché S avait-il pu obtenir une autorisation de port d'arme ?

2- Comment pouvait-il faire croire au prétexte survivaliste, tout en sachant que ces énergumènes ont pour but le martyr et ne cherchent qu'à se faire sauter le caisson ... surtout en cette période de happy hour ramadanesque.

3- Comment un obscur couillon comme moi peut-il en arriver à ces conclusions plutôt accessibles aux plus simples d'esprit alors que les mous du bulbe de la préfecture qui lui ont délivré les autorisations de port d'arme et les agents de sureté qui devaient le surveiller ne les ont pas faites. 

Allez... trop chaud moi, je vais me boire une bière.





mardi 20 juin 2017

Merci patron !

Il aura fallu qu'Emmanuel Macron vienne mettre un coup de pelle dans le ménage traditionnel gauche droite pour voir arriver dans l'hémicycle davantage de représentants issus de partis populistes qui se sont toujours plaints et dénoncé le peu de visibilité malgré leurs relatifs scores électoraux. 

Ainsi le parti de Mélenchon fait une belle entrée avec 17 élus et celui de Lepen avec 9.

Merci qui ?

Les voila donc assurés d'une bonne récolte financière pour leur partis au regard du peu de travail qu'ils auront à fournir pendant cinq ans. En effet, à part pousser de la mauvaise diatribe pour exciter les médias en période de disette ou les bas du plafond qui insultent tout le monde sur les réseaux sociaux, ils toucheront l'une sans faire bouger l'autre comme dirait Jaques.

Fini les atermoiements sur la "dose de proportionnelle", la chéfaille est casée. Les "gens" et les "patriotes" auront enfin une voix à l'assemblée qui pourra furieusement renverser la petite tablette du pupitre en acajou, appuyer avec force conviction sur le petit bouton "NON" lors des votes... Révolution !

Le plus dur reste à faire : trouver des alliés pour former un groupe parlementaire. Mais étant donné l'ampleur de la boursouflure égotique des deux leaders, je crois qu'ils auront beaucoup de mal à fédérer puisqu'ils passent leur temps à traiter ceux qui ne pensent pas comme eux d'imbéciles et de cons. Gueuler tout seul dans son coin en attendant la fin du mois... c'est un beau métier !

Le président a voulu du renouvellement à l'assemblée, de la jeunesse et de la parité. Il l'a obtenu pour son camp qui est majoritaire et c'est tant mieux. Lapine et Méluche aussi sont quelque part le fruit de cette volonté : ils sont novices à l'assemblée, ils sont de sexe différent ... juste un manque de fraîcheur peut-être.

lundi 12 juin 2017

Gauche et haine de l'humanité

Bon, on a tout entendu depuis que le parti présidentiel est annoncé gagnant à ces élections : dictature à venir, hégémonie, démocratie en danger, enfumage, procès en illégitimité, bilan du quinquennat Macron catastrophique (?), c'est la faute des autres, l'abstention c'est la faute à Macron et d'autres andouilleries de mauvais perdants.

Je rappelle à ces pisse-douleur que l'offre politique qu'ils ont proposé n'a pas soulevé les foules. Les abstentionnistes l'ont aussi été pour les faire tomber. Je ne parle pas de l'insignifiant Hamon qui ira fronder chez lui désormais face à bobonne. Je ne reviens pas non plus sur les illuminés qui se prennent une claque insoumise mémorable et attendue. Soufflet qu'ils tentent pourtant de présenter comme une victoire indiscutable devant l'effarement général.

Mais là où je suis tombé de ma chaise, c'était d'entendre Edwy Plenel ce matin sur LCI qui, dans une belle coulée de bile aux commissures, traitait d'"ânes" la majorité à venir de députés du peuple français. Cet abruti bouffi de mépris, déversait toute la haine déraisonnable qu'il éprouve pour autrui :
"Un âne sous l'étiquette En Marche aurait -été élu hier !" Je cite.

Je rappelle à Edwy que nombre de ses amis " Brillants génies" sous l'étiquette plus-de-gauche-que-moi-tu-meurs ont été éliminés hier.

C'est ballot, hein ?

mercredi 10 mai 2017

Au bord de la crise de nerfs

Chronique d'une défaite annoncée : Jean-Luc Mélenchon a décidé de s'auto-parachuter à Marseille pour les législatives à venir. 

Après avoir étonné la France par son attitude à l'annonce des résultats du premier tour, il fait circuler des mauvaises infographies et des éléments de langage visant à discréditer et délégitimer l'élection de Emmanuel Macron. Il appelle "les gens" à sortir dans la rue pour dénoncer l'élection d'un président "minoritaire" dans la population, alors qu'il n'a su lui-même se placer qu'à la quatrième place... cherchez l'erreur !

L'échec c'est aussi la remise en question, et jusqu'à aujourd'hui nous n'entendons aucun mea-culpa ni questionnement. C'est la faute des autres. Bah voyons.

Se basant sur des indicateurs, là aussi, tout aussi faux et hasardeux (pourcentage obtenus au premier tour et affluence au meeting) il se lance pour un mandat de député qu'il a peu de chances de gagner. Déjà passer d'une position d'aspirant à la présidentielle à celle de député, il y a de quoi se plier le foie. D'autant plus que s'il ne se fait pas élire cette fois, osera-t-il encore douter de la sincérité du scrutin ? crier au complot ? Appeler les marseillais à la grève générale avant de se lancer à la présidence de l'association des parents d'élèves du 10è ?

Ne pas respecter les résultats d'un scrutin c'est nier le fondement même de la république, et ça, même la mère Lepen n'a pas osé le faire. Les marseillais ont aussi de la mémoire, et il y aura bien d'autres candidats de gauche qui ne lui lâcheront pas le steak.

Surtout les cocos, ses seuls alliés, qu'il vient, une fois encore de mépriser en leur refusant nettement la solidarité électorale.

Jean-Luc est perdu pour la gauche et pour son pays.
Qu'il dégage le 18 juin !

 

vendredi 5 mai 2017

Complètement Reims...ée

Voici la dernière image que laissera le FN est sa candidate de cette campagne présidentielle :  celle du déshonneur.

Venue avec son monsieur 4% faire une dernière prière en espérant ardemment entrer dans les habits de la France millénaire, Marine Lepen s'est retrouvée sous les huées du bon peuple dont pourtant elle se targue à longueur de micros de représenter.

La supercherie a fait long feu.

Elle et son parti ont été finement débusqués par Emmanuel Macron puis soigneusement discrédités sur leur programme et leur vision de la France. Sa parole n'est désormais plus audible, et il est fort à parier que hormis son socle de base 13/15% qui reste hermétique à toute analyse, elle et son parti s'effondreront d'eux-mêmes car s'il fallait une preuve supplémentaire à ceux qu'elle a réussi à tromper, le débat aura bien montré qu'elle n'était que du vent. Une vraie escroquerie politique. 

Ce soir-là, elle a définitivement explosé en vol. 

Marine Lepen n'avait pas de public pour faire siffler et huer ses adversaires. Pas d'auditoire pour rire à ses blagues, pas d'écho à ses vociférations. Pas de "on est chez nous" et aucun contradicteur. Ce soir-là il n' y avait qu'un seul homme en face d'elle et rien d'autre, et elle s'en trouva fort dépourvue. Elle ne pouvait que montrer son vrai visage, son naturel détestable et surtout la vacuité de son programme.

Le vrai rempart contre Lepen, on l'a trouvé ; c'est l'homme qui est arrivé à la terrasser avec des mots, des idées et un projet pour le pays. C'est celui qui va la battre aux élections.

jeudi 4 mai 2017

Le naufrage

Marine Lepen  a tiré  le débat vers le fond, et avec, les quinze millions de spectateurs qui assistèrent médusés à son affligeant spectacle. Elle a noyé ses propres électeurs sous les immondices qu'elle a proféré. 

Ce qui m'attriste c'est que certains continuent à affirmer sans trembler qu'ils hésitent encore pour aller voter. Il est vrai que la majeure partie du discours de la dame était pompée de la logorrhée de violence, d'invective et de simplisme de Mélenchon. Ce qui peut troubler les esprits les plus faibles

Lepen c'est Mélenchon sans la culture.

On se demande comment on en est arrivé là. Une candidate infoutue de formuler la moindre proposition, incapable de lire ses propres fiches. Un rictus incompréhensible affiché en permanence et une grossièreté poissonnière. Pourquoi le 1/5 des français ont mis un vote sur cette personne ? 

Je crois que Macron a trouvé la bonne formule : Lepen est une coproduction de l'ancien système où chacun des deux principaux partis se la jetait à la face de l'autre afin de survivre.

Nous avons assisté à la fin de LR, celui du PS... nous verrons le FN exploser en vol !

mercredi 3 mai 2017

Emmanuel Macron

Le facteur a déposé une enveloppe contenant les professions de foi des deux finalistes à la présidentielle.

J'en ai mis une à la poubelle.

Ce soir, je n'ai pas bistro, alors je vais regarder le débat à la télé. 

Je vais regarder Marine Lepen dérouler son discours habituel qu'elle prendra bien soin de truffer de contrevérités et de mensonges. Ce sera la dernière fois que je m'obligerai à écouter les pénibles éructations de la dadame. Je vais encore l'entendre dire qu'elle est la candidate du peuple alors que les seules mesures prises vont arranger les rentiers et les héritiers...comme elle !

Je vais l'entendre dire que l'Europe c'est mal alors qu'elle y a casé toute sa famille afin d'y téter des subsides, parfois même de façon douteuse. Le fric de l'Europe est bon. 

Je vais l'entendre dire que Macron est le candidat des banques parce qu'il y a travaillé. Qu'elle n'est pas la seule à le répéter puisque des intellectuels de gauche et des leaders d'extrême-gauche pensent et disent la même chose.

Je vais l'entendre dire qu'il est l'héritier de Hollande, alors qu'elle, elle est juste celle d'un antisémite, raciste et révisionniste.

Macron président, son immunité parlementaire sautera et elle n'aura plus aucune raison de se soustraire à la justice de son pays. 

Vivement, qu'on rigole un peu.

mardi 2 mai 2017

Les sous-doués font la présidentielle

Certains auront beau habiller doctement les concepts manipulés sans précaution par la candidate d'extrême-droite et leur donner des atours intellectuellement audibles, il reste que le projet de Marine Lepen reste désespérément vide. 

Un vide qu'elle semble avoir du mal à combler de sa vocifération permanente et du pénible mantra traditionnel sur l'Europe et l'Immigration. 

Un programme économique sans queue ni tête, avec un revirement sur la monnaie qu'elle est elle-même incapable d'expliquer. 

Mais la "colère" de l'électeur frontiste le rend aveugle. A t-il besoin de programme pour voter comme un con ?

Nous croyions avoir touché le fond de l'insignifiant avec l'accord avec Dupont Gnagna, qu'elle a déclaré premier ministre avant même de connaître les résultats définitifs et faisant fi de toutes les règles "démocratiques" qui voudraient qu'un premier ministre est choisi dans la majorité issu des législatives... pour une candidate qui voudrait "redonner la parole au peuple" ça se pose un peu là.

Mais pas du tout... on creuse encore puisqu'elle vient de confirmer son incapacité à écrire son propre discours et pompe fièrement des blocs entiers dans celui de Fillon, un looser. Elle ajoute la grossièreté à l'incompétence.

Les populeux des deux extrêmes changent d'avis au gré du vent et des sondages, distribuent du vent et un fric qu'ils n'ont jamais vraiment gagné en travaillant. Ils mentent et fabriquent des citoyens désabusés et haineux.

Allez, encore quelques jours et du vent; Qu'ils reviennent dans leurs terriers et qu'on ne soit plus obligés d'entendre leurs conneries. On a un quinquennat à réussir !

samedi 29 avril 2017

Debout les neuneus !

C'est un vrai cataclysme politique : Dupont Gnagna craignant de perdre sa rente se retrouve au bord de la faillite pour ne pas avoir atteint le seuil des 5% a négocié un ralliement sonnant et trébuchant avec la cheftaine du FN. Il y va de l'intérêt de la patrie ! Rompez !

Moquons-nous un peu de Nicolas et Pimprenelle.

Cette alliance de clowns est un clapotis grotesque que les éditorialistes en manque de frissons montent en épingle pour indiquer que le FN sort enfin de sa solitude. Rappelons juste que malgré la batterie de casseroles de Fillon, Dupont n'a pu agglomérer autour de sa hure les 5% fatidiques. Son chiffre est en carton pâte 100% véritable, il apporte dans la corbeille de sa belle mariée à peine 1 ou 2 %, pas davantage.

Notons que pendant que l'inutile Dupont se voit déjà premier ministre, son micro-parti explose en micro-particules. La gueule de bois risque de lui être fatale. De l'autre côté, sa nomination prématurée provoque des grincements de dents bruyants dans les rangs de l'armée mexicaine frontiste. Les couteaux sont tirés.

Sa nouvelle Tata devra faire face à la justice après la défaite annoncée, j'espère qu'il n'oubliera pas de lui apporter des oranges... entre camarades, hein !

vendredi 28 avril 2017

Les idiots utiles du FN

A l'heure où j'écris, le leader de la secte des insoumis n'a toujours pas indiqué à ses adeptes la marche à suivre. 

Son refus de se prononcer clairement pour le candidat Macron est une faute morale lourde qui ternit les dernier aspects positifs qu'on se forçait pourtant à lui trouver, ne serait-ce que par sympathie de gauche, par charité chrétienne ou pour l'amour des belles phrases (au choix)

Mélenchon et ses loufoques lieutenants ont assuré qu'aucun de leurs votes n'ira au FN, mais en sont-ils si sûrs ? Leur empressement paraît suspect à bien des égards, car il indique une trouille de voir une grande proportion de leurs "insoumis" aller vers à l'autre vote finalement tout aussi "insoumis" qui est celui du FN.

Ce matin, le patron de la CGT refusait également de faire barrage en appelant clairement au vote pour Macron. Encore un recalé du suffrage populaire car selon les derniers pointages, son syndicat perd le leadership au profit de la CFDT... qui soutien sans équivoque EM. Y a pas de hasard !

Mélenchon adopte une position suicidaire en envenimant et hystérisant le second tour de la présidentielle. Il excite et manipule les lycéens en espérant l'incident qui mettrait le feu aux poudres. Potentat de république bananière, il ose tout, jusqu'à lancer des théories de complot de manipulation de chiffres et refuse l'évidence de son échec cuisant. Le pauvre !

A bien réfléchir, le risque d'avoir une présidente FN pour lui et son électorat composé en grosse partie de gens socialement hors de danger, bobos etc... n'est pas si grave car cela ne changera rien pour eux. Ceux qui s'en prendront plein la gueule, ce sont les vraies petites gens, les sans voix, ceux qui rament vraiment.

Mélenchon a perdu son honneur et celui de la gauche. 

Qu'il dégage !

 

lundi 24 avril 2017

Ça c'est fait !

Le premier tour a donné Macron en tête, comme je le souhaitais et c'est tant mieux. 

Une plus forte proportion de français a voulu le changement dans l'optimisme, dans l'Europe et dans le monde. 

Je dis aux copains qui fondaient des espoirs sur Mélenchon que ce dernier n'est pas en mesure de faire mieux que le FN, et ne le sera jamais car sa campagne et tout son programme consistait  dépouiller l'aile gauche de l'électorat du PS d'où son résultat. Il est fort à parier que si le PS avait eu un candidat crédible et unanime, le FDG ou Insoumis ou les gens... appelez ce mouvement comme vous voulez, n'aura fait que ses 11 ou 12 % habituels.

L'extrême gauche n'a jamais été un rempart ou un remède contre le FN, d'ailleurs, la preuve en est le refus grotesque et imbécile de soutenir le candidat Macron contre Lepen. L'argument invoqué est tout à fait à l'image de ce qu'aurait été une présidence Mélenchon : un bordel dans les institutions et des débats et referendums bidons et interminables... aucun sens de la décision et de la prise de responsabilités. Berf, on refile la patate aux autres pour se dédouaner de l'échec à venir.

Hamon, n'a pas oublié d'être fidèle à lui-même en accusant les autres de sa défaite, mais en tout cas, il ne renie pas son appartenance au camp de la République et a clairement appelé à voter Macron, tant mieux.

Fillon a rendu service à ses petits copains de LR en sortant de cette élection la tête un peu haute.

Je vais me répéter mais je souhaite que mon pays aille de l'avant, qu'il présente au monde un visage jeune et compétent. Loin des idéologues et des bonimenteurs.

jeudi 20 avril 2017

Allez les gens !

C'est ainsi que Mélenchon s'adresse à son public, vous l'avez remarqué aussi ? Allez les gens ! 

Si j'étais un enculeur d'insectes, je dirais qu'il s'adresse à la population avec mépris puisqu'ils ne sont à ses yeux qu'une masse informe, sans réel rôle social transversal. Une substance dont la seule fonction serait d'aller le faire élire parce qu'il le faut.

Jean-Luc a changé ces derniers jours,vous ne trouvez pas ?

Il se remet à croire et à apprécier les sondages et ses partisans ne parlent plus que de "vote utile".  Ben voyons !

D'abord il fait retirer tous les drapeaux rouges durant ses meetings et ne fait plus chanter l'Internationale à la fin.  Il continue à faire siffler ses adversaires politiques pour les ériger en ennemis, histoire de rendre encore plus amère pour ses partisans la décision de voter au second tour. Insulter l'avenir, comme dirait l'autre. Après moi les cons ! Bravo !

L'Europe ? Bah... il n'a jamais dit qu'il en sortirait. Son admiration pour Poutine.... on n'en parle plus. Chavez ? Demandez à Clémentine Autain... Bref, on a lissé le programme ainsi que la parole. Fini l'invective, il fait crier "dégagez!" mais ne le dit plus lui-même. Conscient que son unique réservoir de voix reste chez les frondeurs de Hamon, qu'il a d'ailleurs bien dépouillé, il tente de se centrifier pour attirer quelques brebis du PS qui hésitent avec Macron.

Ses militants, éblouis par la marque Phi gravée sur leurs pupilles s'activent sur les réseaux et font feu de tout bois pour discréditer les autres candidats. Ils relayent tout ce qui est contre... et puisque l'extrême-droite est contre aussi, pourquoi s'étonner alors que des super copains à vous, frappés par le signe, publient sur votre mur FB des infos puisées dans les sites fachos. Le militantisme rend con !

Oui, il a changé. Il le dit lui-même, il n'est plus d'extrême-gauche ! 

Jean-Luc se dédiabolise... un peu tardivement peut-être, et exhorte depuis sa péniche insoumise (pénis en sous miche) les gens d'aller... frapper aux portes, apporter la bonne nouvelle aux autres gens. Aidez-moi, les gens. Aider à quoi donc ?

Air déjà entendu quelque part, tiens, tiens...

lundi 17 avril 2017

Ce sera lui

Mon choix électoral ira dès le premier tour à Emmanuel Macron. J'ai décidé de le soutenir, depuis le moment où François Hollande a décidé de ne pas se représenter.

Il aurait été parfaitement logique que ce soit ce dernier qui se représente pour le camp progressiste, social et démocrate, mais d'autres dans son propre parti en ont décidé autrement. L'obstruction permanente des 10% de frondeurs ont obligé tout l'appareil trébuchant du PS à monter des primaires contre leur propre sortant. Résultat, ces nains politiques en sont à se disputer les fonds de classement avec Dupont-Aignan.

Je soutiens Emmanuel Macron pour un tas de bonnes raisons. La principale étant que ses propositions entrent dans le domaine du possible car rien n'est pire que de laisser rêver le gens ensuite les laisser dériver vers le doute, la remise en cause des institutions et le rejet des valeurs républicaines, en faire des "déçus" qui tomberont dans les bras de ceux qui sont encore plus "populistes" qu'eux. Tout comme dans la gauche, certains se diront encore plus à gauche. 

Mélenchon parle très bien mais évite soigneusement d'entrer dans les détails de son projet. L'usine à rêves qu'il propose ne sera qu'une friche de déceptions lorsque élu, la lune qu'il désignait dans ses grandes messes ne se résumera qu'au petit doigt avec lequel il l'avait montrée. Chavez, Tsipras, Podemos auront été les précurseurs de l'instabilité chronique de leurs pays, je ne vois pas pourquoi il faudrait les suivre sur ce chemin. 

Quant au FN dont la candidate est en prise avec la justice, il cessera avec Macron de constituer l'épouvantail électoral qui permettait aux deux appareils de gauche et de droite de se maintenir en vie et d'attirer les votes craintifs. Nul appareil, nulle crainte. les lois sur l'éthique et la transparence seront durcies et la justice passera. 

La France n'a pas besoin d'épouvantails ni qu'on fasse siffler les adversaires dans les meetings. Elle n'a pas besoin de  fausses colères de tribunes. Elle n'a besoin de l'insulte ni du mépris. 

mercredi 12 avril 2017

La degringolada





Bon... c'est vrai que ce n'est pas complètement faux, mais c'est tellement bien dit. 

Hamon commence déjà à parler de sa campagne au passé, il fera le même pourcentage que lorsqu'il était frondeur à l'assemblée. Fronder c'est bien, mais avoir un projet et des idées c'est mieux.

Hop ! ça c'est fait.

dimanche 9 avril 2017

Yes oui can !

Bon, je ne vais y aller par quatre chemins, je mets les deux pieds dans le plats et je l'annonce tout de go : moi aussi j'aurais aimé lui piétiner les testicules à l'affreux Bachar (à voile) lorsque j'ai vu les mômes gisant par dizaines, morts dans d'atroces souffrances, gazés comme des insectes.

Obama la grande classe a laissé faire le tyran en déclarant aux yeux du monde qu'il n'avait aucune stratégie pour la Syrie. Il s'est contenté d'empocher un Nobel de la paix en sachant qu'il laissait la voie libre à Assad pour continuer à assassiner son peuple et vider son pays. Et il y a déjà eu gazage pendant son mandat, sans réaction. Inviter Beyoncé à la maison blanche pour guincher avec bobonne avait sans doute plus d'importance. Bah !

Encore une fois, les bons sentiments et les discussions interminables sur d'hypothétiques résolutions internationales sans issue, n'auront pas suffi à freiner le tyran. Bien au contraire. Il s'est adjoint les services du riant Poutine pour finir de tétaniser toute volonté belligérante contre lui depuis l'Europe. 

Trump a eu l'opportunité de frapper les esprits et donner une triple claque : d'abord au Russe pour lui montrer qu'il n'en avait pas peur, au  Syrien à qui il a montré qu'il pouvait le frapper quand il le voulait et au reste du monde qui l'avait pris pour un débile sans couilles. J'avoue que j'en fais partie mais ça ne compte pas.

Bref, Trump a fait ce que tous les "démocrates" rêvaient secrètement de faire. sauf que peu d'entre-eux ont l'honnêteté de l'avouer publiquement et de l'en remercier. La leçon donnée par le crétin notoire laisse pantois et on le comprend. 

A présent, il déplace des navires vers l'autre cinoque de Corée au cas où il décide d'envoyer des missiles chargés de nucléaires sur ses voisins et ce malgré les soutiens bruyants des anciens camarades communistes de Russie et de Chine. 

Kim est prévenu, l'homme orange a déjà un index sur le bouton. 
 

samedi 25 mars 2017

Unionons-nous quoi !

J'aime bien Benoît Hamon mais je trouve qu'il surjoue l'indignation et s'y réfugie beaucoup trop rapidement faute de trouver des réponses aux très nombreuses questions qui sont posées à la gauche à l'occasion de cette élection. Il dramatise et théâtralise ses positions tout en évitant soigneusement d'expliquer pourquoi sa campagne patine et pour quelles raisons il n'attire que peu de soutiens.

Il ne serait pas juste qu'il attende des ralliements naturels et automatiques de la part des cadres socialistes, encore moins de la part de ceux qui comme lui, ont, ou participent actuellement  au gouvernement. Il est encore moins intelligent de traiter de "traîtres" des types comme Le Drian, qui annoncent publiquement leur soutien à Macron.

D'une part parce qu'en terme de traîtrise à son camp, Benoît n'est pas en reste. Il est même multirécidiviste en la matière puisque dès son congédiement du gouvernement, il n'a cessé de voter contre les lois proposés par un exécutif issu de son parti. Il ne s'est pas privé de piétiner le président dès qu'il en avait l'occasion, donnant ainsi l'opportunité à l'opposition de rire en faisant de même, et ça c'est très mal.

D'ailleurs, jeter aussi facilement au goulag les gens qui ne sont d'accord avec sa ligne n'est pas très "unificateur" car un candidat doit pouvoir réunir des gens autour de lui pour le second tour. Jadot est bien gentil mais son ralliement prématuré et grossièrement intéressé n'a  pas provoqué le sursaut attendu. On peut même dire que ce fût un beau flop.

Deuxio, en politique il faut savoir doser sa parole et éviter d'insulter l"avenir. Car l'avenir c'est l'appel au vote Macron lorsque celui-ci sera seul face à MLP au second tour. Benoît se fera un devoir de se mettre en marche et n'acceptera pas qu'on le désigne comme "traître", à moins que ...

... qu'il ne se mettre dès à présent derrière l'égo mafflu de Mélenchon et de jouer les insoumis d'opérette, enfin se désister étant donné que le front de gauche réalise de meilleurs scores que le PS dans les sondages. L'union de la gauche enfin... ! Mais après ça, il lui faudra insulter un par un les 90% des cadres socialistes qui refuseront de le suivre dans sa déroute et qui ne veulent pas entendre parler d'une union avec le leader de FDG.

Bon je répète pour les sourds qui ont lu trop vite :

MELENCHON FAIT UN MEILLEUR SCORE QUE LE PS DANS LES SONDAGES !

Je crois que le PS a du gros soucis à se faire.




samedi 18 mars 2017

Concours de bites à gauche

Cette fin de semaine politique est chargée comme l'haleine d'un blogueur amateur de boissons fermentées de ma connaissance. Jugez par vous-même : 

Rassemblement populaire à Bastille des sympathisants de Mélenchon samedi et gros meeting de Hamon à Bercy dimanche.  La gauche véritable va reprendre le terrain politique aux costards de Fillon et aux Phillipoteries du dépressif du même nom. Enfin on va causer des problèmes de fond !

Car le problème de fond reste la taille du zboub des deux leaders !

Le Montebourg insolent, oublieux de l'insoumission irrémédiable du Jean-Luc a osé lui proposer de se mettre derrière le Benoît, et en bon ordre de marche pour justement damer le pion aux marcheurs du traître Hollandiste. Ce que le gourou exorbité de la secte Phi lui rétorque non sans ricanements fraternels : "ils disent ça passque les sondages les donnent devant, mais ils ne perdent rien pour attendre !" 

Ce qui n'est pas tout à fait faux ! 

La taille finale des mandrins turgescents des deux leaders qui rêvent de faire sauter Marianne sur leurs genoux sera donnée après le comptage des manifestants ce week-end. Qui va rassembler le plus de monde ? Qui sera devant dans les sondages à paraître lundi ? Qui devra se ranger derrière qui ?

Après la consultation de ma boule (maboul) de cristal, je peux d'ores et déjà affirmer que le total des deux bites n'excèdera par les 25 (%) ! Ce qui fera séparément deux jolies petites zigounettes qui n'arriveront même pas au deuxième tour ! 

Allons camarades ! Tous ensemble, tous ensemble !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...