mardi 22 décembre 2015

Requiem pour une bordelière

Madame Claude a fermé définitivement son claque et vient de baisser rideau comme une honnête rombière, une veuve de général, respectée et digne, dans son appartement de la côte d'Azur. 

Nice a toujours été un point de repli pour se faire des vieux os, se ranger des voitures. On y est loin de Paname, de son humidité qui sent la pisse, la sueur de pain de fesse vainement camouflée par le sempiternel numéro cinq acheté dans les boutiques rutilantes des Champs, un soir de jack-pot.

La tenancière qui faisait bander la République, avait de quoi la faire sauter mille fois. Ses gagneuses avaient joué avec les bites les plus prestigieuses de la nation. Elles avaient dégorgé le trop plein des roustons les plus honorables de la République, fait feuille-de-soie aux anus couronnés, langue de Chine aux filets les plus prestigieux. Les culs replets de ses effeuilleuses ont mis au garde-à-vous les képis les plus étoilés, les nœuds volants et les chibres académiques les plus chenus.

Les bourgeoises de Neuilly, n'en pouvant plus des assauts impudiques de leurs glorieux sabreurs, les envoyaient vers les casse-pipes de la taulière se faire essorer proprement. L'honneur restait sauf car nulle concubine ne viendrait salir le nom ni usurper le patrimoine des lardons conçus dans l'obscurité du seigneur. Le prix de la passe étant dûment mercurialisé.

La vielle dame qui avait tâté de la zonzon, Fleury, goûté l'amer goût de l'exil aux États-Unis,  pays maudit où les besogneuses donnaient du oh my god ! pendant que leurs clients se signaient à chaque décharge, ne supportait plus le sexe honteux d'internet. La branlette devant les écrans, les selfies du gland. Elle c'était les mains expertes, les poils foisonnants, l'odeur des hommes à l'effort, Germinal du sexe.

Elle s'en est allé la grande prêtresse du grand zobinche à poils courts. Espérons qu'elle aura droit à ses 70 verges bien taillés dans son paradis foutraque.
 

12 commentaires:

  1. Beau texte. On dirait du San Antonio ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Réponses
    1. Il est "terriblement bien ce texte, tu devrais bien l'archiver, c'est excellent. Tiens,t'as gagné deux liens sur mon blog. Oui, j'ai vraiment aimé...

      Guy-Alain @bembelly

      /...

      Supprimer
    2. Je parle couramment le santantonio du sud !

      Supprimer
  3. Dites les zozos, on ne vous dérange pas ? ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Je crois que c'est le meilleur hommage que j'ai pu lire !

    RépondreSupprimer
  5. C'est une page (collée) de l'histoire de France qui se tourne.

    RépondreSupprimer
  6. Joli texte...C'est une partie de mon époque qui s'en est allée aussi...bien que je n'ai pas eu le privilège de goûter aux paradis tarifés proposé par la dame...On ne jouait pas dans la même cour...C'est en effet une page de l'histoire de France qui se tourne...Madame Claude était la meilleure agent de renseignement au service de la République puritaine de l'époque...Pas sûr que notre époque laisse le souvenir de personnages comme Marthe Richard ou Madame Claude...

    RépondreSupprimer
  7. Notre époque aura vu Morano, lepen et Boutin qui font tout de même trois morues bien dessalées ;

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mouais, mais pas tenancières de claques en titre...Mais peut être que les claques ont changé d'appellation...

      Supprimer

Bienvenue sur le rafiot. Je n'ai aucune tolérance pour les commentaires : injurieux, vulgaires ou racistes. Restez courtois envers les autres commentateurs et prenez un pseudo car les anonymes ne seront pas admis à bord.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...