mardi 21 août 2012

Poujadopoulos

La pauvre Lagarde avait essuyé une belle volée de bois vert lorsqu'elle a dit (entre deux gouttes de champagne) aux grecs d'aller  payer leurs impôts au lieu de geindre. 

Même moi, j'ai dû conspuer copieusement la comtesse au long cou car j'avais trouvé qu'elle manquait de discernement en même temps que de précision. Et puis, elle est de droite. Cela confirme à ceux qui ne me connaissent pas encore que je manque complètement de bonne foi lorsqu'il s'agit de politique.

Mais à lire cet article, j'en viens à penser que mamie avait eu raison  de demander aux grecs de faire preuve d'un peu d'honnêteté en payant leur part du désastre.

C'est vrai que ce genre d'histoires aurait très bien pu arriver quelque part dans le sud de la France. On se souvient de ces deux inspecteurs du travail qui avaient été froidement assassinés par un vigneron qui craignait un hypothétique redressement fiscal. C'était hier.

La crise grecque serait née d'un malentendu : un pays incapable économiquement d'intégrer la zone euro et qui a dû traficoter un peu ses comptes pour rallier la cohorte des pays riches à marche forcée afin de bénéficier de ses largesses. Il a profité de sa situation tampon avec les Sarrazins pour s'imposer et recueillir des avalanches de subventions. Ni  les mentalités, ni les structures n'auront vraiment  évolué pour autant, et chacun continuait à frauder allègrement dans son coin, sans contrôle ni emprise de l'état. Résultat :  l'escroquerie organisée allait s'éventer car l'argent viendra à manquer (faut dire que l'Ogre avait grand appétit) et la sanction finit par tomber.

Mais comme tout libéraux qui se respectent, les autorités européennes et les financeurs du gouffre ont d'abord demandé des coupes drastiques dans le budget de l'état grec, mettant ainsi d'emblée sur la paille les salariés et les populations les plus faibles. C'est là que la bât blesse comme le dirait le premier bourricot venu. Les grosses fortunes, le clergé et le petit commerce, les trois plus gros fraudeurs du fisc, n'ont pas été inquiétés jusque-là .

Alors, sûrement sous la pression allemande ou des pays du nord, allergiques à ce genre de pratiques exotiques, les autorités ont commencé à s'intéresser à cette bienheureuse catégorie de citoyens épargnée par la rigueur : le petit commerce et les entrepreneurs. L'affaire n'est pas mince et les choses commencent bien mal car selon l’article, les autorités doivent avancer en bataillons serrés et armés jusqu'au dents pour rétablir l'ordre fiscal. 

Qu'en sera t-il lorsqu'ils s'attaqueront aux grosses fortunes et aux armateurs ? Enverront-ils leurs inspecteurs du fisc en sous-marin nucléaire ?

Aaaaaah ! J'entends encore le malheureux candidat de la droite française clamer dans ses derniers couinements que  "trop de contraintes freinent les entreprises, trop de contrôles, trop de normes, trop de taxes ... y  en a assez des normes ! Allégeons ! Allégeons !"  Sombre couillon va !

10 commentaires:

  1. Ouais, comme d'habitude, toujours la facilité de s'en prendre aux plus petits.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faibles avec les forts et forts avec les faibles.

      Supprimer
  2. Bon. Je souhaiterais qu'on arrête d'associer le sémillant Demis Roussos au naufrage grec. S'il vous plait. Et vous ne vous en tirerez pas en fuyant tel l'armateur jusqu'au paradis maltais.

    RépondreSupprimer
  3. J'avais déjà utilisé la bouille navrée de nana Mouskouri dans un précédent billet ...je veux pas paraître misogyne.
    Avec Demis, je risque seulement le procès avec la ligue de défense des Orang-outangs d'Europe du sud.

    RépondreSupprimer
  4. Tout ce que je sais











    En Crète, il y a qq années, j'avais été surprise par l'ambiance de ruche survoltée des constructions sortant de partout et dont les subventions étaient souvent européennes.
    Dans les hôtels on nous ignorait tandis que les touristes allemands étaient dorlotés sans vergogne... ce qui m'a fait sourire quand Mercket a commencé à montrer les dents.
    C'est juste du vécu.






    RépondreSupprimer
  5. Même chose en Espagne , nous y étions il y a dix jours. Des quartiers entiers flambants neufs sortis de terre mais cette fois, personne pour y habiter. Des cités fantômes.
    Les riches touristes allemands ont trouvé d'autres destinations.

    RépondreSupprimer
  6. Pardonne ma mauvaise mise en page précédente, suis un peu gauche, en ce moment.
    L'Espagne morfle dur elle aussi.

    RépondreSupprimer

Bienvenue sur le rafiot. Je n'ai aucune tolérance pour les commentaires : injurieux, vulgaires ou racistes. Restez courtois envers les autres commentateurs et prenez un pseudo car les anonymes ne seront pas admis à bord.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...