mardi 18 décembre 2012

Depardieu au centre de l'actualité


Je n'allais quand même pas laisser les copains et les copines y aller de leurs billets savoureux sur le gros fuyard fiscal sans leur donner la réplique.

Surtout qu'ils se font, pour certains, carrément assiéger par leurs trolls libéraux et de droite qui ont vu dans l'activisme forcené de l'apoplectique Christophe Barbier et du truculent et autocongratulatoire Apathie une encouragement à déblatérer derechef dans les blogs de gauche, supposément en manque de vigueur en ce moment (ce dont je demande à voir).

C'est quand même une manie à droite de vouloir défendre absolument le nul et le non avenu. Sarkozy, passé grand maître en décompléxification de la droite a non seulement échoué dans sa tâche en laissant son parti complètement désarticulé et imbécile, mais a aussi laissé ses soutiens artistes dans la merde intellectuelle (Je ne parle pas de Faudel, car il est clair qu'aucun lien ne pourrait lui être reproché avec le dernier mot évoqué).

Les trolls ont donc fondu en masse sur mes copains pour dire tout le mal qu'il pensent de la politique fiscale confiscatoire de l'actuel gouvernement, ce que je trouve de bonne guerre finalement car je ne suis jamais contre une bonne explication entre quatzieux. Je dis cela parce qu'à un moment, on a cru  qu'en mettant un P dans UMP, la droite voulait faire accroire qu'elle en pinçait pour le populo. On a cru entendre des envolées lyriques en direction de la France d'en-bas lors de grandes messes électorales. On a cru entendre des propositions pour améliorer la vie des petites gens. Qu'on allait les faire gagner plus, les préserver du chômage et des délocalisations, leur assurer une bonne retraite, des soins de qualité, une justice performante et la sécurité. On a cru.

Il est bon d'entendre la droite enfin prendre à bras le corps les vrais problèmes : garder les plus riches en leur faisant payer encore moins d'impôts. Leur rendre l'argent pris aux pauvres qui ne savent que travailler et consommer et qui n'investissent rien, ni ne créent de l'emploi ni de la croissance. Copé a raison : il faut parler sans tabous. Les vrais sujets qu'il faut mettre sur la table c'est la fiscalité des plus riches, on excitera les pauvres avec les histoires de pain au chocolat.

Je plaide pour le retour de cette droite. De la vraie droite, celle qui tache.

Bon, finalement avec tout ça, j'ai rien trouvé à dire sur Gégé. J'espère seulement qu'il n'aura pas à se farcir comme copain d'exil et voisin idéologique Michael Vendetta pour les fêtes de noël. Allez, bonne fêtes mon gros.

8 commentaires:

  1. D'un autre côté, s'ils pouvaient mettre quelques mois à revenir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On vit bien en Belgique, avec un bar tout les 10 mètres.

      Supprimer
    2. Et surtout des pissotières partout :)

      Supprimer
  2. Tu n'as rien trouvé à dire sur Gégé ? ben si, il soutenait Sarko et tu t'es occupé de la droite, donc par ricochet...
    Pis franchement, on en a ras la casquette du Gégé.

    RépondreSupprimer

Bienvenue sur le rafiot. Je n'ai aucune tolérance pour les commentaires : injurieux, vulgaires ou racistes. Restez courtois envers les autres commentateurs et prenez un pseudo car les anonymes ne seront pas admis à bord.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...